vendredi 19 août 2022

BLANC AUTOUR


BLANC AUTOUR

Encore un Lupano ! Je ne me suis pas rendu compte que j'en avais quasi enchaîné deux mais il faut croire que j'aime cet auteur de BD ! Enfin, surtout, il a des idées de scénarios qui, sur le papier, me séduisent invariablement !

Cette fois-ci, il s'inspire de faits réels pour nous amener en 1832 à Canterbury, une petite ville du Connecticut. Dans cette partie nord des États-Unis, les noirs sont "libres", mais n'ont aucun droit citoyen. (et là je reprends le résumé de l'éditeur qui est parfait) À Canterbury, "l'institutrice Prudence Crandall s'occupe d'une école pour filles. Un jour, elle accueille dans sa classe une jeune noire, Sarah. La population blanche locale voit immédiatement cette "exception" comme une menace. Même si l'esclavage n'est plus pratiqué dans la plupart des États du Nord, l'Amérique blanche reste hantée par le spectre de Nat Turner : un an plus tôt, en Virginie, cet esclave noir qui savait lire et écrire a pris la tête d'une révolte sanglante. Pour les habitants de Canterbury, instruction rime désormais avec insurrection."

J'ai beaucoup apprécié découvrir cette histoire autour de la première école pour jeunes filles noires et des réactions de la population blanche locale. C'est raconté avec simplicité et finesse, ça a un arrière-goût de conte cruel, on est pris entre enchantement et noirceur, mais ce bel exemple de courage et de solidarité face à une communauté hostile maintient l'espoir au beau fixe.

Mes quelques petites réserves vont au graphisme qui, hors contexte ou hors scénario, ne manque absolument pas de charme. J'aime vraiment beaucoup ce genre d'illustrations, sobres, aux couleurs et aux traits doux, qui font un peu dessins d'album, mais je trouvais au début qu'elles rendaient le scénario un peu confus. Le rendu avait quelque chose d'assez plat et sans relief et ce n'était pas évident de distinguer les personnages. Il m'avait également manqué un peu de fluidité dans le scénario, il n'y avait pas vraiment de transition d'un événement à l'autre, mais une fois passé ce cap, j'ai été absorbée par l'histoire dont j'ai fini par apprécier la simplicité de la transcription. C'est une histoire assez droit au but.
La postface en fin d'album raconte plus en détails le devenir de ces élèves de Canterbury.

Les auteurs
Wilfrid Lupano (scénario)
Stéphane Fert (dessin et couleurs)

16 commentaires:

  1. Je l'ai lu ; tout en trouvant cet album intéressant, je n'ai pas eu le coup de coeur de nombre de blogueuses. Je n'ai pas trouvé la narration assez claire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On se rejoint sur nos impressions de lecture alors, ce qui me rassure quelque part.:) Ceci dit, j'ai fini par trouver mes repères et apprécier cet album, mais je n'en fais pas un coup de coeur non plus.

      Supprimer
  2. Bonjour A_girl_from_eart, cette BD pourrait me plaire pour le sujet qui malheureusement reste assez d'actualité pour le côté ségrégation. Il vaut mieux encore et toujours être Blanc que Noir aux USA. Bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, et pas seulement aux USA. Je viens de finir un essai intitulé Une histoire des Noirs d'Europe qui en dit long sur la problématique.

      Supprimer
  3. Je l'avais beaucoup aimée cette BD ainsi que d'autres titres de Lupano, ses illustrations sont uniques !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les BD de Lupano sont toujours au moins plaisantes, c'est vrai. Même si je ne suis pas toujours conquise à 100%, il est clairement une valeur sûre.

      Supprimer
  4. Oh cela semble etre toute une BD....oui un sujet assez fort....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, le sujet me parlait bien. Je ne connaissais pas cette histoire autour de la première école pour jeunes filles noirs aux États-Unis.

      Supprimer
  5. Une histoire inconnue (de mes services) et intéressante, mais qui m'a un peu perdue dans la narration. Bon dossier à la fin. J'attends ton histoire des noirs d'Europe, bien sûr.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, la narration n'était pas si fluide mais on s'y retrouve quand même. Bon, je pourrais presque dire la même chose de l'histoire des Noirs d'Europe.^^

      Supprimer
  6. Je ne connais pas ce bédéiste mais c'est noté !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il a un large choix d'albums dans lesquels piocher.:)

      Supprimer
  7. j'ai tout aimé, ce fut un beau moment de lecture... à faire lire au plus grand nombre !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que ça reste indispensable rien que pour le sujet traité.

      Supprimer
  8. Coucou, me revoilou sur la blogo ! BD lue en début d'année il me semble. Beaucoup aimé mais comme toi, réserve sur le graphisme et le mélange des personnages !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah voilà, ça me rassure toujours ces ressentis communs, surtout dans le sens de la réserve, sinon on se sent toujours un peu seul et on doute.^^

      Supprimer