lundi 21 novembre 2005

THE HANDMAID'S TALE


THE HANDMAID'S TALE

( LA SERVANTE ÉCARLATE )

Présentation de l'éditeur
"La servante écarlate, c'est Defred, une entreprise de salubrité publique à elle seule. En ces temps de dénatalité galopante, elle doit mettre au service de la république de Gilead, récemment fondée par des fanatiques religieux, son attribut le plus précieux : sa matrice. Vêtue d'écarlate, à l'exception des voiles blancs de sa cornette, elle accomplit sa tâche comme une somnambule. Doit-elle céder à la révolte, tenter de tromper le système ? Le soir, Defred regagne sa chambre à l'austérité monacale. Elle songe au temps où les femmes avaient le droit de lire, d'échanger des confidences, de dépenser de l'argent, d'avoir un travail, un nom, des amants... C'était le temps où l'amour était au centre de tout. L'amour, cette chose si douce aujourd'hui punie de mort...

Œuvre majeure, La Servante écarlate n'est pas sans rappeler 1984 d'Orwell. Mais, au-delà de cette magistrale création d'un monde, c'est la question du rôle et de l'avenir des femmes que pose, avec force, ce roman inoubliable."

Roman d'anticipation classique, classique dans le sens où il dépeint une société dans un futur proche ployant sous le poids d'une dictature totalitaire, et de ce fait, toute l'atmosphère est effrayante, sombre, oppressante, désespérante, et malheureusement efficacement réaliste.
Au passage, il a gagné entre autres le prix Arthur C. Clarke de la Science-Fiction.

J'ai beaucoup aimé l'écriture de Margaret Atwood, ses personnages, l'atmosphère vraiment très réaliste, le souci du détail, détails qui ne sont pas envahissants pourtant, qui laissent la place au suspens, au mystère... Les événements sont intrigants, on cherche à comprendre ce qui se passe et comment la situation en est arrivée là. On a assez d'indices pour se faire une idée de la situation générale mais on doit également faire beaucoup travailler notre imagination et notre esprit de déduction. J'ai bien aimé ce travail de recherche qui nous fait osciller entre la vérité et, le possible mais pas sûr.
Je me suis souvent demandée comment des sociétés où les femmes sont particulièrement opprimées pouvaient exister sans qu'elles se révoltent contre l'ordre et les règles établis, et à la lecture de ce roman, on comprend un peu comment ce genre de situation peut se mettre en place et perdurer.

Je lirai d'autres livres de cette auteure, c'est sûr.

6 commentaires:

  1. Ce livre m'a marqué mais vraiment beaucoup alors que ça fait une ou deux années passée que je l'ai lu. Mais on s'attache et on craint ce monde dans lequel le personnage principal est obligé de vivre. J'ai hâte que la série sorte, vu les premières images je sens qu'elle va être vraiment fidèle au livre ce qui ne peut que me réjouir !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça fait un sacré moment que je l'ai lu, du coup je ne m'en souviens pas dans les détails, mais j'en garde quelques images fortes. Je suis assez curieuse de la série aussi !

      Supprimer
  2. Comme tu sais, j'ai adoré ce roman ! Je trouve effectivement qu'il pose de nombreuses questions... Moi aussi, je vais continuer à lire cette auteur mais je n'ai plus rien dans ma PAL, il va falloir que j'y remédie :-) grrrr encore des livres à acheter !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, on ne s'en sort pas ! :) Bon, de mon côté, il faut déjà que je passe l'étape de la relecture, et après je (re)continuerai à la lire (en essayant de ne pas attendre 14 ans cette fois...).

      Supprimer
  3. Merci pour le lien, je l'avais trouvé sur ton ex blog mais les publicités arrivant en nuées incontrôlables m'ont dissuadée de persévérer (et dans mon futur billet je ne dis vraiment rien, la paresse!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah c'est l'enfer cet ancien blog ! Quand il m'arrive (de plus en plus rarement) d'y faire un tour pour rapatrier d'anciens billets (toujours pas fini cette affaire...), j'ai l'impression de traverser le Mordor... ou les égouts... bref, un lieu où il ne fait pas bon traîner.^^

      Supprimer

Bon, je modère ou je vous laisse prouver de la façon la plus tordue que vous n'êtes pas un robot ? Je modère, hein ?^^