mercredi 3 juillet 2019

RETOUR À BANDUNG


CURHAT TITA, BACK IN BANDUNG

( RETOUR À BANDUNG )

traduit de l'anglais par Philippe Touboul

Bandung, avant de tomber sur cet album à la bib', j'ignorais que ça se trouvait en Indonésie (inculture, bonjour) mais ça sonnait assez exotique pour attiser ma curiosité.
Un rapide coup d'oeil à la quatrième de couverture et j'étais cuite. Un voyage culturel en Indonésie en BD, c'est assez rare pour que je ne saute pas sur l'occasion.

L'auteure, Tita Larasati, née en 1972 à Jakarta, fait des études de design industriel à Bandung qui devient sa ville d'adoption. Après 9 ans aux Pays-Bas où elle termine ses études (mais rencontre aussi l'âme-soeur en la personne d'un Hollandais et met au monde deux enfants), elle décide de retourner vivre à Bandung avec sa petite famille.

Nous sommes alors en 2007, et c'est (et là je copie/colle la présentation de l'éditeur qui m'a fait de l'oeil) "ce retour dans son pays et dans la ville de sa jeunesse qu'elle décrit dans cet album, avec un regard à la fois occidental et indonésien, les petits riens du quotidien, la nourriture, les problèmes de circulation, le déphasage de ses enfants...".
Souvenirs d'enfance et d'adolescence donc, anecdotes du présent, observations du quotidien, réflexions sur les différences de modes de vie aux Pays-Bas et en Indonésie, tout cela est raconté avec beaucoup d'humour, de fraîcheur et de légèreté comme cela sied bien à ce genre de récit. Ça reste assez sobre et authentique ceci dit, rien de trop factice ou exagéré façon humour à la manga, ce qui lui confère un petit charme en plus.

Le bonus plus pour moi, c'était l'évocation des gourmandises et mets indonésiens. On sent, comme pour tout plat rattaché aux souvenirs d'enfance, le plaisir de l'auteure à retrouver ces spécialités et à les partager avec le lecteur. Dommage que les illustrations ne leur rendent pas vraiment justice mais avec un peu d'imagination, on arrive presque à saliver.
En parlant des illustrations, je les ai trouvées très sommaires, très proches de premières esquisses vite fait auxquelles il manquerait plusieurs touches finales, des dessins à l'état brut, quasi le premier jet sans retouches, mais malgré tout, cela reste très évocateur et vivant.

Dans l'ensemble, j'ai beaucoup aimé l'originalité de ce voyage culturel (en Indonésie, et un peu aux Pays-Bas) en BD, mais j'ai trouvé que ça manquait toutefois un peu de cohérence narrative. Il y avait un léger côté brouillon, fourre-tout, décousu (je raconte ce qui me vient en tête sans ordre particulier), et ce, même sur une même page. C'est à la fois culturellement instructif mais aussi très survolé.

À noter que Tita Larasati a connu un grand succès en Indonésie avec la publication de son journal en bande dessinée sous forme de blog, puis en série de livres.

8 commentaires:

  1. Ce genre de BD choc des cultures et cuisine d'ailleurs me plait toujours!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On ne s'en lasse pas de ces récits en BD. C'est d'autant plus irrésistible quand ce sont des pays et cultures plus rarement explorés ou racontés en BD. Quelle aubaine quand on tombe dessus !

      Supprimer
  2. Je ne savais pas où était bandung ! Je note malgré le côté décousu... mais bon, je ne lis pas encore beaucoup de BD.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'en lis pas mal mais je reste petite joueuse par rapport aux experts du genre, et chez moi, les romans et autres sont encore au premier plan.:)

      Supprimer
    2. Bonjour Fanja,
      Je te propose le 29.07 pour une LC de Démokratia. Comme je te l'ai dit, je ne parlerai que du tome 1 mais tu peux très bien parler de tous :-).
      Je ne vais pas tout de suite acheter la suite même si je suis certaine de continuer parce que je voudrais finir ma série Gunnm ( je viens d'acheter le tome 4 :-))
      J'écoutais des fans de mangas sur youtube : ils disaient que tout fan qui se respecte a au moins un tome de Naruto, one peace dans sa mangathèque : c'est le cas pour toi ??? Autant ça ne me dérangerait pas d'avoir un tome de dragon ball z ( enfant,je riais en voyant tortue géniale en anime), autant naruto et compagnie ne m'attirent aps du tout... C'est comme Berseck, tout le monde semble l'avoir lu mais je ne suis pas sûre d'apprécier... Désolée de te poser autant de questions, je suis néophyte :-(

      Supprimer
    3. Parfait pour le 29/07.:) Je ne pense pas avoir lu les 2 derniers tomes d'ici là donc je ne parlerai que des 3 premiers. Tu fais bien de terminer Gunnm avant sinon tu risques très vite de te retrouver comme moi avec plusieurs séries en cours.:)
      Pour les mangas culte catégorie jeunesse, le truc c'est que pour la plupart, j'avais vu les animés avant, du coup ça ne me disait pas de les lire en manga (en plus il y a au moins une cinquantaine de tomes à chaque fois, voire bien plus). C'est un peu comme les films adaptés de romans. Si je les vois avant d'avoir lu les livres, je perds l'envie de les lire. J'avais adoré Naruto en animé en tout cas. Sinon mon premier manga a été GTO (une autre série assez culte, plus ado/jeune adulte) dont je dois avoir une dizaine de tomes dans mes cartons quelque part.C'est à partir de là que j'ai aussi commencé à privilégier les mangas à la bibliothèque.^^

      Supprimer
  3. Même si l'ensemble est survolé, tu sais que tu me cueilles avec ce genre de BD. En plus, je ne suis jamais allée en indonésie en BD, ni en vrai d'ailleurs !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, on a le même attrait pour ce genre de BD il me semble.:) Et même s'ils ne sont pas tout à fait à la hauteur de nos attentes, on est bien content de pouvoir les découvrir. On arrive à s'en satisfaire et à y trouver un peu notre compte quand même.:)

      Supprimer