jeudi 19 mai 2022

AMERICAN DIRT


AMERICAN DIRT

J'ai toujours soigneusement contourné les livres ou films autour des narcotrafiquants et de la violence des cartels, et quand j'ai vu que ce roman les évoquait dans le résumé comme la cause de la fuite d'une mère et de son fils du Mexique vers les États-Unis, j'ai franchement hésité à me lancer, book trip mexicain ou non. De plus l'auteure, Jeanine Cummins, étant américaine, j'y ai vu moins d'intérêt, ou moins d'urgence. C'est la polémique autour de ce fait précisément qui a fini par titiller ma curiosité, et embarquée dans une LC, je n'ai plus résisté !

Eh bien, moi qui recherchais justement un bon thriller (dans le sens thrillant, pas forcément à base d'enquêtes & co), j'ai été servie ! 😱
Dès les premières pages, la lecture s'est annoncée intense et hypnotique. Chaque fin de chapitre me faisait battre le coeur d'un bond et j'avais vraiment du mal à lâcher ce livre pour vaquer à d'autres occupations indispensables (manger, dormir...).

Le contexte en quelques lignes :
Le chef du principal cartel d'Acapulco fait massacrer toute la famille de Lydia lors d'un barbecue suite à un malheureux article de presse publié par son mari journaliste. Cette dernière réchappe de justesse à ce carnage avec son fils de 8 ans, Luca, et n'a plus qu'un objectif, leur seule option de survie : fuir le Mexique à tout prix et atteindre les États-Unis. Pas facile quand on a les hommes d'un baron de la drogue à ses trousses, qu'on n'a plus de famille, qu'on peut difficilement risquer de compromettre des amis et qu'on ne peut faire confiance à personne, per-sonne !, et certainement pas à la police.

Lydia, qui était libraire jusqu'à ce jour fatal, se retrouve confrontée à la dure réalité de la vie de migrante, ce qu'elle réalise avec effroi qu'elle est devenue ! Car voilà qu'elle va devoir embarquer elle aussi avec son fils sur les toits de La Bestia, ce fameux train de la mort des migrants au Mexique, et trouver un passeur pour les faire traverser la frontière. Tout cela en évitant bien sûr de mourir dans le process ou de se faire arrêter par les services de l'immigration. Sans parler du cartel ! Autant dire que tout cela paraît impossible et c'est pourquoi j'étais en apnée tout le long ! 

L'auteure nous plonge vraiment dans l'ambiance stressante de la situation, comme si nous y étions nous-mêmes, et parvient à nous faire ressentir avec vivacité ce que traversent les personnages. La peur constante, la paranoïa sans fin, l'incertitude de l'avenir mais la certitude qu'il n'y a pas d'autres issues que le passage de la frontière américaine. Et ce qui rend ce récit encore plus effroyable, c'est que c'est le sort des nombreux migrants, majoritairement centraméricains, qui fuient leur pays pour diverses raisons.
Leur parcours infernal était tel que je me suis fait la réflexion, en cours de lecture, que les épreuves des personnages du Seigneur des anneaux ou autres heroic fantasy, étaient presque risibles à côté de ce que peuvent avoir à endurer les migrants. Quant aux candidats de Koh-Lanta, ils peuvent aller se rhabiller !
J'ai beaucoup pensé aussi à L'Odyssée d'Hakim, qui témoigne bien du calvaire des réfugiés. Le pire, dans ces histoires, et qui est très bien illustré ici aussi, c'est la façon dont d'autres arrivent à faire du business du malheur, de la misère. C'est absolument révoltant !

Enfin, il y a tout de même de nombreux moments lumineux dans ce roman, à travers notamment les rencontres de Lydia et Luca durant leur périple, des personnes qui, au milieu de la cruauté et la bêtise humaines, arrivent à faire preuve d'humanité et de solidarité. C'est de ces contrastes dans la nature humaine que le roman tire aussi sa force et sa richesse. Jeanine Cummins a réussi à tisser à l'intrigue principale une diversité d'histoires personnelles d'autres migrants dont le passé, la situation, les aspirations et la personnalité diffèrent vraiment les uns des autres mais ils s'harmonisent tous parfaitement. Certains ont des histoires terriblement tragiques mais apportent malgré tout beaucoup de fraîcheur à l'intrigue. J'ai vraiment trouvé tous ses personnages très réussis, jamais balayés en surface, tous très réalistes, et attachants au fur et à mesure (sauf un que j'ai détesté tout le long 😅).

Il y a juste un aspect de l'histoire que je reprocherais un peu à l'auteure, ce sont ses "digressions" un peu trop romanesques, qui créent un faux suspense ou forcent l'émotion, et qui délaient l'intrigue inutilement à mon goût. J'ai été un peu parasitée par ces moments en cours de lecture mais ça reste assez léger. La fin aussi m'a légèrement fait tiquer, tout était un peu trop drama pour moi, tout devenait un peu trop prévisible et commençait à manquer de subtilité.

Malgré ces réserves, j'ai adoré ce roman, j'ai été complètement prise dans l'histoire, avec une intensité assez rare pour que je ne tâtillonne pas plus.^^
Ce livre est un très bel hommage aux migrants, particulièrement centraméricains, mais aussi à tous ceux qui doivent fuir leur pays pour diverses raisons. Jeanine Cummins leur rend vraiment justice.

LC avec Stéphanie, Françoise et Nasaissa.
Lu dans le cadre du 
🌶 Book Trip Mexicain => 6 points (thème migration + 572 pages)
     Total à date => 40 points

L'auteure
Jeanine Cummins, née en 1974, est une romancière américaine. Elle vit à New York avec son mari et leur trois enfants. Elle a publié trois romans, dont American Dirt, le premier traduit en français.

29 commentaires:

  1. Je l'ai abandonné ; je devais avoir déjà lu près d'une centaine de pages, mais je n'accrochais pas aux personnages. D'autres choses me gênaient aussi, la tension permanente, la violence et un romanesque excessif à mes yeux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, si au bout d'une centaine de pages, tu n'étais toujours pas prise dans l'histoire, c'est que ce roman n'était pas du tout fait pour toi.;)

      Supprimer
  2. Je note tes mini réserves, mais aussi que le contexte est bon à connaître, on ne sait jamais, au détour de la bibli..;

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Franchement oui, je l'ai trouvé très instructif, n'en déplaise à ses détracteurs qui estiment qu'une Américaine ayant à peine séjourné au Mexique n'a aucune connaissance de ce pays et n'a donc aucune légitimité pour en parler.

      Supprimer
  3. Je ne suis pas très non plus tentée pas les histoires de cartels etc... mais là je dois dire que ce livre m'intrigue en te lisant... je me le note ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que si j'y ai survécu, tout le monde peut y survivre.;) Et j'ai même pris véritablement plaisir à cette lecture.^^
      (en passant, je ne sais pas si tu reçois bien mes commentaires sur ton blog. Je ne les vois pas remonter.)

      Supprimer
  4. J'ai, comme toi, été vraiment happée par ce roman, d'une intensité assez rare... c'est une vraie réussite, à mon avis, à la fois romanesque et éclairant sur les parcours individuels effarants des candidats à l'immigration en Amérique Centrale.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as parfaitement bien résumé l'esprit de ce livre !:)

      Supprimer
  5. Et bin tout en sachant qu'il y a beaucoup, beaucoup d'immigres d'amerique centrale (j'etais a Mexico lors de la fameuse colonne), le Mexique est un pays d'Amerique du Nord...;)...
    Mais vraiment je ne vais pas le lire....car beaucoup trop horrible sur les conditions de ces migres....surtout au niveau du passage.....mais j'imagine que cela doit etre un bien bon livre oh oui...et surement il va y avoir un film...malgre la polemique...;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un livre très réussi dans la mesure où il parvient à faire prendre conscience des causes et des terribles conditions de migration des réfugiés centraméricains qui sont contraints de fuir leur pays. Pour moi c'était tellement effarant que j'ai dû regarder sur le net des articles et des vidéos pour me rendre compte de la part fictive et de la réalité, et j'étais sidérée de réaliser que l'auteure n'avait vraiment rien inventé...

      Supprimer
    2. Centramericains et nordamericains...oui sur le net, on trouve de tout...je me souviens que mon homme s'etait renseigne et cela reste affreux....

      Supprimer
    3. Oui nordaméricains aussi, pour le Mexique, tu as raison de le préciser, même si je pense que pour la plupart des gens en Europe, l'Amérique du Nord s'arrête aux États-Unis et au Canada.;)

      Supprimer
    4. Oui je sais...c un de mes combats (c'est pour cela que j'insiste)....le Mexique est un des 3 pays d'Amerique du Nord...certain(e)s le mettent meme en Amerique du Sud....horrible....un de mes autres combats est le chili con carne (mais ca, tu l'avais deja remarque)...lol....

      Supprimer
    5. Oui, je comprends. Le problème, je crois, c'est que la plupart des gens se contentent parfaitement des approximations, à un moins de s'intéresser de près à un pays et sa culture pour x ou y raison. Il y a tant d'exemples, comme d'assimiler tous les Asiatiques à des Chinois, en disant que Japonais, Chinois, c'est pareil, ou encore de penser que l'Angleterre, la Grande-Bretagne et le Royaume-Uni, c'est la même chose^^, et de mettre ainsi les Anglais et les Écossais dans le même panier. De nombreux combats à mener...:)

      Supprimer
    6. Exactement...on m'a deja dit "a vous, les europeens!"....mdr on n'arrive pas a faire l'union europeenne...et mon homme, qui est chilien, un gringo lui a sorti "pour nous, tout ce qui est au Sud du Rio Grande est mexicain"...il etait fache...lol....oui c'est dur ces droles de combat....

      Supprimer
    7. Oui, des fois c'est juste de l'ignorance sans vraie méchanceté, de personnes qui ne voient pas l'intérêt de s'éduquer sur le sujet parce qu'ils ne sont pas directement concernés, et des fois c'est du racisme primaire...

      Supprimer
    8. Pour le gringo pas sure...c'etait un scientifique....;)....

      Supprimer
    9. L'un n'empêche pas l'autre, mais je ne parlais pas du gringo spécifiquement.;)

      Supprimer
    10. ouiiiiii....je sais....;)

      Supprimer
  6. Cartel, gangs, mafia... des univers que j'évite autant que possible, tant en littérature qu'au cinéma. Pas tant pour la violence qu'ils sous-tendent que pour une vision des relations humaines qui me sont hermétiques. Pour autant, ce que tu dis de ce roman semble valoir une entorse à ce "régime".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors je te rassure, la partie "cartel, gangs, mafia" n'est presque qu'une parenthèse dans cette intrigue, le prétexte pour la faire démarrer, disons (c'est peut-être pour ça d'ailleurs que c'est bien passé pour moi ^^). La thématique centrale est celle des migrations finalement.

      Supprimer
  7. Tu m'intrigues avec ce roman que je ne connais pas du tout. Je ne l'ai jamais vu nulle part.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il sort tellement de livres qu'on ne les repère pas tous (impossible !) mais celui-ci connaît tout de même un certain succès, peut-être pas de la même ampleur en France/Europe qu'aux États-Unis ceci dit. Et puis, il est très thématisé "Mexique" et "migrations", ce qui en réduit aussi le lectorat.

      Supprimer
  8. Je ne suis pas sûre d'avoir envie de le lire à cause des bémols évoqués...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'intrigue est tellement prenante qu'on n'y fait presque pas attention, ou du moins, ce n'est pas ce qu'on retiendra de la lecture.;)

      Supprimer
  9. Tu donnes fichtrement bien envie !!! Je note !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu recherches du thrillant, captivant, qui tient en haleine tout le long, fonce !:)

      Supprimer
  10. Eh bien, je le note mais pas pour tout de suite !

    RépondreSupprimer