lundi 28 décembre 2020

NORTH AND SOUTH


NORTH AND SOUTH

( NORD ET SUD )

Quoi de mieux qu'un "petit" classique victorien pour s'immerger dans une ambiance cosy de fin d'année ? C'est ce que je me suis dit en choisissant de m'embarquer dans ce roman qui en a enthousiasmé beaucoup, et c'était l'occasion de découvrir enfin Elizabeth Gaskell dont je n'avais toujours rien lu !

Après avoir passé 19 ans entre Londres et le village champêtre de son enfance dans le Hampshire, Margaret Hale s'installe à Milton, une ville du Nord, avec ses parents. Là, au milieu de la pollution et de la frénésie de la ville qui vibre au rythme de l'industrie, du commerce, et des luttes entre ouvriers et patrons, c'est un "Rendez-vous en terre inconnue" assez violent pour la jeune femme issue de la gentry qui, jusqu'à présent, n'a connu que l'air frais de sa campagne et l'élégance londonienne.

D'emblée, j'ai adoré le concept de cette intrigue autour du choc des cultures (Nord/Sud) et des classes, la gentry (d'autant plus intéressant ici que les Hale sont issus de la gentry modeste, voire pauvre) et la nouvelle classe dirigeante et ambitieuse issue de l'industrialisation, la confrontation de ces deux mondes et de leurs idées et points de vue. J'étais particulièrement intéressée par cette description du Nord de l'Angleterre et du milieu ouvrier au 19e siècle.

Mais on ne parlera pas qu'affaires et luttes sociales dans ce roman car bien sûr (sinon pas de cosy Christmas reading), entre rapidement en scène John Thornton, propriétaire d'une usine de Milton qui, bien qu'il ne soit aux yeux de Margaret qu'un vulgaire commerçant sans l'ombre de l'âme d'un gentleman, nous laisse présager, à nous lectrices qui avons le nez fin, qu'une idylle pourrait bien naître entre ces deux-là. En tout cas, moi (et je sais que je ne suis pas la seule 😁), je suis tombée immédiatement sous son charme ! Il faut dire que dans ma tête, il avait un petit air de Colin Firth dans "Orgueil et Préjugés".😂

À ce propos, que de fierté à outrance dans ce roman, d'orgueil exacerbé, d'indignation toutes les deux pages, parfois pour des détails qui nous paraissent, à nous lecteurs du 21e siècle, assez insignifiants, incompréhensibles même. À ce stade, ça en devenait tellement ridicule et risible par moment que j'ai fini par visualiser les personnages comme ci-contre.
Ce qui n'est pas totalement leur rendre justice car en réalité, que de qualités sous leur carapace ! J'ai vraiment aimé l'originalité des personnages, dont Margaret qui, sous ses petits airs hautains et malgré ses préjugés, détonne par son courage, sa force mentale, sa grandeur d'âme et son intérêt pour les sujets brûlants de son époque. 

Mes bémols iront au côté un peu "tourne en rond" de l'intrigue (par moment je trouvais que Gaskell étirait un peu trop le suspense), aux trop multiples coïncidences (sacrées grosses ficelles parfois) et facilités d'auteur, peut-être liées aux contraintes du roman feuilleton, et à la façon un peu expéditive avec laquelle Gaskell a conclu son intrigue, même si j'ai bien aimé et souri à la toute dernière phrase. Attention mini-spoiler La romance, que j'avais pourtant trouvée émoustillante au début, n'était pas aussi cosy que je l'avais espéré sur la longueur, mais peut-être faut-il la lire avec les yeux de la société de l'époque pour vraiment l'apprécier.

Pour la petite anecdote, j'ai longtemps cru, quand on parlait de ce roman, qu'il s'agissait du livre duquel avait été adaptée une série TV (qui date) du même titre mais sur fond de Guerre de Sécession (une de mes périodes historiques de prédilection), avec Patrick Swayze, et que j'avais adorée ! Il s'avère qu'elle a bien été adaptée d'un roman (une saga même), mais de John Jakes, que je me tâte maintenant à rajouter à ma PAL.😅


Intègre le challenge À l'assaut des pavés. Mon dixième de l'année (catégorie plus de 600 pages).

L'auteure
Proche de Charles Dickens, George Eliot et Charlotte Brontë, Elizabeth Gaskell (1810-1865) a occupé une place importante sur la scène littéraire victorienne. Fille et femme de pasteur, elle connaissait intimement la vie provinciale et les milieux industriels.

20 commentaires:

  1. Bien évidemment lu (en VO et je me souviens d'avoir eu du mal avec le rendu de l'accent du nord). Dans mon billet je signale aussi les dernières lignes
    http://enlisantenvoyageant.blogspot.com/2009/09/nord-et-sud.html
    Il te reste d'autres jolis romans à découvrir, tu sais...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, j'ai dû m'accrocher aussi avec l'argot local.^^
      Je viens de lire ton billet. J'avoue que, pour ma part, j'ai trouvé la fin un peu bâclée, avec un dénouement éclair un peu déroutant. Il manquait quelques pages de dialogues ou de développement disons (pour moi). Bon, on va dire que Gaskell a été contrainte d'abréger à cause du format feuilleton...

      Supprimer
  2. J'ai adoré ce livre !! Et il y a bien une mini-série BBC issue de ce roman, très bien aussi : ce n'estpas Colin Firth (que j'aime aussi) mais Richard Armitage, un brin plus sombre et convenant très bien au personnage. Et je n'ai pas encore lu d'autre roman d'Elizabeth Gaskell depuis...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai vu quelques photos de cette mini-série avec Richard Armitage en John Thornton. Effectivement il semble bien correspondre au rôle.:)
      Mes co-lectrices ont prévu de s'embarquer dans d'autres romans de Gaskell. Je les rejoindrai peut-être. À voir car mon programme 2021 est déjà bien chargé.^^

      Supprimer
  3. Encore un de ces "classiques" que je me promets de lire depuis longtemps..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'exulte à chaque fois que j'arrive à combler ces petites lacunes littéraires que je m'étais promis de combler depuis longtemps.^^

      Supprimer
  4. J'ai adoré le livre et l'adaptation par la BBC :-) Un très beau souvenir de lecture :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'en garderai un bon souvenir de lecture aussi. J'avais adoré jusqu'à la moitié du livre, j'ai plus de réserves pour la suite.

      Supprimer
  5. Un classique dont je n'ai jamais entendu parler ! J'ai parfois l'impression de vivre sur une autre planète...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ahaha, tu me fais toujours rire ! Hé bien voilà, maintenant tu en as entendu parler et tu pourras briller en société !;)

      Supprimer
  6. Ah mais j'aurais confondu avec la série télévisée, moi aussi !!!
    Passe une bonne fin d'année A Girl !

    RépondreSupprimer
  7. Tu en parles très bien mais je n'arrive pas à être tentée, tout simplement parce que je me suis spoilée en découvrant une vidéo youtube amateur résumant l'histoire (filmée par la BBC) et la fin...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Arf, le truc bien rageant ! Je me fais souvent avoir moi aussi. Spoiler devrait être interdit par une loi internationale.;)

      Supprimer
  8. Pas pour moi, beaucoup trop classique ! LOL et trop pavesque ! Non sérieusement, je préfèrerai d'abord faire un peu plus le tour de Jane Austen !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hmmm c'est très classique Jane Austen.^^ Enfin, je veux dire, Elizabeth Gaskell ne l'est pas plus que Jane Austen, elles sont de la même période.;)

      Supprimer
  9. j'avais beaucoup aimé ! Le roman m'effrayait un peu et en fait, il se lit très bien. Je ne me souviens pas de tout par contre...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que ça se laisse lire sans peine (enfin, sauf les passages en argot local...^^).

      Supprimer
  10. je l'ai lu il y a des années après avoir vu la série avec Richard Armitage. j'avais bien aimé aussi;

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle semble avoir été beaucoup vue par la blogo cette série.:) Je garderai un bon souvenir du roman aussi.

      Supprimer

Bon, je modère ou je vous laisse prouver de la façon la plus tordue que vous n'êtes pas un robot ? Je modère, hein ?^^