mardi 25 novembre 2008

PERDRE EST UNE QUESTION DE MÉTHODE


PERDER ES CUESTIÓN DE MÉTODO

PERDRE EST UNE QUESTION DE MÉTHODE )

traduit de l'espagnol (Colombie) par Anne-Marie Meunier


Mon troisième Santiago Gamboa, et je dois dire que, même si j'ai passé un bon moment de lecture, divertissant, agréable, je suis ravie de ne pas avoir commencé par celui-là dans ma découverte des romans de cet auteur, car je ne suis pas sûre qu'il m'aurait incité à poursuivre aussi avidement mes lectures de ses ouvrages.
Ca reste un polar sympathique, assez classique au niveau de l'intrigue, avec cet intérêt majeur que, sous la plume de Gamboa, s'y mêle un humour savoureux qui relève un petit peu le côté classique de l'intrigue.

A la différence des autres romans que j'ai lu, Les captifs du Lys blanc et Le syndrome d'Ulysse, l'histoire ici se déroule en Colombie.

Présentation de l'éditeur
"Victor Silampa tient la rubrique des faits divers d’un quotidien colombien, il est aussi détective privé et très amoureux de Monica. Il enquête sur l’identification d’un cadavre horriblement empalé et crucifié, en compagnie d’un petit fonctionnaire doté d’un grand bon sens qui recherche son frère disparu. Couple don quichottesque, les deux hommes fréquentent une communauté naturiste et mettent à jour la corruption ordinaire de toutes les grandes métropoles.
Avec un grand sens de l’humour et du dialogue, l’auteur construit un héros mélancolique, amoureux à la fidélité fragile, qui perd méthodiquement sa vie personnelle à lutter contre les puissants. Une vision désenchantée de l’amour et du pouvoir. "
  
L'aspect original de l'affaire, c'est qu'il ne s'agit pas d'une enquête en relation avec les filières traditionnelles du crime dans ce pays, à savoir le trafic de drogue, les paramilitaires ou la guerilla, en revanche il aborde les problèmes de corruption - "le plus grand mal, sans doute, en Colombie" comme dirait le réalisateur Sergio Cabrera qui a adapté ce roman à l'écran - et d'autres aspects de la vie quotidienne en Colombie qui en offrent une vision assez fraîche et qui sort de l'ordinaire.
J'ai adoré le personnage du commissaire Moya, boulimique invétéré, et qu'est-ce que je salivais à chaque mention du mot "empanada" et autres plats typiques qui alimentaient le récit! Côté sexe, toujours aussi cru le Gamboa! :)

Bon, il ne me reste plus que Esteban le héros à lire de cet auteur... J'espère qu'il a d'autres romans en cours d'écriture!

2 commentaires:

  1. C'est vrai que ce livre là ne m'incite pas à en lire d'autres du même auteur.
    J'ai trouvé l'enquête assez fade, sans grand intérêt... et les vies privées des persos à côté... ba pas non plus convaincantes.
    Je ne suis peut être pas faite pour ce style mais non... pas conquise :s

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne te contredirai pas sur ces impressions, je pense que j'aurais eu le même discours si je n'avais pas lu d'autres romans de Gamboa mais comme je te disais, j'y ai peut-être plus trouvé mon compte dans la mesure où j'étais déjà sous son charme et donc plutôt encline à tolérer ses romans moins réussis.
      Essaie quand même ses autres romans à l'occasion, le style est différent, le lieu de l'action aussi, les thèmes abordés, ça joue tout ça...;)

      Supprimer

Bon, je modère ou je vous laisse prouver de la façon la plus tordue que vous n'êtes pas un robot ? Je modère, hein ?^^