mardi 17 avril 2012

LES LIAISONS CULINAIRES


LES LIAISONS CULINAIRES

traduit du grec par Karine Coressis et Delphine Garnier


J'hésitais à qualifier ce court récit d'excellent mais comment qualifier autrement un roman qui vous a donné la banane dès la première page, que vous dévorez le sourire aux lèvres, qu'il vous tarde de retrouver à peine délaissé, et dont la fin, inattendue, vous satisfait pleinement?

Donc voilà, excellent, je ne vois pas d'autres mots! Andréas Staïkos, c'est le deuxième auteur grec que je découvre dans le cadre de ma lubie "Escapade livresque en Grèce", et franchement, je le trouve excellent! Non seulement j'ai envie de lire ses autres oeuvres mais ça me motive vraiment à poursuivre cette aventure à travers la littérature grecque contemporaine!
  
Le style est savoureux, il m' a transportée telle une symphonie parfaite, le mot "virtuose" m'a également traversé la tête en pensant à l'auteur à travers ses mots!
J'étais à la fois curieuse et sceptique de ce roman qui proposait de faire découvrir les recettes grecques à travers une intrigue, un grand classique finalement dans la littérature du monde, je pense entre autre à La colère des aubergines de Bulbul Sharma, ou Vie et passion d'un gastronome chinois de Lu Wenfu.

J'adore d'ailleurs le principe de ce "bonus plus" qui consiste à découvrir, en plus d'une culture à travers sa littérature, la cuisine d'un pays, moi qui suis une grande gourmande, c'est ce qui m'a attirée en premier lieu, mais je craignais aussi ce côté déjà vu et une succession de petites nouvelles avec recette à la fin plutôt qu'un vrai récit.

Or la force de ce roman justement, c'est qu'il y a une intrigue unique, habilement développée par l'auteur autour de quelques recettes savamment décortiquées.
  
L'intrigue, parlons-en! Je craignais aussi au départ ce que décrivait la 4è de couv', "intrigues amoureuses assaisonnées de libertinage", je ne savais pas trop à quoi m'attendre et j'imaginais, à vrai dire, le pire! Je pensais m'ennuyer ferme sur cette partie. Erreur, groooosse erreur! Cette partie m'a véritablement enchantée et éclatée, c'est ce qui m'a mis la banane tout le long. Le récit est drôle et enlevé, son développement et sa narration sont excellents! Tout est dépeint avec finesse et humour et j'ai adoré la fin.
  
Je reprends d'ailleurs un passage de la 4è de couv' qui résume bien ce roman:
"En dix-sept menus, il campe une intrigue intimiste, légère, théâtrale, drôle et digeste, qui raconte les chassés-croisés de Nana avec ses deux amants, Dimitris et Damoclès".
  
Et des extraits du récit:
"- Mais pourquoi parles-tu si bas? C'est à peine si je t'entends, dit Dimitris.
- Je ne sais pas... C'est peut-être la suavité du plat et son velouté qui me dictent de chuchoter. Cette recette exige un accompagnement sonore d'une grande douceur."

Et ce passage, aaah ce passage, moi qui ne suis pourtant pas particulièrement sensible à la poésie des mots et des images, j'ai été transportée, émue, je ne savais même pas que l'on pouvait décrire la cuisine avec autant de poésie et de sensualité. C'est tout simplement magnifique!
"- Tu t'es encore une fois surpassé. Tu as d'abord plongé dans un bain d'huile brûlante les morceaux d'un lapin, prêtant des tons dorés à sa chair cuisse de nymphe, sa chair fine et fragile, terrestre et périssable. Puis tu l'as déposée pour lui flatter le teint dans le lit écarlate d'un coulis de tomate, un lit chaud et humide où pendant près d'une heure elle s'est alanguie. Enfin tu l'as couchée, attendrie et offerte, dans le creux de l'assiette. Et escortée d'oignons, d'amours d'oignons tout ronds, de graines de paradis, de cannelle, de girofle et de feuilles de laurier,  elle s'est laissée conduire jusqu'aux cieux éternels de l'estomac." (quel final époustouflant, non?)

L'auteur
Né à Athènes en 1944, auteur d'une dizaine de pièces de théâtre jouées à Athènes, Thessalonique, Nicosie, Rio de Janeiro et Paris, Andréas Staïkos est également le traducteur de nombreux auteurs français des XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles - notamment Molière, Marivaux, Laclos et Labiche.

14 commentaires:

  1. Drôle et alléchant: je le note!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que tu apprécieras au moins autant que moi!

      Supprimer
  2. Pfffou, très sensuel , dis donc (pas à la bibli, j'ai vérifié...)
    Et Storyteller? Bien, hein?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je me rends compte qu'on ne trouve pas de la littérature grecque contemporaine à tous les coins de rue comme ça. Pareil, dans mes bib', il n'y a pas tant de choix que ça, et j'étais à la Fnac la semaine dernière, 3 romans seulement (dont le fameux Zorba!) au rayon littérature grecque (qui existe, c'est déjà ça...).
      Storyteller, je n'ai pas pu m'y replonger vraiment ces derniers jours, mais chaque court paragraphe que j'arrive à lire avant d'aller dormir ou dans les transports est un régal!

      Supprimer
    2. J'émerge ce matin... D'un trip opéra de dingue... Faire 200 km aller et retour pour voir La traviata... (la fi nétait étrange, pourtant elle aurait dû mourir, non?)Impeccable, soit dit en passant. Et j'aurai aussi des renseignements de première main pour la région de george Sand (pourvu qu'il ne pleuve pas)

      Supprimer
    3. J'ai bon espoir qu'il ne pleuve pas vu le temps qu'on a en ce moment et jusquà la semaine prochaine (oooh mais ça va exciter les limaces ça non?? ).
      Sympa tes activités! Suis jamais allée à l'opéra de mon côté, il faudrait que je tente l'expérience, tiens!

      Supprimer
    4. Meuh non, les limaces vont être bien briefées, t'inquiète!

      Supprimer
    5. ^^^^^^J'imagine la scène!

      Supprimer
  3. Très tentant comme lecture. Ma libraire me l'avait conseillé à Noël mais vu que j'avais déjà pas mal de livre dans les bras je l'avais reposé. Tu viens de me le faire regretter.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aaah elle est bien ta libraire! Comme je disais plus haut à Keisha, le rayon littérature grecque contemporaine n'est pas très bien représenté en librairie, alors que les romans espagnols, italiens, portugais, etc, sont en bon nombre, c'est assez étonnant... et dommage!

      Supprimer
  4. Euh, tu l'as pas lu en VO ???? Moi côté Grec, je me suis arrêté à Platon et j'ai fait un bon pour arriver à notre fameux Nikos, qui va bientôt, grâce à moi, devenir un mot clé principal des visiteurs via google !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ^^Attends, je rajoute The Voice et c'est bon, j'éclate le compteur de visites!
      Non, pas de VO ici, mais franchement, vu le peu de romans grecs traduits en français en réalité (comparé à d'autres romans européens du moins), je me dis que pour le coup, j'aurais dû me mettre au grec!

      Supprimer
  5. Bonjour A_girl..., on me l'a offert pour mon anniversaire. J'ai trouvé ce roman très sympa, en particulier les recettes qui m'ont paru bien appétissantes. Nana est une femme qui mène les hommes par le bout du nez (pour ne pas dire autre chose). Dimitris et Damoclès sont des hommes assez nigauds. Ah les relations entre homme et femme ne sont pas simples. Bonne fin de week-end.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Dasola! Oui, tu as bien résumé toute l'essence des personnages . Je me suis personnellement amusée et régalée de ce trio que j'ai trouvé drôlissime, et les recettes, oui, très appétissantes et convaincantes, mais elles n'ont pas l'air très simples à réaliser...:) Bon début de semaine!

      Supprimer

Bon, je modère ou je vous laisse prouver de la façon la plus tordue que vous n'êtes pas un robot ? Je modère, hein ?^^