dimanche 18 avril 2010

SUR LE SEUIL


SUR LE SEUIL
  
Tout bonnement haletant! Il y a même eu un moment, un quart avant la fin, il était 2 heures du mat' (en milieu de semaine), je m'étais promis de juste terminer un chapitre et dormir, et arrivée à la fin de ce dit-chapitre, c'était tout simplement impensable, j'ai été prise d'une furieuse envie de continuer, le suspense étant à son comble, et au lieu de lire sagement la suite ligne après ligne, j'ai sauté plein de passages pour arriver aux éléments dont je voulais avoir les détails, comme une vraie furie, accrochée au livre, tournant rageusement les pages, je n'en pouvais plus!!!! Normalement je n'aime pas faire ça, j'apprécie le suspense, je tiens bon, mais là c'était impossible, je serais devenue folle sinon!!!

L'histoire en quelques lignes (4ème de couv'):
"II se nomme Thomas Roy. C'est l'écrivain le plus adulé du Québec. La parution de ses romans d'horreur est toujours un événement médiatique majeur. Or voici qu'on le retrouve chez lui, horriblement mutilé et catatonique. Tentative de meurtre ou suicide manqué ?
Pendant que la police enquête, Roy est placé en observation dans un hôpital de Montréal. Paul Lacasse, le psychiatre qui traite l'écrivain, considère au départ le cas comme banal. La découverte de faits troublants l'oblige cependant à reconsidérer peu à peu son opinion.
Bientôt, ce sont toutes ses certitudes, tant personnelles que professionnelles, qui chancellent. Car, au-delà du drame de Roy, quelque chose de terrifiant se dévoile lentement, quelque chose d'inimaginable et aux conséquences monstrueuses..."

J'ai bien aimé l'intrigue, l'ambiance du roman qui sort un peu de l'ordinaire pour un thriller, j'ai trouvé que c'était une approche originale, celle des psychiatres qui finissent par devenir des sortes de détective privé malgré eux, avec en plus un panel de personnages variés dans ce milieu, et bien sûr, je n'ai pas été indifférente au fait que le sujet d'observation soit un écrivain!
Autre plus à rajouter dans la balance, les quelques expressions québécoises qui ponctuent le texte. Ça me fait toujours sourire les jurons à base de "baptême" et autres...^_^

J'hésite là à classer ce roman en thriller ou littérature fantastique, voire de l'horreur, il y a une ambiance un peu Stephen King ou Rosemary's Baby, en plus soft cela dit.

Un peu déçue quand même par la fin, j'espérais un peu autre chose, mais bon, l'auteur est jusqu'au-boutiste, je respecte.
  
Très très bon moment de lecture encore une fois - si c'est la série des suites, je me réjouis d'avance de celui que je vais lire là!!

L'auteur
Patrick Senécal est né en 1967 au Québec où il vit et enseigne la littérature, le cinéma et le théâtre. Dès son premier roman, en 1994, il devient un auteur culte, réputé pour son intensité dramatique. Mais c'est avec Sur le seuil que son succès explose: best-seller instantané, il est adapté au cinéma en 2003, et les droits américains de remake sont aussitôt achetés par le groupe Miramax. Ce thriller, pour lequel on dirait que l'expression " suspense implacable " a été inventée, ne vous laissera pas dormir cette nuit...
Lu dans le cadre du troisième tour du défi 
(DAL 2010 officiel - 1 / reste  5)

16 commentaires:

  1. Sur le seuil n'a pas de suite, à ce qu'il me semble... mais j'ai aimé 5150, rue des Ormes et Aliss, du même auteur. J'ai moins aimé "Le vide" mais il est culte pour plusieurs de mes
    copains!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'en lirai certainement d'autres de lui mais par période je pense. J'ai vu de bonnes critiques pour Rue des Ormes et 5150 - Le vide m'a échappé par contre, mais s'il est culte...!

      Supprimer
  2. Ca me tentait super bien jusqu'à ce que tu parle de Stephen King, là, je crains d'avoir "trop" peur.... Thriller, oui, horreur, non.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon, c'est de l'horreur assez soft, c'est plus la tension psychologique qui est parfois intenable, tension due au suspense - je n'ai pas vraiment le souvenir d'avoir eu peur à en faire des cauchemars (et pourtant je suis assez fragile pour ces trucs-là).

      Supprimer
  3. Oh lala mais ça va me faire peur !!!

    RépondreSupprimer
  4. ton billet me tente beaucoup ! Je n'ai encore jamais lu cet auteur...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est mon premier de cet auteur aussi et franchement, ça me donne bien envie de lire les autres!

      Supprimer
  5. Bonjour, une fois de plus je constate que le polar québecois vaut la peine d'être découvert. Je ne connais pas cet auteur mais j'ai découvert récemment (grâce à mon voyage au Canada, Jacques Côte ou François Barcelo). Je note donc M. Senecal. Bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Dasola,
      Ah oui, j'ai déjà lu un François Barcelo mais j'ai été moins enchantée, bien que j'ai trouvé ça plutôt sympa. Jacques Côte, je ne connais pas, j'essaierai si tu recommandes. Senécal est vraiment prenant, si tu as l'occasion, en effet, à tenter!
      Bon week-end!

      Supprimer
  6. Waouh! Tu donnes des sueurs froides: comment, je n'ai pas encore ce livre?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah il est bien ce livre, vraiment prenant comme il faut! Aucune hésitation à voir, si tu as la possibilité, fonce!

      Supprimer
  7. Tout à faire le genre de livre qui devrait me plaire! Je note!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Note, note! Je t'en souhaite une bonne lecture et guette ton billet à ce sujet!

      Supprimer
  8. J'adore Patrick Senécal et en plus il est adorable!
    J'en ai lu plusieurs et si ce n'est déjà fait, je t'encourage à lire "Le passager", son tout premier roman, il avait à peine 20 ans, le roman est moins "dark" mais plus psychologique. Il est excellent et se lit d'une traite!
    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ben tu fais bien de le ressortir des archives.^^ J'avais vraiment bien aimé cet auteur mais avec les diverses tentations, LAL, PAL, je n'ai pas eu l'occasion de revenir vers lui, et après, je l'ai complètement oublié ! Je note "Le passager", merci pour la recommandation. Je suis d'autant plus curieuse qu'il avait à peine 20 ans quand il l'a écrit ! Là ça mérite le détour !
      Bisous

      Supprimer

Bon, je modère ou je vous laisse prouver de la façon la plus tordue que vous n'êtes pas un robot ? Je modère, hein ?^^