jeudi 19 avril 2012

LE DÎNER


LE DÎNER

traduit du néerlandais par Isabelle Rosselin


Hé bien, si je m'attendais à cette histoire! Moi qui pensais au début lire un récit plaisant et relativement animé autour d'un dîner qui allait confronter les convives sur je-ne-savais-pas-trop-quel-sujet propre à délier les langues et révéler le véritable visage des protagonistes, j'étais à mille lieues d'imaginer le thème réel de cet intrigue!
  
Ça commençait bien pourtant! Le narrateur, dès les premières pages, m'a plu par son humour, son cynisme et son sens aiguisé de l'observation. Le ton du récit présageait bien, très rapidement je me suis laissée happer par l'histoire, sourire aux lèvres et jubilant d'avance de ce qui allait suivre.

Pour situer rapidement, Paul, le narrateur, et sa femme, sont conviés à dîner dans un restaurant haut de gamme d'Amsterdam. Alors qu'on aurait tendance à l'envier, la perspective de ce dîner dans ce lieu huppé ne lui sourit guère. On comprendra rapidement pourquoi au fil des pages aussi je n'en dirai pas plus.
  
J'ai beaucoup aimé la construction de ce récit, qui s'articule autour du déroulement classique d'un dîner, avec des chapitres dédiés respectivement à l'apéritif, l'entrée, le plat, etc, jusqu'au café. Chaque étape du dîner dans son contenu est décrite avec un sarcasme qui m'a beaucoup amusée (ce livre vaut le détour rien que pour ça!), et parallèlement, on réalise qu'il y a des zones d'ombres dans cette réunion, à première vue anodine, qui ne s'éclairent qu'au fur et à mesure de la soirée.
Le narrateur met d'ailleurs nos nerfs à rude épreuve en amorçant un sujet sans vouloir en dire plus long sur le coup, exprès. J'ai trouvé ce procédé assez énervant à la longue, comme un suspense élaboré de façon trop flagrante par l'auteur.
  
Quant à l'intrigue en elle-même, j'ai détesté le "parti pris" de l'auteur dans ce récit sur un sujet moral assez délicat, tournant autour de ce que des parents seraient prêts à faire et accepter pour leurs enfants, moi qui apprécie pourtant généralement les auteurs sans concession et réalistes dans leur intrigue, aussi noire soit-elle, mais le sujet m'a dérangée, je n'étais pas d'accord avec certains raisonnements, voire j'étais indignée, et la fin m'a évidemment énervée!

Cela dit, l'intrigue est subtile et maîtrisée, je dirais même que c'est un roman véritablement réussi pour m'avoir à ce point perturbée, et me faire osciller entre j'ai aimé et j'ai détesté!
  
C'est, en passant, mon premier roman néerlandais lu et j'ai bien envie d'explorer davantage cette littérature!


L'auteur
Herman Koch est l'auteur de plusieurs romans, mais c'est Le Dîner qui lui apporte la consécration. Elu Livre de l'année aux Pays-Bas, où il s'est vendu à près de 400 000 exemplaires, traduit dans une quinzaine de langues, salué par la critique internationale, Le Dîner est le premier roman de Herman Koch à paraître en France.

18 commentaires:

  1. Oui il fait du bruit celui-ci ! Je pense que je le lirai un de ces jours car ce que tu en dis m'intrigue.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On l'a vu pas mal sur la blogo en effet. Je ne pensais pas du tout le lire en fait, c'était, un "à l'occasion", et celle-ci s'est présentée lors d'un de mes derniers passages en bib'.:) Curieuse de te lire à ce sujet maintenant!

      Supprimer
  2. Je ne pense pas que l'auteur ait un parti pris dans le débat mais plutôt qu'il souhaite initier de l'indignation chez le lecteur, le faire réagir et le placer face à une situation extrême pour le faire réfléchir.
    En tous cas, c'est un roman qui raisonne encore en moi de part le dilemme qu'il suscite : jusqu'où serions-nous prêts à défendre nos enfants ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, d'où mes guillements pour "parti pris" car j'entends bien qu'il y a une distanciation entre un auteur et ses écrits, qui ne reflètent pas forcément ses convictions, d'autant plus qu'on est dans un roman, et donc dans la fiction, mais, si tu préfères, pour reformuler, je n'ai pas aimé son choix de scénarisation des faits, le point de vue duquel il a choisi de se placer pour alimenter le débat, son jusqu'auboutisme, qui dans ce contexte, est très dérangeant. Pour moi il n'y a pas de dilemme. On peut aller loin effectivement pour défendre nos enfants mais on ne peut pas tout accepter. Il y a des gifles qui se perdent quoi...

      Supprimer
  3. Pour ma part, je n'ai pas oscillé : j'ai beaucoup aimé.

    RépondreSupprimer
  4. On l'a tellement encensé, on en a tant dit (moi je connais plus que toi -avant lecture- de quoi ça parle), je l'ai tellement attendu à la bibli (il y est, maintenat, mais je ne l'ai plus emprunté, après cinq mois plus envie) alors voilà je n'ai plus trop envie, on verra bien, si j'ai un creux de lecture.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, ça me fait cet effet-là aussi quand on parle trop d'un livre, de manière trop dithyrambique, surtout sur la blogo. Là j'étais curieuse, mais sans sentiment d'urgence. En fait, c'est plus le fait de réaliser que l'auteur n'était pas français (comme j'étais persuadée au départ) mais néerlandais, qui m'a décidée!:)

      Supprimer
  5. Je suis partante pour une LC néérlandaise !:D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Partante évidemment! Reste plus qu'à trouver un titre qui semble valoir le détour!

      Supprimer
    2. Je cherche et je reviendrai te faire les propositions :D

      Supprimer
    3. Je suis toute ouïe! (enfin, tout oeil!^^)

      Supprimer
  6. Un avis mitigé quelque part. Cela fait un moment que ce homard me fait de l'oeil sur la blogo, et aussi à la bib. donc tout est possible !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est presque irrésistible ce homard sur fond bleu, c'est vrai!^^ Une couverture qui pète bien, tout en restant assez sobre. Moi aussi, chaque fois que je la voyais en librairie ou à la bib', c'était comme une piqûre de rappel.

      Supprimer
  7. il est dans ma PAL! et je l'ai d'ailleurs complètement oublié !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, comme tant de livres j'imagine...;) Personnellement je ne le classerais pas en lecture urgente mais ça vaut le détour.

      Supprimer
  8. Ayé, je l'ai fini et j'ai absolument le même avis que toi... Ce roman m'a beaucoup dérangée et en même temps beaucoup plu. Je ne m'attendais vraiment pas à ça, je m'attendais à me marrer du début à la fin, et bam! Ce truc là, cette folie... Bref, mon billet est écrit et il sera en ligne vendredi matin ! Faut qu'on trouve un resto pour dîner plus agréablement que dans le livre ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Yeah ! Un restaurant hollandais !:-D Euuh attends, je crois que je n'ai pas encore lu mon Hollandais pour le challenge. Cette lecture est antérieure. Moi je devais lire "Une catastrophe naturelle" de Margriet de Moor. OK, je me bouge !
      (oui, une expérience de lecture assez particulière, hein ? Je guette ton billet vendredi)

      Supprimer

Bon, je modère ou je vous laisse prouver de la façon la plus tordue que vous n'êtes pas un robot ? Je modère, hein ?^^