mardi 9 février 2021

KITCHEN

 
KITCHEN

traduit du japonais par Dominique Palmé et Kyôko Satô

C'est drôle mais malgré la notoriété de cette auteure, Banana Yoshimoto, je n'avais jamais vraiment été curieuse de ses romans, et pourtant, ce n'est pas faute d'être toujours à l'affût de nouveaux auteurs et romans japonais à découvrir. Peut-être parce qu'à l'époque où j'aurais pu m'intéresser à elle, je venais de lire Ryû Murakami qui ne m'avait pas emballée, et j'assimilais, je ne sais pourquoi, les livres de Banana à ce style de romans. Peut-être à cause de son prénom d'emprunt, bien que cela aurait dû attirer ma sympathie et curiosité au contraire.

Bref, c'est seulement en fin d'année dernière que je me suis décidée à la découvrir, entre autres sur la recommandation d'une amie japonaise, et j'ai été surprise de réaliser que l'auteure avait écrit ce roman à 23 ans !

Enfin, il ne s'agit pas tout à un fait d'un roman mais de deux nouvelles qui composent ce recueil (il y en aurait trois dans l'édition japonaise), dont la première qui pourrait être considérée comme un roman court.
Les deux ont pour thèmes la mort, le deuil, la perte de personnes chères, des thèmes qui résonnent comme une obsession tout le long, mais rien de morbide, larmoyant ou pesant pour autant, au contraire, il se dégage de ces textes quelque chose de léger, parfois même joyeux, avec quelques touches d'humour inattendues.
Je m'étais étonnée de l'âge de l'auteure car ses réflexions sont assez profondes. J'ai été frappée par quelques très belles phrases, on perçoit beaucoup de sagesse et de maturité à travers ces histoires, et en même temps, une certaine innocence qui apporte un peu de fraîcheur.

J'ai bien aimé ces deux nouvelles dont j'ai trouvé les récits lumineux malgré leurs thèmes dominants. J'ai été agréablement portée par les belles relations entre les personnages, Il y a dans ces textes quelque chose de zen, posé, délicat et apaisant, mais on n'en ressort pas vraiment ragaillardi en revanche.

Un extrait qui m'a fait sourire :
"Il était en train de boire de l'Earl Grey, ce thé infect que je déteste. Je me suis souvenue que tard le soir, chez les Tanabe, ça sentait souvent cette odeur de savon."

L'auteure
Banana Yoshimoto (de son vrai nom Mahoko Yoshimoto), née en 1964 à Tokyo, est une écrivaine japonaise qui s'est fait connaître grâce à son premier roman, Kitchen, publié en 1988 et vendu à plusieurs millions d'exemplaires au Japon (et traduit en France en 1994). En plus de son succès littéraire, plusieurs de ses romans ont été adaptés en films.

18 commentaires:

  1. Je connais titre et nom de l'auteur, mais tu n'es pas suffisamment enthousiaste on dirait?
    (et je note les Jaworski dans tes LC!)(j'ai déjà lu Gagner la guerre, top!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai effectivement pas crié au coup de coeur mais j'ai bien aimé tout de même. On ne peut pas tout le temps être enthousiaste, ça manquerait de nuances.;)
      (oui, sacré pavé le Jaworski^^)

      Supprimer
  2. Je n'ai jamais entendu parler de cette auteure ! je vais faire une recherche...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On parlait peut-être plus d'elle dans les années 90-2000 quand elle était encore une jeune auteure phénomène et que la littérature japonaise était plus discrète qu'aujourd'hui.

      Supprimer
  3. Comme Krol, inconnue au bataillon, mais je suis très tentée !

    RépondreSupprimer
  4. ah elle est connue :) ? Je vois que je ne suis pas la seule à faire preuve d'ignorance... Bon, pourquoi pas même si - au risque de me répéter - je me méfie de l'incompatibilité entre la litt japonaise et moi...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Connue des adeptes de la littérature japonaise alors, disons.^^ J'ai l'impression qu'en France, seul Murakami est vraiment connu du public parmi les nombreux auteurs japonais. Ah, et peut-être Ogawa car elle publie pas mal. Et quelques autres noms classiques comme Kawabata, ou des auteurs mis en avant ces 3-4 dernières années.
      Tu as moult choix en tout cas pour tester la littérature japonaise.;)

      Supprimer
  5. Eh bien, je n'en garde pas un souvenir impérissable...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne pense pas qu'il restera parmi mes livres marquants d'ici quelques années mais sur le moment, j'ai bien aimé.:)

      Supprimer
  6. Rien lu de japonais jusqu'à présent !
    Bonne soirée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah mais en cette période où il est compliqué, voire impossible de voyager, c'est pourtant l'occasion d'escapades littéraires dépaysantes.;)

      Supprimer
  7. La notoriété de l'auteure n'est pas arrivée jusqu'à chez moi ! LOL !
    Bon, ça à l'air pas mal mais je ne suis pas accro comme toi à la littérature japonaise, et j'ai encore des Murakami à lire dans ma PAL audio, dans ça me suffit pour l'instant !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui dis donc, je réalise que je suis presque la seule à la connaître en fait parmi un cercle de "grandes" lectrices.^^ Bon, après si tu ne traînes pas trop dans le rayon littérature japonaise, ça s'explique.;)

      Supprimer
  8. Je ne connaissais pas du tout. Visiblement tu connais beaucoup mieux la littérature japonaise que moi. C'est noté pour mes prochains achats :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu connais peut-être des auteurs que je ne connais pas et inversement.;) Curieuse de ton avis si tu le lis en tout cas.

      Supprimer
  9. De mon côté, je connaissais: j'ai retrouvé quatre de ses livres dans ma bibliothèque, tout à la fin dans le classement alphabétique. Je ne me souviens plus trop des histoires mais je devais vraiment bien aimer à la fin des années 1990.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aaaah c'est que les autres ont failli réussir à me faire douter. Sa notoriété ne sort donc pas tout droit de mon imagination.^^ Oui, tu as dû vraiment apprécier pour acquérir et lire quatre de ses livres à l'époque !

      Supprimer

Bon, je modère ou je vous laisse prouver de la façon la plus tordue que vous n'êtes pas un robot ? Je modère, hein ?^^