mardi 21 septembre 2021

LITTLE WOMEN


LITTLE WOMEN

( LES QUATRE FILLES DU DOCTEUR MARCH )

Ou le roman de mes désillusions...

J'avais un très bon souvenir de ce roman que j'ai lu bien plus jeune (probablement en version abrégée) et il me semble avoir aimé le film de 1994 (je garde de vagues images de l'histoire en tête sans m'en souvenir vraiment) mais force est de constater que ma lecture ici fut poussive et fastidieuse malgré quelques moments plus entraînants et des passages intéressants. C'était un peu trop moralisateur et dégoulinant de bons sentiments pour mon petit coeur d'adulte. Je m'étais pourtant lancée dans cette relecture avec grand enthousiasme car j'avais justement envie d'une lecture doudou, facile pour l'été. Las, première désillusion, c'était beaucoup plus mièvre que doudou à mon goût.
En cours de lecture, mes co-lectrices et moi avons même fini par rêver de méchants, de meurtres, de sang... Tout le monde était trop gentil ici, trop parfait, ça en était presque écoeurant à vomir. Certaines ont même entamé des thrillers en parallèle. 😂

Le début avait bien commencé pourtant. L'ambiance et les relations entre les soeurs m'amusaient beaucoup. La morale pourtant déjà bien présente ne me dérangeait pas. Je trouvais même que l'auteure, Louisa May Alcott, avait un certain humour, un brin malicieux, auquel j'adhérais bien. Ses personnages étaient intéressants, Jo et Amy en particulier. J'étais charmée par la solidarité entre soeurs et apaisée par la mère, toujours bienveillante. Bref, tout était plaisant et doudou comme je voulais, mais sur la longueur, c'était trop, à en devenir lassant, surtout ce trop-plein de bons sentiments qui débordaient de toute part. 
Par ailleurs, l'idée était aussi de relire ce roman pour le contexte Guerre de Sécession et la façon dont elle avait été vécue dans le Nord des États-Unis, or, deuxième désillusion, on n'en parle pas ici, à peine une ligne ou deux faisant allusion à la guerre au loin...

Heureusement, ce roman donne tout de même un bel aperçu de la société, des moeurs, de la mode et des aspirations des jeunes filles de l'époque. J'ai beaucoup aimé les chapitres sur les voyages (en France, Angleterre, Italie et Suisse) et ce qu'ils reflètent des différences culturelles de l'époque entre Américains et Européens, et puis bien sûr, j'ai apprécié les passages sur le travail d'écriture et le monde de l'édition, à travers les ambitions de Jo. 

J'avais oublié, en m'y replongeant, que c'était un roman écrit pour la jeunesse, qui plus est, celle du 19e siècle, mais ça s'est vite imposé comme une évidence. J'aurais probablement dû rester sur mon souvenir de lecture d'enfance...

LC avec Nasaissa, Cécile, Manon et Audrey.

Intègre le challenge À l'assaut des pavés. Mon septième de l'année (catégorie plus de 600 pages).

L'auteure
Louisa May Alcott (1832-1888) est une romancière américaine, connue surtout pour son roman Little Women ou Les Quatre Filles du docteur March.

22 commentaires:

  1. Hou là, grosse déception de ta part. Sans doute qu'il faut lire ce roman quand on est encore de l'âge prévu? Ma lecture n'a pas été si pénible, mais je ne me voyais pas poursuivre avec les suites (si, il y en a!). OK, c'est pour les jeunes filles de l'époque, quo doivent être éduquées correctement. Jo apporte de la fraîcheur. Reconnais que je ne t'ai pas spoilé le destin de Beth.^_^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Figure-toi que j'avais failli acheter une version ebook regroupant la saga complète (4 tomes en tout je crois), car oui j'avais vu qu'il y avait une suite.;) Ouhlala que j'ai été bien inspirée de ne prendre que ce tome-ci qui, en plus, est déjà un deux en un puisque traditionnellement, Les quatre filles du docteur March, c'est en fait Les quatre filles + Le docteur March marie ses filles (Good Wives).
      Ah oui, tu avais bien esquivé le sujet de Beth^^, mais j'en avais un vague souvenir de cet événement.:)

      Supprimer
  2. Et bin j'avais lu la version ou Jo se marrie avec Theo...quelle deception en voyant le film..lol...mais bon pas sure de relire, oups lire la vraie version un jour...;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors j'ai découvert lors de cette LC qu'en effet, la première traduction française n'était absolument pas fidèle à la version originale, notamment sur la fin. J'ai halluciné ! Le traducteur qui réécrit l'histoire à sa sauce, selon ses envies, non mais j'ai jamais vu ça !
      Tu parles du film de 2019 ? Alors tu serais encore plus déçue par le roman original parce que celui que Jo épouse à la fin, c'est un vieux monsieur de 40 ans passé (décrit comme tel dans le livre).^^ Rien à voir avec Louis Garrel, haha !

      Supprimer
    2. Non, celui de 94 avec Winona Rider et elle epouse bien un vieux (gabriel Byrne)...donc le choc a ete total, brutal....j'ai du mal a le visionner maintenant...ah les traumatismes de jeunesse....lol

      Supprimer
    3. Ah oui, j'ai revu des extraits sur Youtube car je n'avais plus aucun souvenir de ces scènes. Gabriel Byrne correspond mieux au personnage que Louis Garrel en effet mais dans le livre, je t'assure, c'est encore pire, il est décrit vraiment comme un papi. Tu aurais été encore plus traumatisée.^^

      Supprimer
    4. Alors je vais arreter la ma decouverte des filles du docteur March....;)

      Supprimer
    5. Je pense que c'est une sage décision.;)

      Supprimer
  3. Oh, oh... figures toi que je n'ai jamais lu ( même en abrégé ) ce livre, ni même vu le film. Je crois que je vais m'en passer définitivement. J'ai croisé l'auteure sur d'autres textes, paraît-il moins policés, là, je regrette de ne pas être partie avec.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, intéressant ! J'avoue que je n'ai jamais cherché à savoir quels étaient ses autres romans en dehors de la saga des filles du docteur March. Et cette relecture ne m'a pas vraiment donné envie de chercher plus loin...^^

      Supprimer
  4. J'en ai un vague souvenir aussi, mais je ne pense pas que je relirais ça maintenant !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En fait je ne l'aurais jamais relu si on ne s'était pas mis en tête, avec mes co-lectrices, que ce roman se déroulait pour partie pendant la guerre de Sécession et que ce serait intéressant d'en avoir la vision du Nord (dont je ne devais pas être très consciente en le lisant enfant vu que cet aspect ne m'avait laissé aucun souvenir - et pour cause, le sujet est à peine évoqué en réalité...).

      Supprimer
  5. Moi non plus je n'ai jamais lu ce livre ni vu de film... Il y a tant à lire, tant pis !

    RépondreSupprimer
  6. Elle a écrit d'autres romans.
    Dans la même veine, La filleule du docteur March, je possède cette rareté (?) dans la version rouge et or! Lue relue, je n'avais rien sous la dent quand j'étais gamine. Même si je préférais le comte de MC, bibliothèque verte. J'ai encore tout ça dans mon garage. ^_^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La filleule du docteur March ? Dis donc, elle en avait des choses à écrire sur tous les membres de la famille.^^ La version Rouge et Or ! Aaah tous ces trésors de l'enfance, tu fais bien de les garder ! Ah oui, j'ai connu aussi les re-re-re-relectures des livres de la maison.^^

      Supprimer
  7. Désolée pour la déception en ce qui te concerne, mais moi qui hésitais lorsque je le croisais en librairie, je suis bien heureuse de régler la question à aussi bon compte !! Et l'évocation du manque de noirceur pendant la LC m'a beaucoup fait rire (j'imagine des lectrices se faisant des perfusions de thriller pour supporter la mièvrerie de leur lecture en cours !!)..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Haha, oui, on aura bien ri malgré tout, et c'était vraiment ça. Compenser la mièvrerie de la lecture en cours par des shots de thriller ! La LC fut meilleure que le roman lu, clairement.;)

      Supprimer
  8. Jamais lu et je ne pense pas m'y mettre après lecture de ton billet ! Et puis c'est un pavé !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, étonnamment ! Je comprends mieux l'existence de la version abrégée.:)

      Supprimer
  9. Moi j'ai beaucoup aimé la relecture faite il y aquelques années. La seule chose qui me dérangeait, c'était leur façon de tout ramener à la religion... Une autre époque...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La seule chose mais qui prenait quand même de la place dans l'ensemble du roman, tout ce trop-plein de bons sentiments dictés par la religion. Oui, une autre époque comme tu dis...

      Supprimer

Bon, je modère ou je vous laisse prouver de la façon la plus tordue que vous n'êtes pas un robot ? Je modère, hein ?^^