mardi 5 avril 2011

ENQUÊTE SUR LA DISPARITION D'ÉMILIE BRUNET


ENQUÊTE SUR LA DISPARITION D'ÉMILIE BRUNET
  
Tous les ingrédients pour me plaire étaient réunis:

1) l'auteur, Antoine Bello, que je vénère depuis Éloge de la pièce manquante, pour son originalité, son imagination, son génie, un auteur qui ne m'a jamais déçue dans mes attentes et qui m'avait même sauvée d'une panne de lecture!

2) le concept du récit, qui me semblait franchement original:
       a) c'est un amnésique qui mène l'enquête, et bien qu'ancien inspecteur de police, cette perte de mémoire handicape sérieusement sa tâche (et la nôtre par la même occasion, vu qu'on aimerait bien participer à la résolution de l'énigme). Cerise sur le gâteau qui participe encore plus à l'originalité du récit, des passages du texte sont surlignés en noir bien gras, effaçant tout supplément d'indices, ou du moins d'informations, qui pourraient nous aiguiller sur une piste. J'ai adoré ce délire de l'auteur, bien qu'il puisse générer un peu de frustration.
       b) on a un suspect idéal
       c) on a ce qui s'assimile à un meurtre parfait
      d) ce roman est un joli clin d'oeil à l'oeuvre d'Agatha Christie, en particulier aux Hercule Poirot, que je dévorais il fut une époque. Souvenirs, nostalgie, j'ai beaucoup aimé l'idée d'un roman policier dont la résolution de l'enquête repose entre autres sur l'univers et les oeuvres de la reine du crime.

Et pour ne rien gâcher 3) ce roman n'est pas trop épais (252 pages), et donc tout à fait idéal pour une lecture divertissante mais non moins subtile.

Voilà pour les ingrédients du roman. Après mixage de tous ces éléments, le verdict du goûteur pas forcément fin gourmet:
J'ai bien aimé les nombreuses allusions aux romans policiers, entre autres les codes qui les régiraient (la théorie selon laquelle par exemple un bon roman policier ne peut faire plus de 250 pages), mais j'avoue que j'ai commencé à me lasser vers la fin des innombrables références aux romans figurant Hercule Poirot.

Mais ce qui m'a surtout laissé un goût amer, c'est la fin, qu'on pressent au fur et à mesure que l'enquête "avance", et si elle est certes originale, j'ai ressenti une véritable déception en tant que lecteur car personnellement, je m'évade par la lecture, non pour me replonger dans la réalité, dans ce qu'elle a de plus noire du moins (bien que j'attache énormément d'importance à la crédibilité d'une fiction, à son côté réaliste justement), mais pour rêver un peu, en particulier à un sentiment de justice accomplie, surtout dans un roman policier.
Bémol toutefois très léger, j'entends par là que je confirme ne pas avoir aimé la fin ni l'évolution du récit, mais ça n'enlève rien pour moi au talent de cet auteur qui a finalement bien le droit de développer et terminer ses récits comme il l'entend, et que je continuerai à suivre. Heureusement cela dit que je ne l'ai pas découvert par ce roman-ci.

Aaah, sinon un moment que j'ai trouvé ex-cel-lent aussi dans ce récit, ce sont les théories du neurologue sur la mémoire. J'ai eu du mal à expliquer en quoi à mon entourage ou à les décrire, mais je les ai trouvées excellentes vraiment!
Une lecture qui vaut le détour rien que pour ça!

18 commentaires:

  1. Avec Antoine Bello, il est certain qu'on réfléchit plus qu'on ne rêve...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cela dit, il m'a quand même fait "rêver", j'entends surtout par là, faire travailler l'imagination, nous embarquer dans d'autres possibles, avec Les falsificateurs, ou Eloge de la pièce manquante. J'avoue que je m'attendais ici à quelque chose qui serait plus dans cette lignée.

      Supprimer
  2. J'ai eu l'impression que les infos sur la mémoire sont parfaitement exactes!
    (Cherche pas mon billet, il est das mon ordi seulement...)(un jour...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me suis dit aussi que ça pouvait être des théories réelles, en tout cas, je les ai découvertes ici, et je les trouve vraiment intéressantes! Cela dit, il y a certains exemples qui m'avaient laissée dubitative et qui pourraient être un poil exagéré, comme pouvoir mémoriser un numéro de téléphone en associant à chaque chiffre une image, ou quelque chose comme ça, ce qui fait que quand on veut retrouver le n° de quelqu'un, ces associations surgissent spontanément dans nos têtes, exemple (au hasard): crocodile, banane, tournevis... et hop, on sait que le n° est le 02.51.45...^^
      Oui, j'ai cherché ton billet mais je ne l'ai pas trouvé. Je sais que c'est normal maintenant!

      Supprimer
    2. Ah les numéros, là je pense que c'est un peu inventé. mais je pensais à d'autres passages..;

      Supprimer
    3. Oui, sinon la plupart des passages me semble correspondre à du véridique. Je trouve tout cela assez fascinant, entre autres la façon dont on pourrait moduler nous-même notre mémoire!

      Supprimer
  3. Je l'avais noté à cause des références à Agatha Christie mais mes souvenirs des romans avec Hercule Poirot sont bien lointains ! J'ai peur de passer à côté de beaucoup de choses du coup !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense être aussi passée à côté de certaines références qui semblaient enrichir les échanges et réflexions des protagonistes, mais qui me parlaient peu. C'est sûrement pour ça que je me suis lassée au bout d'un moment de toutes ces allusions...^^ Mais bon, il ne faut pas s'arrêter à ça, ce roman a bien d'autres intérêts!

      Supprimer
  4. J'avais déjà repéré ce livre... euh, je ne sais plus chez qui !
    On dirait que tu t'adresses à moi... Roman de 250 pages... Ah, j'aime quand tu me parles à mots doux !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ^^Je pense que ça te plairait en plus. Je serais curieuse en tout cas de lire ton avis à ce sujet, en particulier concernant la fin, tiens, un peu comme pour la fin de "Ma part du gâteau"^^ (ce n'est pas la même fin, rien de comparable non plus d'ailleurs, mais bon, ce sont des dénouements sur lesquels on pourrait débattre, je pense).

      Supprimer
  5. Je ne connaissais pas ; un inspecteur amnésique ? Je note quand même !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est un des aspects originaux de l'enquête et l'auteur l'exploite plutôt bien.

      Supprimer
  6. Bonjour A girl..., à part la fin qui m'a laissé sur ma faim, j'ai trouvé ce roman agréable, bien écrit (comme d'habitude chez Bello) et un joli hommage à Agatha. Bonne après-midi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Dasola, oui la fin est un petit peu déconcertante, a priori nous ne sommes pas les seules à l'avoir ressentie ainsi, mais ce roman reste du bon Bello, même si ce n'est vraiment pas mon préféré.

      Supprimer
  7. Bonjour, je découvre votre blog aujourd'hui et j'avoue que la seule lecture de votre article me donne envie de surfer plus longtemps sur votre blog et de lire ce livre!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, merci pour votre visite et votre sympathique commentaire. Ce roman n'est pas le meilleur d'Antoine Bello à mon goût, mais l'auteur vaut vraiment le détour!
      Au plaisir des échanges!

      Supprimer
    2. Quel est le meilleur de l'auteur alors ??;)

      Supprimer
    3. J'ai eu un vrai coup de coeur (mais c'est personnel) pour Eloge de la pièce manquante, mais Bello fait preuve de génie aussi dans Les falsificateurs (suivi des Eclaireurs).

      Supprimer

Bon, je modère ou je vous laisse prouver de la façon la plus tordue que vous n'êtes pas un robot ? Je modère, hein ?^^