jeudi 24 septembre 2015

HYPERBOLE


HYPERBOLE AND A HALF

( HYPERBOLE )

traduit de l'anglais (États-Unis) par Carole Delporte


Repéré chez Jérôme il y a un moment, j'ai tout de suite su que j'allais totalement adhérer à ce roman graphique ! Concrètement, plus qu'une BD, c'est un récit illustré et complété par des dessins et des planches. Ce sont ces derniers qui m'ont convaincue que ce livre était pour moi, allez analyser pourquoi...
Des dessins qui pourtant ne brillent pas par leur qualité exceptionnelle, ni par leur précision, ni par un graphisme impressionnant, mais qui moi me font mourir de rire ! J'ose aller jusqu'à dire que je suis même véritablement fan de ces dessins minimalistes, ces traits simples, presque enfantins et pourtant très parlants, qui résument souvent l'essentiel.

Le dessin de ce personnage a été repris pour faire des petits slogans revendicateurs assez comiques qu'on a pu voir souvent sur le net à une période. Quand j'ai découvert le lien entre ces petites illustrations et ce livre, je me suis d'autant plus attachée à l'auteure, Allie Brosh.

Ce roman graphique est sous-titré "Situations fâcheuses, insatisfactions chroniques, et toutes les autres choses qui me sont arrivées !"
Au début, je pensais que ce livre allait compiler une série d'anecdotes arrivées à l'auteure, illustrées façon délire, comme c'est un peu dans l'air du temps. Une sélection de petites frustrations du quotidien, de souvenirs pénibles, à l'instar de L'encyclopédie des petits moments chiants par exemple, évoqués avec dérision. Je m'attendais donc à me bidonner tout le long. Et je me suis bidonnée, oui, mais ce n'est pas du tout le type d'anecdotes hilarantes auxquelles je m'attendais. Il y avait un petit côté glauque dans ce récit, quelque chose de triste, de pas franchement fendard. Quelque chose qui serre le coeur, et malgré tout, de terriblement drôle (les dessins y sont pour beaucoup).

L'auteure livre ici ses états d'âme, rien de franchement rose, et parle de dépression, mais parvient malgré tout à faire rire ! Étonnant ! Il ressort tout de même de son récit une sorte d'appel au secours non présenté comme tel auquel on ne peut répondre. C'est ce que j'ai trouvé tragique.

J'ai appris beaucoup sur la dépression à travers ce livre mine de rien et j'ai été amenée à regarder les dépressifs d'un autre oeil. Tendance à la procrastination et à l'inertie, fuite des responsabilités, questions vides de sens qui encombrent l'esprit, le dépressif dégage une certaine impression d'immaturité au premier abord, et pourtant, il est profondément lucide et a une capacité d'analyse de sa situation assez bluffante. On pourrait se dire que beaucoup de gens ont ces symptômes. Je me suis moi-même identifiée sur certains points (procrastination etc), des choses qui ne me semblaient pas anormales (oops) et qui m'amusaient du coup, mais en fait, il y a un mal être plus profond et inquiétant chez ce personnage.
Ce qui m'a épatée, c'est que l'auteure a une façon particulièrement drôle de parler de sa dépression, avec une franchise déconcertante, comme relatant simplement des faits, ne cherchant pas à masquer sa bizarrerie, ses inquiétudes, ses peurs. J'ai trouvé cela troublant et en même franchement amusant. Courageux aussi, audacieux cette façon de se livrer entièrement.

"Voilà ce qui est frustrant avec la dépression : on ne la combat pas avec de l'espoir. Elle n'est même pas une entité - elle est le néant. Et on ne peut pas lutter contre le néant. On ne peut pas le remplir. On ne peut pas le cacher. Il est simplement là, et il prive toute chose de son sens. Ainsi, toutes les solutions à base d'espoir paraissent totalement vaines comparées à l'envergure de mon problème.

Ce livre fourmille de propos, de réflexions (souvent drôlissimes), de questions existentielles qui me laissent penser que l'auteure est d'une intelligence hors du commun, une sorte de génie. La 4è couv' parle d'ailleurs de surdouée. Elle a une vision des choses et de la vie très particulière et en même temps complètement sensée. Sa lucidité est peut-être ce qui est sa perte. Par son côté rigolote malgré elle, je l'ai trouvée attachante et touchante.

Cette lecture était une expérience assez hors du commun, délirante, un voyage atypique dans l'esprit d'une personne qu'on ne saurait affirmer si c'est un génie ou une dépressive, qui ne laisse pas totalement indemne. À la lecture de ce livre, on oscille entre amusement fou, rires, tristesse, empathie. C'est un récit qui suscite beaucoup de réflexions et qui m'a beaucoup impressionnée et intriguée. J'ai adoré ce personnage, profondément touchant, qu'on admire et qu'on plaint à la fois. J'ai adoré l'auteure que je trouve vraiment amusante, originale, barrée, et inquiétante. Jusqu'à la page finale, les remerciements, je l'ai trouvée trop mignonne !

Excellent aussi le "Guide des concepts de base à destination des chiens". Hilarant ! Truculent !

Je suivais Allie Brosh sur son blog en attendant de mettre la main sur son livre, mais depuis un moment, silence radio...

L'auteure
Allie Brosh, 25 ans, vit comme une recluse dans sa chambre, à Bend, dans l'Oregon. En 2009, elle s'est dit : Tiens j'ai une bonne idée ! Au lieu de devenir une scientifique, je vais écrire et faire des dessins sur Internet ! Il se trouve que le blog d'Allie Brosh, Hyperbole, a reçu de nombreux prix et que, en 2013, la presse a distingué Allie Brosh comme l'une des cinquante figures créatives les plus influentes du monde. 

8 commentaires:

  1. Ce truc a l'air à la fois farfelu, drôle et profond. Tentant, même si je ne suis pas à première vue fan du graphisme. Mais bon, encore un auteur que la bib' ne connait pas...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Farfelu, drôle et profond, c'est très exactement ça en trois mots.:-) Quasiment tout le livre (si je ne me trompe) est issu de son blog dont je donne le lien plus haut si tu es curieuse du contenu.

      Supprimer
  2. Pareil, la bibli ne connait pas (oui, je sais, ça peut s'arranger, mais quand même...)
    Sinon, devine ce que j'ai trouvé à la bibli de S (ma petite ville)? Le dernier tome de De cape et de crocs, où l'on va peut -être découvrir pourquoi Eusèbe le lapinou si mignon a fini aux galères; Mais il semble qu'on s'engage dans une nouvelle série, le premier volume ne dit pas tout...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme je disais à Sandrine, tu peux quasiment lire le livre d'Allie Brosh via son blog. Je trouve ça plus digeste en livre mais je me suis longtemps contentée du blog.:-)
      Aah De cape et de crocs ! Il faudrait que je m'y replonge, je m'étais arrêtée au tome 5 et c'était il y a 4 ans ! Comme le temps passe...Autant dire qu'il faudrait que je reprenne depuis le début...

      Supprimer
  3. Tu as bien fait de baisser le bouclier pour celui-là, hein ;)
    Je trouve les dessins affreux, mais il y a tellement d'autodérision que je ne pouvais qu'apprécier (et toi aussi je le savais ! )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, de temps en temps, il se laisse attendrir ce fameux bouclier (mais faut dire que ça ne servirait à rien que j'aille zyeuter les lectures des autres autrement^^ - d'ailleurs le seul moyen de préserver sa PAL, ce serait bien de ne fréquenter ni blogs, ni bib', ni librairies... Et quand on a de bonnes surprises comme Hyperbole, on se dit qu'on aurait tort de s'en priver ! Nonon, le tout c'est la maîtrise, se laisser tenter avec raison et modération (mouahaha !).

      Supprimer
  4. Pas envie de me fendre le cœur... je passe !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas non plus déprimant, hein, d'ailleurs ça ne l'est pas du tout. Ça fait juste réfléchir sur ce phénomène, ça l'éclaire d'une autre lumière (enfin, c'est ce que ça m'a fait).

      Supprimer

Bon, je modère ou je vous laisse prouver de la façon la plus tordue que vous n'êtes pas un robot ? Je modère, hein ?^^

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...