jeudi 18 juin 2020

S'ENFUIR / MARÍA Y YO

Je crois que je vais adopter ce format de publication plus souvent (deux-trois billets en un) pour certaines lectures qui remontent un peu. Ce qui ne signifiera pas forcément que je ne les aurai pas appréciées.:)

S'ENFUIR
       RÉCIT D'UN OTAGE

Ça faisait longtemps que je voulais lire cet album de Guy Delisle, un de mes auteurs chouchou dans la catégorie BD, mais son format pavéesque m'a toujours dissuadée de l'emprunter à la bib'. J'ai fini par le trouver sur le catalogue numérique de la bibliothèque de Paris et j'en ai profité.
Lu en plein confinement, je peux vous dire que ça permet de relativiser pas mal.^^ 

"Être otage, c'est pire qu'être en prison. En prison, tu sais pourquoi tu es là et à quelle date tu vas en sortir. Quand tu es otage, tu n'as même pas ce genre de repères. Tu n'as rien."

C'est le témoignage de Christophe André, employé d'une ONG médicale dans la région du Caucase en 1997 et kidnappé un soir par des Tchétchènes sans raison apparente.
On est très loin des récits de voyage autobiographiques dont nous régale habituellement Guy Delisle car si on se retrouve ici bien loin de nos frontières, point d'évasion ici (c'est le cas de le dire...) ! C'est principalement entre les quatre murs d'une pièce à la décoration inexistante et dont on n'a aucune idée de la localisation que nous vivrons jour après jour les près de quatre mois de captivité de Christophe André.

C'est le récit d'une expérience horrible et tragique mais formidablement racontée !
Tout est dit, montré et illustré avec une économie de mots, de moyens et un minimum d'effets (la touche Delisle) qui n'en rendent pas moins le récit efficace et prenant alors même qu'il ne se passe rien en réalité, et ça c'est quand même assez dément.
L'humour (la touche Delisle bis) arrive à se glisser malgré tout au milieu de l'absurde de situation, bien que ce ne soit pas prédominant (loin de là).
430 pages dévorées en moins de deux !


MARÍA Y YO

( MARÍA ET MOI )

Repéré chez Sandrine il y a moult temps, quand je suis tombée sur la VO au détour d'une librairie, je n'ai pas hésité. Une BD espagnole, l'occasion de rafraîchir mon espagnol en passant et la promesse d'un album drôle et tendre sur l'autisme, traité avec intelligence et pédagogie, ça ne se refuse pas.

Miguel Gallardo, l'auteur, raconte ici, dans un récit à mi-chemin entre journal et témoignage, ses vacances aux Canaries avec sa fille, Maria, autiste mais surtout "unique, comme tout le monde". C'est sur cet aspect qu'il insiste en nous sensibilisant sur le fait qu'elle peut nous paraître différente mais qu'elle n'en reste pas moins aussi humaine que chacun d'entre nous.

Bon, peut-être que je suis une insensible finie mais en toute honnêteté, je n'ai pas aimé cet album, ne serait-ce que les illustrations déjà. Des traits brouillon qui m'ont rebutée à chaque page et qui m'ont peut-être empêchée de rentrer dans le récit.
C'est indéniablement un bel hommage d'un père à sa fille autiste, débordant de sincérité et d'amour, mais j'ai aussi eu l'impression que c'était peut-être plus un livre inconsciemment écrit pour lui-même que pour moi et qui m'a du coup laissée un peu extérieure.

À noter qu'il existe un second volet, María a 20 ans, qui m'attend dans ma PAL mais que je ne suis pas très pressée de lire, j'avoue...
Un film documentaire a également été tiré de cet album. Voici le trailer :

L'auteur
Né en 1955 en Espagne, Miguel Gallardo est un des auteurs de bande dessinée les plus connus dans son pays.

12 commentaires:

  1. Ah, lire S'enfuir durant le confinement... ^_^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Haha, oui je pensais avoir échappé à la mode des lectures autour des pandémies et autres thématiques rattachées de près ou de loin au contexte actuel mais pas vraiment en fait.^^

      Supprimer
  2. J'ai aimé "s'enfuir" également. Très intéressant.

    RépondreSupprimer
  3. S'enfuir était une lecture parfaite pendant le confinement pour relativiser, je suis bien d'accord avec toi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, et je ne l'avais pas choisi pour ça du tout d'ailleurs. C'était juste l'occasion idéale de lire cet album pavéesque que je n'avais pas à me trimballer dans les transports.:)

      Supprimer
  4. Le delisle, je l'ai lu il y a longtemps, et évidemment, il m'avait bien remuée, tout en ayant heureusement l'empreinte delisle.
    Maria et moi me tentait beaucoup mais tes bémols sont bien présents tout de même, je vais donc passer !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Delisle, ça fait longtemps aussi qu'il n'a plus rien publié à part ses guides du mauvais père.:(
      Quant à Maria et moi, ne te fie pas à mon seul avis car je suis a priori une des rares à ne pas avoir été conquise.;)

      Supprimer
  5. Euh, au fait, au passage, je me permets de ramener ma fraise.... les doubles billets me perturbent :(

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je peux comprendre. Je n'étais pas trop pour me résoudre à cette solution de facilité pendant longtemps (enfin, c'est surtout par rapport à la façon dont j'ai organisé mon blog) mais finalement ça me convient bien.;)

      Supprimer
  6. S'enfuir est tombé à point nommé ! Comme toi, je crois que je vais venir de plus en plus vers ce genre de billet qui cumule plusieurs avis histoire de garder une trace de mes lectures, je fais de plus en plus l'impasse...!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est en le voyant de plus en plus sur d'autres blogs que j'ai trouvé que finalement, ça passait plutôt bien. On est plus concis aussi.:)

      Supprimer

Bon, je modère ou je vous laisse prouver de la façon la plus tordue que vous n'êtes pas un robot ? Je modère, hein ?^^