vendredi 4 novembre 2011

L'APPEL DE L'ANGE


L'APPEL DE L'ANGE
  
Verdict: franchement, la romance aussi cliché en moins, et ce roman de Guillaume Musso était de plutôt bonne facture me concernant. 

L'intrigue en quelques mots: à l'aéroport de New York, un homme et une femme se télescopent par inadvertance et s'échangent leur téléphone portable par mégarde. Lorsqu'ils s'en aperçoivent, l'un, Jonathan, est à San Francisco, et l'autre, Madeline, est à Paris. Commence un début d'échanges houleux via SMS pour récupérer leurs biens respectifs, mais de fil en aiguille, la curiosité et l'indiscrétion aidant, chacun explore la vie de l'autre dans le contenu des téléphones et y découvrent des secrets et mystères qu'ils tentent chacun de résoudre, les entraînant tous deux dans une aventure course-poursuite des plus inattendues.
  
Une intrigue plutôt bien ficelée même si certaines ficelles sont grosses, du suspense, des rebondissements et retournements de situation, j'avoue, je ne m'attendais pas du tout à l'aspect thriller de ce récit plutôt rondement mené car je pensais plus y trouver une romance façon Daniel Glattauer vu le contexte de l'intrigue, et un aspect paranormal dans la mesure où cet auteur est souvent associé à Marc Levy.

Le style est par ailleurs agréable, l'écriture fluide, en cela ce roman se lit comme on lirait la majorité des romans contemporains actuels catégorie thriller bien divertissant. Rien de fondamentalement mauvais donc comme mes préjugés me portaient à le croire.
A cela s'ajoutent une culture générale et littéraire solide qui alimente son récit à bon escient (j'ai beaucoup aimé ses références littéraires classiques et contemporaines, allant de Romain Gary à Lord Byron, en passant par Yourcenar, Mark Twain, Malraux, Sophocle, mais aussi Stieg Larsson, Carlos Ruiz Zafon, Joyce Carol Oates, et j'en passe), ses connaissances et sa passion palpable pour les Etats-Unis, j'ai bien aimé ses descriptions de villes (New York, San Francisco, Paris...), et cette incursion très documentée dans le milieu gastronomique et dans l'univers des fleurs, tout cela enrichit son récit agréablement.

Le gros hic qui justifie mes réticences, c'est le traitement des relations entre les protagonistes, avec ce côté romance cliché et prévisible qui évoque ces comédies sentimentales à l'américaine que je prends plaisir à visionner, mais qui me navre et m'exaspère dans un roman.
Pourquoi faut-il toujours que Quelle conne et Quel goujat (les qualificatifs que s'appliquent mutuellement nos protagonistes lors de leur rencontre, bien sûr, mais c'est pour mieux s'aimer mon enfant), se révèlent être en réalité de sacrés crèmes si on y regarde de plus près, et finissent par tomber dans les bras l'un de l'autre en parfait "twin souls"? Le contraire eut été étonnant...

Heureusement ici, l'aspect thriller qui m'a bien tenu en haleine a vite pris le pas sur l'aspect romance un peu gros(tesque), et même quand ce dernier a ressurgi avec ses gros sabots, c'était une parenthèse attendue et "inévitable" qui n'a pas trop nui à mon plaisir de lecture.

Une expérience plutôt positive donc que cette lecture d'un Musso, j'ai plongé dedans avec des a priori très élevés, ce n'était pas gagné donc, mais mine de rien je l'ai dévoré en un jour!
Je ne dis pas que je réitèrerai l'expérience de si tôt, mais en cas de nécessité de lecture légère, divertissante et entraînante, je pourrais y penser.
  
Lu dans le cadre de mon Challenge Géraldine (2/3), ce qui m'a beaucoup aidée à l'aborder dans de bonnes dispositions d'esprit et avec humour.
J'ai lu un Musso! Yes!

18 commentaires:

  1. Respect, tu es allée au bout de ton défi et en plus, tu en es revenue vivante, sans rancune et même plutôt contente. Tu as bien défini je pense en conclusion ce que l'on trouve dans un Musso et ce que l'on va justement chercher chez lui !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, a priori bonne pioche pour celui-là car si j'ai bien compris, c'est le premier dans lequel il s'aventure sur le terrain du thriller. J'ai lu franchement moins palpitant dans cette catégorie donc ça m'a assez bluffée, j'avoue.:)

      Supprimer
  2. Ben dis donc, t'envisages même d'en lire un autre?:)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah nan, ne déforme pas ce que je dis!^^ Mais, clairement, ce n'est pas du "never again", dans le sens où, à l'aéroport par exemple, si je n'ai rien sur moi et un long trajet devant moi, entre rien et Musso, je ne rechignerai pas à prendre Musso.:)

      Supprimer
  3. Depuis, je cherche à mettre la main dessus à la bibli, tu fais des émules... Bonne pioche on dirait? (même si tu ne vas pas te jeter sur son intégrale dans la pleiade quand même?)
    Vilaine, tu dis la fin, ils s'aiment et tout ça, tu ne m'as pas laissé le plaisir de la surprise!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ^^ Morte de rire pour le spoiler et la pleiade. Je ne connais pas bien le personnage Musso mais ce que j'ai appris à apprécier là du moins, c'est qu'il ne prétend pas écrire de la grande littérature, il marche même de façon assumé sur les plates-bandes de ces romans divertissants à l'américaine qui marchent bien (mixte de chick lit et de thriller à la Harlan Coben), et il s'en sort plutôt pas mal dans le genre.

      Supprimer
    2. Il me semble l'avoir vu en interview, et il avait l'air d'être un chic type content de faire de la littérature détente pour les gens et n'ayant pas la grosse tête. On ne sait jamais, je pourrais entamer ce challenge Géraldine (si elle m'offre un voyage, je l'achète à l'aéroport, qui sait?)(j'ai reçu une pub de NF avec plein de fabuleux voyages à faire... mouais, rêvons...)
      Bon, j'attends le billet complet sur ton japonais génial!

      Supprimer
    3. Oui, une sacrée découverte le Japonais! J'en suis encore sciée!
      Quant au challenge Géraldine, en réalité je serais bien curieuse d'avoir ton avis sur Musso!:)

      Supprimer
    4. Juste entre toi et moi, mais chut (géraldine le sait, tout de même), j'ai commencé hier soir La fille de papier, le précédent opus de l'auteur. Le cerveau ravi mais fatigué par le truc que je lis actuellement, j'ai pu me plonger sans peine dans Musso, juste avant d'aller au dodo. Je commence à sauter les descriptions "attendues" de Los Angeles", sinon, il y a une intrigue et j'aimerais bien connaître la fin. On va dire, pour l'instant, que c'est le point fort de l'auteur, qui ma foi n'est pas plus mauvais que certains auteurs...
      Autre avantage : je sens qu'après je serai en super forme pour lire des trucs plus costauds. Tu vois, un peu comme régime bouillon d légume quand on a trop forcé sur le foie gras.

      Supprimer
    5. Oui, c'est ce qui m'aura marquée en lisant Musso, c'est que réellement, il n'est pas plus mauvais que certains auteurs. Il est même comme une grande majorité d'auteurs contemporains dans l'air du temps, côté détente, il a plutôt un bon style d'écriture je trouve, il sait instaurer une intrigue qui tient malgré tout en haleine, moi mon seul gros hic c'est le côté chick lit, romance et dialogues convenus... Mais c'est un gros hic quand même.^^
      (dis donc cachottière, tu lisais du Musso dans mon dos et Géraldine était au courant!! Haan!)

      Supprimer
    6. Je venais juste de laisser un comm sur son billet, pas de cachotterie... Ma cousine me l'a prêté dimanche!
      L'écriture est assez euh normal sans plus, mais là je suis dans un passage vraiment pas mal...

      Supprimer
    7. Aha! Oui c'est ça, écriture "normale", rien de particulièrement infect, voire même des passages pas mal. Dis donc, pour un peu tu me convaincrais de le lire aussi celui-là!^^

      Supprimer
    8. Là j'en suis au stade "j'écris un billet ou pas?"

      Supprimer
    9. Tu penses bien que je te pousserais bien vers le stade "j'écris".^^

      Supprimer
    10. Billet écrit!
      Au fait, tu es taguée...

      Supprimer
    11. Double "aaaaaah", chacun avec une intonation différente.^^

      Supprimer
  4. Un roman plein de surprise, mais à force de lire du Musso les surprises ne sont plus vraiment des surprises...
    Y'a pas à dire, il est super comme livre, mais Musso ne se renouvelle pas...
    C'est bien la première fois que je me dis que si il continue comme ça, ça va finir par me lasser --'

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui? Remarque si c'est toujours la même recette à quelques 2-3 ingrédients près, je veux bien croire que ça finisse par lasser. Comme c'était mon premier Musso et que je partais avec un a priori assez élevé, c'était une plutôt bonne surprise me concernant.

      Supprimer

Bon, je modère ou je vous laisse prouver de la façon la plus tordue que vous n'êtes pas un robot ? Je modère, hein ?^^