dimanche 29 mai 2022

EVANGELIA


EVANGELIA

traduit de l'espagnol (Mexique) par Inés Introcaso

Auteur chouchou depuis le fulgurant coup de coeur que j'ai eu pour El último lector, je ne suis pourtant pas revenue vers David Toscana aussi vite que j'aurais pu, la crainte, sans doute, de ne pas être aussi épatée par ses autres romans. Evangelia m'a toutefois fait de l'oeil quand je l'ai repéré chez Sassenach. Cette idée du divin enfant née fille suite à la négligence de l'ange Gabriel, et toutes les conséquences imaginables, m'a paru tout simplement irrésistible ! J'avoue que j'ai attendu sa parution en poche, en vain, c'est pourquoi je ne l'ai lu que maintenant, mais ça me démangeait depuis un sacré bout de temps !

Suite à une erreur d'inattention donc, c'est une Emmanuelle, Fille de Dieu, qui naît à Bethléem voici deux mille ans et des poussières. Voilà qui bouleverse un peu les plans divins mais qu'à cela ne tienne, on s'adapte. La Trinité deviendra donc Tétrade, et pendant qu'une Emmanuelle imprévue devra accomplir sur la Terre promise la mission qui était sienne, Jésus, lui, sera envoyé sur les terres amérindiennes pour prêcher la bonne parole auprès de civilisations qui n'attendaient pourtant pas de messie. Et c'est sans compter Jacob, le frère cadet d'Emmanuelle, qui est convaincu que c'est lui l'envoyé de Dieu et qui se fera connaître sous le nom de Jésus... 

Voilà de quoi bien se mélanger les pédales ! Nos personnages eux-mêmes s'y retrouveront-ils ? 😆 En tout cas, ici, tout le monde (Dieu inclus) est bien malmené et en prend pour son grade, c'est irrévérencieux à souhait, franchement cocasse et jubilatoire !
Toscana frappe fort avec cette version quelque peu parodique et facétieuse des Évangiles car il suit vraiment la trame de l'histoire de Jésus telle que retranscrite dans la Bible, en la remaniant un poil pour qu'Emmanuelle puisse y trouver sa place de façon crédible, surtout à une époque particulièrement misogyne, et en en digressant par moment avec des inventions sorties tout droit de son imagination fort délirante ici. Un exercice périlleux où il doit jongler avec cette sainte Tétrade qu'il s'est imposé lui-même comme socle de son intrigue, et composer avec Emmanuelle que l'on assimile donc au Jésus historique mais qui est en fait sa soeur, et Jacob qui croit être Jésus ! Les deux ont des disciples et Toscana leur attribue les paroles des Évangiles qu'ils se partagent au gré de l'intrigue.

Le tout est vraiment très bien mené malgré la difficulté de l'opération mais il y a tout de même quelques incohérences du fait même du postulat de départ quelque peu capillotracté. Pour exemple, Emmanuelle agit donc en Fille de Dieu comme Jésus dans les Évangiles, se proclame comme telle et est très affirmative dans ses enseignements et ses prédictions, mais en même temps, elle n'est pas sûre de qui elle est ni de l'étendue de ses pouvoirs. Étrange. Tout ne colle donc pas toujours ou certains enchaînements paraissent un peu bancals mais finalement, c'est un peu comme les Évangiles qui ne se lisent pas toujours de manière très fluide et dont certaines phrases ou obscures paraboles peuvent laisser perplexes ou carrément embrouiller. Toscana joue beaucoup, d'ailleurs, de cet aspect confus de certains passages dans la Bible dont il souligne le charabia (j'avoue, j'aurai bien ri là aussi !).

Nul besoin d'être un expert des Écritures pour suivre, les connaissances basiques de tout un chacun devraient suffire à apprécier cette revisite des Évangiles mais c'est sûr qu'on savoure mieux les références et toute l'ironie de la situation en connaissant mieux la Bible.

Une lecture hautement enthousiasmante ! Il y avait de vraies belles trouvailles, excellentes même, mais aussi quelques idées moins convaincantes, comme l'ange Gabriel réduit à l'état d'alcoolique sur Terre. Certains passages m'ont fait ricaner comme une démente (hyène hilare, le retour !), je n'attendais pas Toscana sur le terrain de l'humour, aussi facétieux du moins, et je me suis vraiment réjouie de l'y trouver ! 

Extrait :
"L'Éternel repensa au cinquième jour de la Création [...].
Ce furent des journées marquées par une grande ingéniosité, durant lesquelles Il dut décider qui aurait des jambes, qui des nageoires. Qui volerait et qui nagerait. [...] Il distribua également les sons que chacun émettrait : les plus agréables aux oiseaux, les moins aux chiens. Dans la voix du coq, Il mit quelque chose de l'oiseau et du chien." 😆

LC avec Rachel.
Lu dans le cadre du 
🌶 Book Trip Mexicain => 5 points (thème David Toscana + 432 pages)
     Total à date => 45 points

31 commentaires:

  1. Ultimo lector, oui, et aussi Un dernier train pour tula, que tu n'as pas lu. Bref cet Evangelia m'a l'air délirant. Cela se passe en Amérique latin ou proche orient?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Au Proche-Orient, Toscana étant resté fidèle aux lieux des événements originaux mais il y a quand même une incursion en Amérique latine (truculents ces passages^^).

      Supprimer
  2. Oh c'est à la bibli, avec un autre titre encore...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as de la chance, les miennes ont tous les romans de Toscana sauf Evangelia ! Je me suis même demandé s'il n'y avait pas une forme de censure. Bon, il est dans ma bibli perso maintenant, c'est aussi bien.^^

      Supprimer
  3. Oh oui c'est jubilatoire....oh de mon cote j'ai bien aime Gabriel...qui en perd ses plumes meme...et le sort du pere, tellement misogyne.....a la fin, ce n'est pas vraiment une critique de la bible (que l'on suit ligne par ligne) mais de la societe.....j'ai juste ete decue par la fin....cela aurait pu aller jusqu'au bout....surtout qu'il parle souvent des emmanuelistes....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah tiens, c'est amusant, moi ce sont ces deux parties de l'histoire (Gabriel et Joseph) auxquelles je n'ai pas trop adhéré. Un peu exagéré et tout de même bien triste dans le fond, peut-être. Et d'accord avec toi sur le fait que ce n'est pas une critique de la Bible, bien que je ne saurais dire exactement ce que c'est.^^ Un OLNI, haha ! On pourrait y lire tellement de choses, en vrai. Et la fin, moi, m'a beaucoup amusée (la partie Emmanuelle), c'était tellement inattendu et comme une farce de plus dans le lot.^^

      Supprimer
    2. Oh non je parlais de l'apres....l'anarque pour faire passer Jesus et remettre tout dans l'ordre....bref aucun changement apres l'ascension....Oh j'ai vu une critique de la societe bien machiste (comme celle de Mexico d'ailleurs)....et Joseph qui tombe aussi (c'est quand meme lui qui a impose Jacob...;))...

      Supprimer
    3. Oui, j'ai bien vu tout ça aussi, la misogynie ambiante, etc, mais pour Joseph, j'ai trouvé son châtiment particulièrement sévère.^^ Enfin bon, il y a tant de choses à dire sur ce roman.;)

      Supprimer
    4. Oui mais bon il retrouve sa marie....a la fin...;)....en tout cas, oui il y a vraiment beaucoup a dire....comme Jesus chez les Azteques....je suis encore mdr.....

      Supprimer
    5. Aaaah c'était excellent ça !^^
      Ah oui, et Joseph et Marie, ça m'a un peu écoeurée je dois dire, avec Joseph dans son état, c'est peut-être pour ça aussi que je n'ai pas trop adhéré à ces parties.;)

      Supprimer
    6. Bin comme l'a dit si bien Gabriel, a la recherche de la vierge, ce n'est pas Marie le probleme, mais trouver un autre Joseph...oui encore une critique de cette societe machiste....bref, il a bien merite ce moment de compassion...;)

      Supprimer
    7. hahahahaha oui....;)

      Supprimer
  4. Oh ça a l'air drôle ! Dommage que l'auteur soit un inconnu pour ma BM...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est étonnamment peu visible et c'est bien dommage. C'est un auteur qui vaut vraiment le détour.

      Supprimer
  5. Bon, j'ai manqué le rendez-vous ( je lirai quand même un Train pour Tulla un jour ^^ ), mais j'ai deux lectures mexicaines prévues pour juin ( on y croit :))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très partante pour Un train pour Tula... un jour aussi.^^ Côté Mexique, je vais essayer de privilégier la découverte de nouveaux auteurs sur les prochaines semaines.

      Supprimer
  6. Je ne connais cet auteur que de nom. Je ne sais pas si j'ai envie de le lire... ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah si tu as un doute, je préfère ne pas t'inciter à sauter le pas.;) J'adore Toscana et une bonne majorité de lecteurs aussi, mais il ne fait pas l'unanimité non plus, donc c'est vraiment une question de goût avec lui, et pour toi, je ne saurais dire.

      Supprimer
  7. Repéré évidemment, les couvertures Zulma sont souvent très belles, mais pas encore lu, je me le renote !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une idée de génie ces couvertures ! On en ferait presque la collection.:)

      Supprimer
  8. J'ai beaucoup aimé "El ultimo lector", mais je ne me sens pas très attirée par celui-là... sinon, je suis dans un pavé de Guillermo Arriaga, qui me permettra finalement de participer une seconde mois au trip mexicain !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah c'est un auteur que j'aurais bien aimé caser pendant ce book trip mais on ne peut pas tout lire.^^ Bon, je pourrai toujours le lire à tout autre moment, il est dans mes auteurs à lire en tout cas.

      Supprimer
  9. Carrément tentant ! J'adore l'idée de départ... Et la présence d'humour. Et comme je connais assez bien la bible, je devrais apprécier les références. Noté !

    RépondreSupprimer
  10. Bonsoir A_girl_from_earth, je garde un mauvais souvenir de El Ultimo lector, je n'avais rien compris. Mais pourquoi pas faire une retentative. Bonne soirée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aïe, peut-être pas un auteur fait pour toi, alors, c'est tout à fait possible. Tu seras certainement mieux fixée en tentant un autre de ses romans, en effet.

      Supprimer
  11. Un sujet original ! De prime abord, il ne m'intéresse pas, mais ce que tu en dis est tentant !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne saurais dire si ça te plairait, c'est quand même assez délirant, mais c'est à tenter.:)

      Supprimer
  12. avec ce résumé, ça ne me tente pas du tout... Mais on verra, une fois el ultimo lector fini...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce sont deux livres assez différents, pas vraiment comparables (thèmes + ton), donc même si tu adores El último lector, je ne garantis pas que tu trouveras ton compte ici, surtout si d'emblée le postulat de départ ne te parle pas.;)

      Supprimer