mardi 27 août 2019

JE NE SUIS PAS D'ICI


JE NE SUIS PAS D'ICI

À l'origine, deux auteurs, Samir Dahmani et Yunbo, jeune Coréenne (compagne de ce dernier). Deux pays, la France et la Corée. Et deux projets qui se font écho, Je ne suis pas d'ici (de Yunbo) et Je suis encore là-bas (de Samir Dahmani). "Le premier évoque les difficultés à s'intégrer dans une société étrangère, le second, celles qu'on a à réapprendre les codes de sa propre culture après avoir vécu ailleurs."

En février, je découvrais Je suis encore là-bas de Samir Dahmani et il me tardait de lire Je ne suis pas d'ici de Yunbo. Bien que ce soit deux projets communs qu'on pourrait voir comme les deux faces d'une même pièce, ces deux albums peuvent se lire séparément et dans l'ordre qu'on souhaite.

Mon avis Goodreads :
Une Coréenne en France. Déracinement, choc des cultures, intégration. Que des thèmes qui m'intéressent et me parlent. Cet album ne pouvait donc que me plaire mais je lui ai toutefois préféré Je suis encore là-bas de Samir Dahmani qui, finalement, est plus original dans le traitement de ces thèmes du déracinement et de la quête de soi.
Ici, pas de grandes surprises dans les événements ni dans les réflexions. Du déjà-vu et entendu mille fois. Quelques spécificités intéressantes tout de même dans l'expérience personnelle du personnage principal, mais rien de bouleversant dans l'intrigue en elle-même.
Graphiquement, en revanche, j'ai trouvé cet album plus agréable et impressionnant techniquement que celui de Samir Dahmani.

À ce propos, Thierry Groensteen, ancien professeur de ce dernier, et historien et théoricien de la bande dessinée, précise ici en préface que c'est une "bande dessinée tout en finesse, qu'il faut lire ET regarder. [...] À l'élégance du trait correspond la délicatesse des sentiments, la pudeur et la retenue dans les agissements."
Je suis on ne peut plus d'accord !

C'est une approche clairement plus autobiographique également que l'album de Samir Dahmani, qui porte sur les événements et les relations avec l'entourage un "regard non sociologique, empreint d'étonnement, d'indulgence, et ne résulte que de l'expérience intime." (toujours Thierry Groensteen)

J'ai beaucoup aimé la métamorphose en chien du personnage principal une fois arrivé en France. L'utilisation de cette tête, explique l'auteure elle-même, permet de distinguer au premier coup d'oeil un personnage qui ne fait pas partie d'un groupe, de la société, qui est isolé des autres.
"En Corée, j'étais la fille, la soeur, l'amie, l'étudiante qui aimait travailler toute la journée dans les cafés, manger dans les pojangmacha, discuter peinture ou cinéma et se promener dans la nuit des néons. C'était mon moi d'avant. Mais ici, qui suis-je ?"

L'auteure
Née en 1983 à Séoul en Corée du Sud, Yunbo arrive en France en 2008 où elle obtient un Master Bande dessinée à l'École Européenne Supérieure de l'Image d'Angoulême en 2012. Elle enseigne depuis la bande dessinée en Corée et en France. Je ne suis pas d'ici est son premier roman graphique.

14 commentaires:

  1. Des thèmes qui m'intéressent, étonnant, non, quand on réalise que j'habite à 5 km à vol d'oiseau de mes ancêtres du début 18ème siècle... (avant, j'sais pas,mais sans doute pareil)
    En effet, différence de graphisme entre les deux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as vécu assez longtemps comme expat dans des contrées assez exotiques pour que le sujet ne te laisse pas indifférente sans doute. Les deux albums pourraient bien te parler, oui.

      Supprimer
    2. Mais oui, tiens, j'aime ces thèmes, tu le sais. Pour l'expat, hé oui, je t'assure qu'après des années dans le même coin (exotique dis-tu?) on en apprend encore!

      Supprimer
    3. Ça me fait penser que malgré toutes mes lectures japonaises, tous mes films japonais, restaurants japonais, documentaires, deux voyages et j'en passe, j'ai l'impression que je n'ai pas fini d'en apprendre là aussi !

      Supprimer
  2. Je me rappelle du tome 1 que tu avais chroniqué... Il faudra que je jette un coup d'oeil car j'aime bien les graphismes et les thématiques.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. N'hésite pas si tu tombes dessus. Ce sont deux albums qui valent le détour pour le traitement de leurs thématiques (surtout si l'on s'intéresse au sujet) et leur graphisme.

      Supprimer
  3. J'aime beaucoup ce genre de témoignage, même s'il n'y a jamais beaucoup de surprises à en attendre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pareil, je ne regrette pas cette lecture et il est très probable que je continue à craquer pour ce genre de récits, quitte à ne plus trop être surprise.:)

      Supprimer
  4. j'aime ce genre… ça m'a fait penser à Coeur de chien de Boulgakov même si ça n'a rien à voir…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je viens d'aller voir le résumé de Coeur de chien. C'est vrai que ça n'a rien à voir, hahaha ! Mais du coup je l'ai noté, le sujet m'intéresse et ton commentaire m'intrigue !

      Supprimer
  5. Avec une fille qui vit en Corée depuis plusieurs années et qui peut-être un jour reviendra, il me faut lire ça...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ahaha, je sens la mère qui désespère de revoir sa fille.;) Moi je dis qu'un voyage en Corée s'impose.:)

      Supprimer
  6. Ah, ça , ça me tente bien évidemment ! C'est le genre de BD qui me branche ! Je note et verrai dans mes bib' !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, tout à fait le genre de BD susceptibles de t'intéresser.:)

      Supprimer

Bon, je modère ou je vous laisse prouver de la façon la plus tordue que vous n'êtes pas un robot ? Je modère, hein ?^^