mercredi 1 septembre 2021

LA MORT AVEC PRÉCISION


LA MORT AVEC PRÉCISION

traduit du japonais par Corinne Atlan

Ce livre, ça fait un moment que je l'ai lu mais - et c'est assez rare - il me laisse encore des impressions très vivides, ainsi que des souvenirs assez précis de certains passages.

Le titre m'avait attirée car il me laissait assez perplexe. Quel sens lui donner ? Comment le comprendre ? Quel type d'intrigue se cachait derrière ?

Je n'avais pas d'autre choix que de lire attentivement le résumé qui m'a semblé tout de suite très prometteur :
" "Aujourd'hui encore, je suis en route pour rendre ma décision sur la mort d'un être humain. Pourquoi ? Parce que c'est mon boulot."
Le dieu de la Mort descend sur Terre et enquête pour savoir si l'heure est vraiment venue pour tel ou tel humain de mourir. Chaque fois, il emprunte une nouvelle apparence et découvre avec surprise et humour divers aspects de la société japonaise et humaine. Que ce soit dans le monde des yakuzas, sur les routes du Japon ou dans un hôtel en pleine tempête de neige, le suspense est total car on ignore jusqu'au bout si le "candidat" va mourir et de quelle façon.
Il partage son travail avec d'autres fonctionnaires de la Mort, envoyés ici-bas par une administration plutôt tatillonne qui leur téléphone de temps en temps de l'au-delà pour s'assurer qu'ils font bien leur travail. Ce que nous autres humains espérons aussi."

Et dès que j'ai lu la première page, j'étais totalement ferrée ! J'ai adoré le ton, à la confidence, un peu détaché, les propos, d'une franchise désarmante, et le côté quelque peu décalé de la situation :
"Le patron d'un salon de coiffure m'a dit un jour, il y a déjà pas mal de temps, que les cheveux, ça ne l'intéressait pas vraiment.
- Je passe mon temps à manier mes ciseaux. Clac clac clac, voilà ce que je fais, sans répit, du matin à l'ouverture du salon jusqu'à l'heure de la fermeture le soir. Je suis content de voir la tête des clients de plus en plus nette, mais à part ça, franchement, ça ne m'intéresse pas spécialement.
[...] Quand je lui avais demandé : "Pourquoi tu tiens un salon de coiffure, alors ?", il m'avait rétorqué avec un sourire amer : "Parce que c'est mon boulot."
Voilà qui concorde tout à fait avec ma façon de penser - ma philosophie, pourrait-on dire en exagérant un peu.
Je ne m'intéresse pas tellement à la mort des gens. Qu'un président quadragénaire se fasse canarder sur un véhicule de parade roulant à vingt kilomètres heure, ou qu'un jeune garçon de je ne sais plus quel pays meure gelé avec son chien adoré au pied d'un tableau de Rubens, ça ne me fait ni chaud ni froid."

Ce livre s'annonçait bien plus drôle et réjouissant que tristement sinistre, ce qui s'est confirmé à ma lecture. Il se présente comme un recueil de nouvelles mais elles sont quand même liées entre elles. Disons que chacune raconte une des missions de notre émissaire de la Mort et qu'elles se suivent plus ou moins dans un ordre chronologique.
Comme le souligne la quatrième de couverture, à chacune de ses expéditions, le dieu de la Mort découvre et commente avec beaucoup d'humour les divers aspects de la société japonaise et nos petits travers humains, et c'est particulièrement jubilatoire.

Mon avis Goodreads
Une excellente pioche au rayon japonais ! Je ne pensais pas pouvoir être encore agréablement surprise, surtout que je prenais un risque avec un recueil de nouvelles, autour d'un thème a priori glauque, mais c'est subtil, délicieusement drôle, presque enchanteuresque, comme un joli conte (légèrement macabre certes^^), avec, étonnamment, une pointe d'émotion, et on ne cesse d'être surpris par l'imagination de l'auteur et la tournure des événements au fur et à mesure que les histoires se déroulent.
J'ai particulièrement a-do-ré la première nouvelle que j'ai trouvée gé-niale, et la dernière, en lien avec une autre nouvelle, est une sacrée belle surprise aussi.
Un auteur vers lequel je compte revenir !

Quelques extraits qui illustrent un peu l'humour de l'auteur ou les observations, parfois incongrues, souvent très pertinentes, du dieu de la Mort sur les humains :
"Elle est plutôt grande, ne semble pas avoir de graisse superflue, mais question compliments, c'est à peu près tout ce qu'on peut dire à son sujet."

"Soit dit en passant, je suis convaincu que les embouteillages, c'est la chose la plus moche qui existe chez les humains, leur pire invention, exactement à l'opposé de la musique. Ça me dépasse qu'ils ne se soient pas encore débarrassés de ça."

"- Moi je viens depuis plus longtemps que toi, a lancé fièrement le petit garçon.
Je ne comprends pas pourquoi les humains s'attachent à des différences aussi triviales et s'arrangent pour en tirer un sentiment de supériorité. Ils sont vraiment irrécupérables. D'autant que ça commence à un âge aussi tendre que celui de ce garçon."

L'auteur
Né en 1971, Isaka Kôtarô fait son apparition sur la scène littéraire japonaise en 2000 avec La Prière d'Auduhon, qui obtient le prix Shincho Mystery Club. Depuis, il a multiplié les oeuvres inclassables où se déploie un univers très original, au carrefour du thriller, du fantastique et du roman d'initiation, dans la filiation de Murakami Haruki.

12 commentaires:

  1. Une littérature japonaise multiple! Je ne connais pas, bien sûr. ^_^
    Rien à voir (quoique), le lien vers un film japonais, les délices de tokyo, j'ai juste commencé.
    http://www.france.tv/films/2625181-les-delices-de-tokyo.html‌
    et le nouvelle qu'un bar à chats vient d'ouvrir à Tours.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aaah c'est ce film ! Je n'avais pas compris, mais en fait je l'ai déjà vu.:)
      Et Tours, je vérifie le prochain festival swing et j'arrive !^^

      Supprimer
    2. Ah mais oui, tiens!!! Les chats sont disponibles à l'adoption (et ça démarre bien)

      Supprimer
    3. Oui, normalement c'est le but de ces lieux qui ne sont pas censés être juste des zoos à chats.;)

      Supprimer
  2. Je n'ai encore lu aucun auteur japonais, mais le titre m'a attiré tout de suite. Un jour peut-être...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce serait ton premier roman japonais en plus, non ? Ooh j'ai hâte de lire ton avis à ce sujet !^^

      Supprimer
  3. Bon je t'avouerais que je n'ai pas lu ta critique car je veux le lire pour le prochain mois japonais....pucha...il est dans ma PAL...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas de soucis, je fais pareil.^^ Bon, eh bien je guette ton avis. J'espère que tu seras aussi enthousiaste que moi.:)

      Supprimer
  4. Je note, j'ai toujours besoin de littérature japonaise :-)

    RépondreSupprimer
  5. Oh, ça me semble mortellement tentant ! Je note !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Écoute, c'est un livre japonais qui pourrait bien te plaire.;)

      Supprimer