samedi 21 décembre 2013

LE SILENCE DE NOS AMIS


LE SILENCE DE NOS AMIS

Voilà une BD estampillée "coup de coeur de la bibliothèque" dont le titre m'a tout de suite attirée tellement il est parlant, évocateur. Il est en fait extrait de cette citation de Martin Luther King :

"Au bout du compte,
nous ne nous souviendrons
non pas des mots de nos ennemis...
... mais du silence de nos amis."

Le résumé de l'éditeur m'a ensuite convaincue que cette BD allait me passionner par son sujet :
"Houston, 1967. En plein mouvement des droits civiques, Jack, reporter cameraman blanc pour une chaîne locale, se lie d'amitié avec Larry, un jeune professeur noir. Les deux hommes et leurs familles vont tenter de se rapprocher malgré les préjugés de toute une société, alors en proie à de grands changements. [...]

Un récit touchant et nécessaire, inspiré des propres souvenirs de l'auteur."

Ce dernier, Mark Long, resitue le contexte de l'époque en postface, et l'on comprend alors que le reporter qui s'était lié d'amitié avec le jeune professeur noir était son propre père
"Pour un reporter, la question raciale était le sujet de la fin des années soixante.[...]
[...] Traverser la démarcation de la couleur à Houston était véritablement un acte courageux en 1967. [...] Quand la famille Thomas est venue nous rendre visite pour la première fois, c'était comme si les extraterrestres avaient débarqué sur notre perron. Tout le voisinage était sorti pour observer la scène avec des yeux ronds, et nous n'en menions pas large non plus. Je n'avais jamais rencontré de Noir auparavant. Et je ne pense pas qu'ils aient joué avec d'autres enfants blancs avant. Je me souviens de la fascination que nous avions pour la texture de nos chevelures respectives.[...]


Si je recopie ici autant de passages, c'est que la note de l'auteur sur 4 pages m'a fait plus d'effet et m'a davantage parlé que la BD dans son ensemble, étrangement, comme si ce témoignage en quelques lignes se suffisait à lui tout seul, plutôt que la mise en scène en BD.
Pourtant rien à redire sur la mise en scène, les dessins, la restitution de l'atmosphère de l'époque, le développement du récit. Je refeuillette la BD à l'instant où j'écris ces lignes et je la trouve très réussie à tout point de vue, simplement j'ai l'impression qu'elle m'a laissée distante, à l'extérieur des événements, alors que le texte de l'auteur en fin de BD m'a tout de suite plongée dans l'ambiance de l'époque, me permettant de mieux comprendre le contexte et les faits.


Étrange. Presque comme si je n'avais rien compris à la lecture de la BD, et que la note de l'auteur, qui est finalement une redite de ce que je venais de lire, lui a donné un sens et m'a tout illuminé d'un coup...

Ceci dit, l'adaptation de ce type de témoignage en BD peut parfois le rendre un peu trop "lisse", c'est peut-être ce qui m'a un peu laissée de marbre à sa lecture, car comme le souligne l'auteur :

[...] Créer un livre comme celui-ci requiert d'arriver à un équilibre entre véracité des faits et authenticité émotionnelle."


Les auteurs
Mark Long et Jim Demonokos au scénario, et Nate Powell au dessin.

12 commentaires:

  1. On dirait tout simplement que l'auteur n'a pas su transmettre son émotion...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ... ou que je n'ai pas été réceptive. A priori, il a su sensibiliser et toucher d'autres lecteurs. J'avoue que j'ai du mal à cerner ce qui a "coincé".

      Supprimer
  2. Zut, un thème pareil, et qui ne parle pas!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je n'en suis pas revenue moi-même... Mais c'est mon ressenti personnel, hein, je ne voudrais pas parler au nom de tous.^^

      Supprimer
  3. De cet auteur j'ai essayé "Swallow me whole" et je n'ai strictement rien compris (même pas fait de billet...).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai moi-même vraiment hésité à faire un billet sur cette BD, tellement j'avais l'impression d'être passée à côté, d'avoir lu ce récit pour rien. Heureusement qu'il y avait la note de l'auteur à la fin...

      Supprimer
  4. C'est l'émotion qui était absente ? Dommage surtout si c'est lié à l'auteur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai du mal à dire... Plus probablement moi qui n'ai pas été réceptive, mais j'ignore aussi pour quelle raison car le sujet aurait dû me parler...

      Supprimer
  5. Je la tenterais bien tout de même. En général, (puisque je suis maintenant expérimentée dans ce domaine), le BD de cette collection me plaisent !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Haha, j'aime beaucoup ta parenthèse (qui est une vérité vraie d'ailleurs^^) ! J'aime beaucoup aussi cette collection chez Casterman, c'est pourquoi j'y suis allée encore plus en toute confiance. Bon, ça se trouve tu seras plus réceptive que moi à ce récit en BD. Le sujet mérite qu'on s'y intéresse en tout cas.

      Supprimer

Bon, je modère ou je vous laisse prouver de la façon la plus tordue que vous n'êtes pas un robot ? Je modère, hein ?^^