lundi 10 avril 2017

RIQUET À LA HOUPPE


RIQUET À LA HOUPPE

Lorsque j'ai officialisé ma participation au mois belge, j'avais annoncé que ce serait (enfin) l'occasion de revenir à Amélie Nothomb "que j'ai boudée il y a un sacré bout de temps suite à une déception, alors que j'avais adoré ses premiers livres."
ERRATUM Je me suis rendue compte, en rapatriant (enfin) ici mon unique billet nothombien de mon ancien blog, qu'en fait, je n'avais jamais adoré ses premiers livres. Parmi tous ceux que j'ai lus jusqu'à Robert des noms propres que j'ai trouvé indigeste du début à la fin, seuls deux de ses romans m'avaient particulièrement plu, le reste m'ayant distraite, sans plus. Bon, en réalité, il faut en compter trois, avec Hygiène de l'assassin dont je garde un très bon souvenir (mais est-il fiable ? hmmm).

La miss Nothomb a été bien productive depuis, aussi j'ai cru qu'il me serait difficile de faire un choix, mais son tout dernier paru portant le titre d'un conte de Perrault, et étant particulièrement férue de contes revisités, réadaptés, détournés, etc, je me suis dit que ce "Riquet à la Houppe" réécrit sous la plume nothombienne ferait parfaitement l'affaire, et j'étais même assez excitée du résultat. C'est qu'il me restait comme autre ombre de souvenir que "j'aimais bien l'humour à la Nothomb".

Alors, le verdict de ces retrouvailles ?
Au moment de rédiger ce billet, ma lecture remonte à près de deux semaines, et force est de constater qu'il ne m'en reste plus grand-chose. Ça en est presque inquiétant. Je cherche des bribes de souvenir. Bon sang, cette lecture ne remonte pas aux calendes grecques quand même. Je me raccroche au conte original. Riquet, un homme laid mais doté d'une intelligence hors du commun dès la naissance. Je revois vaguement un personnage similaire à quelques détails près dans le roman de Nothomb. Ah oui, Déodat ! Mais rien de plus, vraiment. Et la fille ? Que l'ironie du sort aura fait son opposé exact. Belle comme le jour mais pas très fute fute. Comment déjà ? Ah oui, Trémière.
Bon, et maintenant que j'ai retrouvé les prénoms, quel était leur environnement déjà ? Où grandissent-ils ? Dans quels familles ? Et comment se rencontrent-ils ? Encore une fois, le conte original s'impose à moi mais ne m'aide pas cette fois-ci à retrouver mes petits. Je me concentre, je me concentre. Je vois des oiseaux...

Aaah ! Déodat est un passionné d'ornithologie. Ben voilà ! En plus, j'avais beaucoup aimé cet aspect du personnage qui m'a rendu les oiseaux presque fascinants. En tout cas, j'avais trouvé les remarques et les observations de Nothomb très justes à leur sujet. C'est vrai qu'on en voit tous les jours des oiseaux, et pourtant on leur prête si peu d'attention. On n'en voit quasi jamais sur les peintures de paysages - tellement vrai - alors qu'ils sont aussi présents que le ciel.
Quant à Trémière, je la revois grandir auprès de sa grand-mère, une obsédée des bijoux. Assez fascinant là aussi. J'avais bien aimé comment Nothomb retranscrivait cette passion pour les bijoux, l'importance d'en prendre soin, leur pouvoir.
La suite refait son chemin doucettement dans ma tête, avec pas mal de blancs tout de même, mais au final, il me reste le souvenir d'un roman de bonne facture, assez plaisant mais sans plus.

Mon avis Goodreads, écrit dans la foulée une fois le livre terminé, me le confirme :
"Des retrouvailles plutôt sympathiques avec Amélie Nothomb mais rien de particulier à signaler."

Oui, voilà, c'est ça. J'ai retrouvé Amélie Nothomb, avec ses personnages aux noms alambiqués, le mot juste, le verbe plaisant, les phrases bien tournées, avec parfois ce quelque chose de fascinant et étonnant dans le fond, une histoire qui se laisse lire (du vite lu d'ailleurs, en un après-midi à peine), avec quelques fulgurances ici et là, mais au final, rien de bien mémorable. Un moment de lecture ni véritablement agréable, ni particulièrement désagréable.

J'avoue que même si cette lecture est loin d'être un échec, elle ne m'a pas particulièrement donné envie de me replonger dare-dare dans ses autres romans.

LC avec Keisha

Intègre le  

28 commentaires:

  1. Il faut que tu lises Ni d'Ève, ni d'Adam (et La nostalgie heureuse). Elle parle du Japon, tu sais ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et voilà, j'en étais sûre ! Je me suis plantée ! C'est Ni d'Eve, ni d'Adam que j'aurais dû choisir !!! J'aurais dû faire un sondage. Bon, hé bien, ce sera pour le mois belge 2018.:-) La Nostalgie heureuse me dit moins, ça doit être lié au titre.

      Supprimer
  2. Quand elle parle du Japon, c'est mieux et pourrait te plaire. A part ça, mon avis rejoint le tien, vite lu, voilà voilà.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui voilà, ça se lit quand même sans déplaisir, et relativement vite (bon, 180 pages, écrit gros et aéré, c'est vite lu - d'ailleurs je l'ai classée dans les romans courts).
      C'est vrai que j'aurais dû choisir un de ses livres thématique Japon, mais bon, je n'ai pas vraiment pris le temps de scruter tous les résumés...

      Supprimer
  3. Ton billet me fait rire, comme celui de Keisha, j'aime la manière dont vous faites comprendre que... bof, quoi. Moi aussi j'ai aimé ses premiers romans, je conseille toujours à mes élèves Mercure ou Stupeur et tremblements. Il y a quelques années, j'ai réessayé avec La nostalgie heureuse, mais ça ne m'a pas convaincue de renouer avec dame Amélie...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En réalité, mon billet aurait pu se résumer à mon commentaire "Goodreads", haha ! Mais il y avait quand même de bonnes choses dans ce roman. C'est juste que, bon, aussitôt lu, aussitôt oublié.
      J'avais beaucoup aimé Stupeur et tremblements. Il faudrait que je le relise, tiens. Ma lecture date un peu. Je ne me souviens plus bien de Mercure par contre.

      Supprimer
  4. Mes copines qui lisent du Nothomb, j'arrive !!!! Mais ah, euh... Bon en même temps, tu n'as pas pris le meilleur de ces derniers. Perso, je préfère que ce sont des "vraies romans" et non des revisites de contes. Mais celui ci m'avait bien parlé tout de même. J'avais mis 4 pattes !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ahaha, désolée pour la fausse joie, mais bon, tu vois, j'y suis revenue quand même (14 ans après !!), et je ne dis pas non pour y revenir à nouveau mais ce ne sera pas pour tout de suite. D'ailleurs, il faudra que j'y revienne vraiment car visiblement, je me suis complètement plantée dans mon choix. Enfin, c'était pas mal mais pas aussi convaincant que je l'espérais.

      Supprimer
  5. Nothomb, ce n'est pas pour moi. Pas envie !

    RépondreSupprimer
  6. Mes préférés sont ses romans biographiques. J'ai relu Le sabotage amoureux ce week-end. Je ne m'en souvenais pas vraiment, c'est excellent. Plus digeste qu'Hygiène de l'assassin. Que j'aime beaucoup mais qui est assez pesant au final. Deuxième roman lu, donc... on continue...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, j'aime assez ses romans biographiques parce qu'il faut bien dire qu'elle a eu une jeunesse assez atypique et le personnage reste bien intrigant par bien des aspects. J'ai d'ailleurs décider de récidiver plus vite que prévu avec Ni d'Eve ni d'Adam que je viens d'emprunter à la bib'.:-) Je n'aime pas rester sur cette impression de "bof". Il faut que ce soit plus tranché. Ma prochaine lecture sera décisive.;-)

      Supprimer
  7. Longtemps que je ne lis plus Nothomb, ça coince...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben figure-toi que je vais encore lui donner une chance là, très prochainement. Ça m'a pris aujourd'hui, haha ! Bon, ce sera sûrement la dernière, sauf si je suis très agréablement surprise, ce que j'ose encore espérer...

      Supprimer
  8. J'ai mis un moment, après les lectures de vos billets à toi et à Keisha, pour me souvenir que j'avais lu ce livre... seulement l'année dernière...
    Pareil, je ne l'avais plus lu depuis un moment et ce roman, bien tiède, ne m'a pas réconciliée avec elle. Et puis, il faut qu'elle arrête avec ces noms tordus ! Et toujours la paire "un personnage et son total opposé"....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est ça, c'était assez tiède, et puis c'est un peu toujours les mêmes recettes.:-) Bon, je vais quand même lui redonner une chance avec Ni d'Eve ni d'Adam qui est plus dans la veine autobiographique (qui lui réussit assez bien, de mémoire), et puis bon, thématique Japon oblige. C'est celui que j'aurais dû choisir dès le départ, je pense. Si vraiment je reste sur le "bof", je m'arrête là. C'est que j'ai une PAL aussi...:-)

      Supprimer
  9. Plus jamais je ne lirai Nothomb, ma décision est irrévocable :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Haha, j'étais aussi catégorique il y a 14 ans, mais tu vois, il m'a suffit d'un mois belge et un peu de faiblesse et hop !;-) Pire encore, je vais récidiver ce mois-ci, je n'attends même pas 2025 !! J'ai besoin d'être un peu plus fixée. Là, c'était une lecture sans passion mais pas non plus désagréable. A voir pour le prochain.:-) Peut-être le dernier cette fois !

      Supprimer
  10. pareil que Jérôme et depuis la lecture de Pétronille que j'ai trouvé... je peux le dire? Nul !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas lu Pétronille (je boudais déjà Nothomb à ce moment-là) mais ton commentaire me fait penser à ma réaction avec Robert des noms propres.;-)

      Supprimer
  11. Plus tentée non plus par Nothomb, le seul que j'ai vraiment aimé : Hygiène de l'assassin.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'en garde un bon souvenir, quoique fort imprécis. Je n'irai pas jusqu'à le relire ceci dit.:-)

      Supprimer
  12. Ça fait bien une éternité que je n’ai pas lu Amélie Notomb! J’avais lu « Stupeur et tremblements », « Hygiène de l’assassin », « Péplum » et « Métaphysique des tubes ». Il y a tellement d’auteurs que je n’ai pas lus encore que je me dis que 4 romans c’est déjà pas mal...
    Et là je lis ton billet, me disant que si celui-ci est extraordinaire pourquoi pas y revenir. Puis finalement il est loin de l’être, « rien de bien mémorable », « rien de particulier à signaler », « il ne m'en reste plus grand-chose ». Je crois donc que je vais en rester là pour le moment. En évitant, si j’y retourne, de me taper l’indigeste « Robert des noms propres » :D))
    (oh la laaaaaaaa le weekend s’en vient ma chère!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais oui, en plus, tu as complètement raison ! Il y a tellement d'auteurs que je n'ai pas lus (et chez les Belges, je peux compter ceux que j'ai lus sur les doigts de la main) (bon peut-être des deux mains), je ne sais pas pourquoi j'ai tenu absolument à revenir à Nothomb (dont j'ai déjà lu une dizaine de livres) (sans être plus enthousiaste que ça dans l'ensemble)... Et en plus je m'acharne, vu que je compte lire Ni d'Eve ni d'Adam prochainement... Bon, je ne cherche pas à me comprendre sur ce coup-là mais il y a quelque chose de légèrement absurde dans tout ça.:-)
      (ouiiiii !!! Loooooong weekend en plus !!^^)

      Supprimer
  13. Ouf! Peut-être une autrice à oublier ? Pour ma part, je pense n'avoir aimé qu'un seul livre d'elle, les autres m'ayant profondément ennuyé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben écoute, j'ai quand même cédé à la curiosité de Ni d'Eve ni d'Adam (thématique Japon oblige) que je suis en train de lire, et franchement, je ne regrette pas.:-) Je me régale, je dévore même, et je me marre ! Là, je la retrouve avec plaisir !

      Supprimer
  14. J'ai aimé stupeur et tremblement et Ni d'Eve ni d'Adam le crime du Conte Neville bof.. j'ai eu une impression de baclé mais j'aime son écriture

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En fait quand elle écrit des romans purement fictifs, j'ai l'impression que c'est un exercice d'écriture, et comme, effectivement, elle a un style propre qui n'est pas désagréable et qui est de qualité, ça reste de bonne facture, mais l'intrigue en elle-même ne marque pas les mémoires. Quand c'est dans la veine autobiographique, je la sens davantage dans son élément, l'histoire a plus de corps, et c'est donc tout de suite plus savoureux.

      Supprimer

Bon, je modère ou je vous laisse prouver de la façon la plus tordue que vous n'êtes pas un robot ? Je modère, hein ?^^

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...