lundi 4 janvier 2016

JOURNAL D'UN TUEUR SENTIMENTAL


DIARIO DE UN KILLER SENTIMENTAL

( JOURNAL D'UN TUEUR SENTIMENTAL )

traduit de l'espagnol (Chili) par Jeanne Peyras


La littérature latino-américaine pour moi, c'est souvent, soit ce fameux réalisme magique avec lequel j'ai du mal, soit très sexe, assez cru, avec des bombasses qui sont, soit des putes, soit des déesses. Parfois, il y a la milice qui passe et un peu de drogue qui traîne (je schématise, certes). Bref, je n'ai pas beaucoup d'auteurs chouchou dans le lot.
Luis Sepúlveda, je m'attendais à ce que ce soit dans la veine du poétique, sobre, presque pépère, une image que je me suis construite probablement avec Le Vieux qui lisait des romans d'amour (petite parenthèse d'ailleurs, ça fait très longtemps que je suis curieuse de ce Sepúlveda, vu son succès auprès des lecteurs, mais j'ai vraiment du mal à me lancer dans celui-ci - avec vieux et romans d'amour dans un même titre, je m'attends au pire - fin de la parenthèse).

Je ne recherche pas spécifiquement le poétique, le sobre ou le pépère (loin de là même) mais j'espérais une certaine révélation avec Sepúlveda, quelque chose qui le démarque dans la littérature latino-américaine. Je pensais avoir trouvé la bonne pioche avec Journal d'un tueur sentimental pour ENFIN découvrir cet auteur. J'aimais bien le titre, surtout que j'étais tombée sur le billet de Cristie qui avait été conquise par ce Léon chilien. Il m'évoquait quelque chose d'un peu brute avec de l'amour dedans (oui, je sais, je suis bizarre).

Pas de réalisme magique (ouf) dans notre récit, mais pas du tout doux, ni poétique. Là, on était dans le sexe, le verbe coloré, le cru, et ça m'a fait bizarre, comme si ça ne correspondait pas du tout à Sepúlveda et que je lisais un autre auteur (ridicule quand même, cette impression, vu que je n'avais jamais rien lu de lui avant).

Bref, au final, ce fut une lecture mitigée. Le début m'avait inquiétée de suite, ça partait, non pas dans le vulgaire exactement mais bon, cette envolée lyrique très latino sexe m'agaçait (lui aussi ? Pfff...). Par la suite, ça a commencé à être amusant. L'intrigue s'articulait autour de phrases, situations, remarques, et mises en scène assez cocasses qui m'ont détendue.

"[...] alors à quoi ça sert de te plaindre, m'a dit dans le miroir un type à poil qui me ressemblait comme un frère.
- Je ne me plains pas. Je sais perdre, mais je ne supporte pas la déloyauté, lui ai-je répondu tandis que nous partagions la même crème à raser."

L'intrigue classique du tueur à gages ne m'a toutefois pas du tout emballée. Rien de surprenant ou de bien original, pas d'intérêt majeur pour moi là-dedans du coup.
En revanche, la fin, je l'ai trouvée joliment bouclée. Oui, là, il y avait un peu de poésie, non pas que j'aime ça, mais j'ai apprécié cette touche finale inattendue à la saveur douce-amère. J'ai aimé cette ironie du sort qui se révèle à la toute fin. Et puis il faut le dire, il y a une certaine force et originalité dans la narration en elle-même. L'intrigue se développe en à peine quelques pages, sous la forme d'un journal, avec l'essentiel qui est dit de façon concise, précise, brute, efficace.

Pas un coup de coeur, pas une révélation pour autant. J'ai l'impression de ne pas avoir rencontré Sepúlveda avec ce livre. C'est comme si j'avais juste lu un auteur latino-américain lambda. Je ne sais pas trop à quoi je m'attendais. Il faudrait que j'en tente un autre de cet auteur, mais je ne suis pas rassurée...

L'auteur
Luis Sepúlveda est né en 1949 au Chili et vit actuellement en Espagne. Il est l'auteur, entre autres, du Vieux qui lisait des romans d'amour. Ses livres sont traduits dans 50 pays.

Intègre le  

18 commentaires:

  1. Ah bah mince c'est dommage je l'ai lu il y a longtemps j'en garde un bon souvenir...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je l'ai lu il y a très exactement un mois et il ne m'en reste plus grand souvenir, juste quelques impressions.;-)

      Supprimer
  2. RHo la la, pas très tentée quand même, ni par ton enthousiasme plus que mitigé, ni par l'extrait. Tu ne dis finalement pas grand chose de l'intrigue, en fait j'essayais de comprendre le titre. Bon bah je passe alors ;-) et ce n'est pas si grave.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, c'est vrai, l'intrigue en général j'en parle quand j'y ai trouvé un intérêt quelconque, une originalité, quelque chose de marquant à dire sur l'intrigue quoi, en dehors des résumés qu'on peut trouver partout sur la toile, 4è de couv', etc... Bon, là, bêtement, c'est le journal d'un tueur à gages qui a une mission, tuer un homme (très original). Et puis "sentimental" parce que bon, il est amoureux d'une petite Française, notre tueur, et ça, ça le perturbe. Surtout qu'elle l'a trompée et est sentimentalement perturbée elle-même. Mais après je ne peux en dire plus sinon je dévoile toute l'intrigue.;-)

      Supprimer
  3. Avec Sepulveda, c'est un peu tout ou rien. Il est très cucul parfois alors qu'à d'autres moments il est tout à fait emballant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faudrait que je tombe sur le "tout à fait emballant" alors.;-)

      Supprimer
  4. Le vieux... m'avait plus, mais bon, il y a longtemps.
    Et Vargas llosa avec Lituma insisde, moi j'aime bien.
    Et l'autre là le colombien?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Santiago Gamboa ! Oui, j'ai volontairement grossièrement exagéré le tableau pour la littérature latino-américaine (c'est comme dire que la littérature française contemporaine, c'est la littérature du nombril, c'est un peu vite résumé et généralisé ;-)), j'ai eu de très bonnes surprises, et même un auteur chouchou, j'en ai encore plein à découvrir aussi, mais Sepulveda, je sens que ce n'est pas pour moi... A moins que je ne tente vraiment Le vieux... pour être fixée une fois pour toutes... Hmmmm...

      Supprimer
  5. J'ai lu "Le vieux qui..." mais je ne m'en souviens pas du tout ! Il ne m'a pas marqué. Je ne lirai pas celui-ci. Il ne me dit rien.
    Merci pour cette nouvelle participation à mon challenge et bonne semaine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aïe... J'ai bien peur que les livres de Sepulveda ne soient pas du genre vraiment marquant même s'ils peuvent laisser chez certains un souvenir vaguement agréable...
      Bonne semaine à toi.

      Supprimer
  6. Il y a longtemps que j'ai lu Le vieux qui lisait des romans d'amout et je serai incapable de donner mon ressenti qu'il soit négatif ou positif car il ne m'a laissé aucun souvenir indélébile. Peut être que je devrais le relire ou lire un autre de Sepuvelda. J'aime Varias Llosa ou Jorge Amado

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouiiii, je me souviens, tu étais très latino !:-) On a eu l'occasion de parler Vargas Llosa et Jorge Amado il y a quelques années !;-) Vargas Llosa qu'il faut absolument que je lise un jour d'ailleurs !!!
      Bon, sinon, Sepulveda, si je devais y revenir, vraiment sans urgence alors. Je n'ai pas l'impression que je passerais à côté de quelque chose d'indispensable...

      Supprimer
  7. Bonjour a girl, comme Keisha, de Sepulveda, je n'ai lu que Le vieux...
    A te lire, je ne continuerai pas avec ce journal d'un tueur. Bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Dasola, un seul livre, c'est un peu court pour se faire véritablement une idée de l'univers et de la plume d'un auteur, mais celui que j'ai lu m'a quand même dissuadée de poursuivre l'exploration de si tôt. A tort, peut-être...

      Supprimer
  8. Il semble que tu as fait une mauvaise pioche .. j'aime bien Sepulveda, mais j'évite, par choix personnel, les romans qui parlent trop de la milice et de la situation politique de son pays.
    J'ai lu : le vieux ... et Histoire d'une mouette et du chat qui lui appris à voler, et j'ai passé un bon moment.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mauvaise pioche, c'est à peu près sûr, en tout cas, par rapport à mes goûts littéraires. Par contre ici, il n'est nulle question de milice ou de situation politique, donc tu pourrais peut-être t'y aventurer. Il me semble toutefois qu'on est tout de même assez loin de l'univers du Vieux... et de la mouette et du chat.;-)

      Supprimer
  9. J'ai beaucoup aimé Le vieux qui.... Je ne connaissais pas ce titre. Pas trop envie de le découvrir.;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'hésite encore à découvrir Le vieux... un jour, ou passer outre. Je ne m'attends plus à la révélation mais je commence à me faire à l'idée de passer juste un bon moment de lecture.:-)

      Supprimer

Bon, je modère ou je vous laisse prouver de la façon la plus tordue que vous n'êtes pas un robot ? Je modère, hein ?^^

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...