lundi 19 octobre 2015

LES ENNEMIS DE LA VIE ORDINAIRE


LES ENNEMIS DE LA VIE ORDINAIRE

Un mot pour décrire ce roman : décoiffant ! Pour être plus précis sur l'image, il faudrait se figurer Einstein cheveux ébouriffés ayant mis ses doigts dans une prise électrique !
J'avais déjà expérimenté la plume, le style et les délires de l'auteure, Hélèna Marienské, avec son roman Rhésus dont je garde un excellent souvenir, même si imprécis aujourd'hui, ma lecture datant, et je m'étais toujours dit que je reviendrais bien volontiers sur ses oeuvres à un moment donné.

Quand j'ai découvert le sujet de ce livre, je me suis dit que ce moment était venu. Imaginez une bande d'individus en proie chacun à une addiction fortement embarrassante, socialement et financièrement, devant se réunir deux fois par semaine pour une thérapie de groupe. Hé bien, moi, l'image m'a plu ! Surtout que dans ce groupe, il y a la camé de service, l'accro du shopping, l'alcoolo, le sex-addict et l'accro du jeu (entre autres, je dois en oublier un ou deux), et que de thérapie en thérapie, ils finissent par se choper les addictions des uns et des autres.

Tout un programme donc qui annonçait du barré, du loufoque, tout ce que j'aime, quoi. Et comme j'avais un très bon souvenir de la plume de l'auteure, je m'étais dit que tout cela servi par une écriture savoureuse, ça ne pouvait être que bon !

Sauf que voilà, les 50 premières pages, je m'ennuie, je ne le sens pas. Nous suivons les addictions de quelques personnages, et pas des plus excitantes (jeu, sport), et aucune empathie ne se profile, aucune sympathie, aucun attachement, aucun intérêt. Ils se ressemblent tous dans leur addiction, leur attitude, leur façon de parler, leur excitation. Ils sont plus pénibles qu'autre chose, et on a, à ce stade, aucune envie de savoir ce qu'il va leur advenir. "Qu'ils crèvent dans leur addiction même", nous effleurerait presque. De même, l'idée d'une thérapie de groupe avec ces personnages ne m'emballait plus trop. Je sentais du prévisible, du "mais bien sûr", et un happy ending qui ne m'enchantait guère.

Et puis j'ai rembrayé sur une page, histoire de, sait-on jamais, et là, je suis tombée sur le sex-addict, ce qui tout a changé (étrange, oui) ! Ce n'était pas tant son addiction qui a changé la donne que le personnage en lui-même et sa façon de s'exprimer. Pensez, c'est un érudit ! Ça changeait beaucoup de choses. La thérapie de groupe commence alors, bon gré mal gré. Nos personnages sont plutôt réticents et peu coopératifs, et puis rapidement, le récit évolue de façon plutôt intéressante et pas tout à fait attendue.
À travers un journal intime, je finis par m'attacher (contre toute attente) à Mariette, la junkie du groupe, à son regard sur les autres, sur son addiction, sur la vie. Petit à petit, les rapports évoluent entre nos personnages et on se laisse prendre au jeu. Il y a quelque chose de loufoque et impertinent dans tout ça, mais également de très touchant par moment, et surtout de très humain, qui a fini par m'avoir.

Hélas, là où la mayonnaise commençait vraiment à prendre, l'intrigue a pris une tournure qui m'a moins enchantée car c'était cap toute sur l'addiction au jeu, le poker en particulier, et tout le dernier quart du livre ne tournait plus qu'autour de ça, avec un petit côté grandguignolesque qui était too much pour moi. À moins d'être particulièrement intéressé par les jeux de cartes et leurs stratégies, on peut fort s'embourber et se désintéresser de ce qui se passe (ce qui a été mon cas). Dommage car j'avais fini par m'attacher à toute cette petite troupe et à suivre leur évolution avec beaucoup d'intérêt et d'amusement.

Un récit où on sent que l'auteure s'est beaucoup amusée autour de la thématique des addictions, faisant un pied de nez coquin et malicieux à la psychanalyse, et où l'amusement est communicatif. Dommage que l'addiction au jeu ait été l'addiction principale au final.

Un bon moment de lecture dans l'ensemble mais je reste sur un meilleur souvenir avec Rhésus.

14 commentaires:

  1. J'ai croisé ce nom sans m'y arrêter, mais du coup ton enthousiasme donne envie... de découvrir un autre titre que celui-là, à l'occasion.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Haha tu as failli m'avoir.;-) Ceci dit, j'ai entendu et vu passer des avis plus enthousiastes sur ce titre. Cela dépend probablement des attentes et des humeurs de chacun à la lecture.

      Supprimer
  2. Je viens juste de noter Rhésus dans ma liste de la bibli de R, où il est dispo. Mais à partir de maintenant, cap sur Le puits de solitude! ^_^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hé bien écoute, je serais très curieuse de ton avis sur Rhésus ! Ma lecture date mais je me souviens en tout cas qu'il m'avait très agréablement surprise et charmée alors que j'étais en pleine période de grosse grosse panne de lecture et de non envie de lire.
      Concernant Le puits de la solitude, je m'y colle dès que j'ai fini Une odeur de gingembre (certainement ce weekend), et quelques BD empruntées à la bib'. Je commence à avoir peur du choix de ce titre mais la curiosité est toujours là !

      Supprimer
  3. J'avais lu quelques pages qui m'avaient semblé plutôt attirantes, de là à tenir sur la durée... et si en plus, ça tourne davantage autour de l'addiction au jeu, ça ne va pas forcément m'intéresser...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A voir... certains y ont trouvé leur compte et ça reste un joyeux délire. Mais j'avoue, j'ai vraiment eu du mal à m'accrocher à la dernière partie du récit, autour du poker...

      Supprimer
  4. Il est dans ma pal mais je ne vais pas me précipiter (2022 ?).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Haha, aurions-nous eu le même fournisseur de bouclier ? Enfin, déjà il est dans ta PAL. Moi j'essaie surtout de résister à l'augmenter.;-)

      Supprimer
  5. Rho la la, pas tentée du tout du tout...Elle ne m'avait pas emballée lors de son précédent livre à LGL, ma copine libraire le conseille à ceux qui veulent du light joyeux...mais de ce que tu en dis je n'ai aucune chance de bien l'aimer je pense...(les addictions bof, et je crains le déballage de clichés), mais je retiens qu'il a failli te plaire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Du "light joyeux", j'aime bien l'expression.:-) Je trouve que Marienské n'est pas aussi facilement catégorisable car il y a quand même de la matière dans ses écrits, je repense surtout à Rhésus en disant ça. Là, il est vrai qu'elle est partie sur un trip délire un peu particulier qui ne m'a pas convaincue de bout en bout, mais il faudrait que je lise un autre titre de l'auteure pour être complètement fixée à son sujet.;-)

      Supprimer
  6. Et ben dis donc, tu as un sacré retard dans tes billets car cela fait déjà 1 mois et demi que tu m'as donné ce livre ! Que je n'ai toujours pas lu. Entre d'autres SP reçus (contre promesse de billet ;) les nouveautés de la bib', j'essaie de gérer !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te l'avais même passé alors que je l'avais fini depuis belle lurette (avant mes vacances en Italie !). Oui oui, j'ai un sacré retard, qui ne se rattrape pas du tout, à mon grand dam,mais bon, c'est ainsi...;-)

      Supprimer
  7. Ce sera Rhésus alors ;) le poker, très peu pour moi!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. :-) Rhésus est un très bon choix pour découvrir cette auteure !

      Supprimer

Bon, je modère ou je vous laisse prouver de la façon la plus tordue que vous n'êtes pas un robot ? Je modère, hein ?^^

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...