jeudi 8 juillet 2010

L'ÉLÉGANCE DU MAIGRICHON


L'ÉLÉGANCE DU MAIGRICHON

Après le délirant Et si c'était niais? dans lequel Pascal Fioretto s'était attelé au difficile exercice de pasticher avec un humour caustique quelques grands noms de la scène littéraire française, l'auteur se déchaîne une fois de plus ici, sur le même principe (une enquête-prétexte tournant cette fois-ci autour du mystère de la disparition du meunier d'un hameau rural), en en prenant d'autres et en recommençant!

Contribuent à l'enquête:
Christian Pignol, Les Engoulevents de la Grange-aux-Loups
Katherine Plancol, La Valse jaune des tortues-crocodiles
Zig Larsen, Milliardium (tome 4): Les Femmes qui n'aimaient pas les hommes qui n'avaient pas d'allumettes
Patrick Modiamo, Hôtel obscur des amnésies perdues
Muriel Burbery, L'élégance du maigrichon
Éric-Manuel Schmit, Louison Touletemps et le sumo rose
Philippe Solers, Le Divin Moi Doute
Guillaume Muzo, Où seras-tu si je reviendrais sans toi?
Philippe Delerme, On aurait dû fermer les volets
  
L'histoire évolue de manière moins coulante cette fois-ci, sauf pour certains chapitres où l'auteur les lie comme on rattraperait une maille perdue, mais ceci ne nuit guère au plaisir de lecture car plus qu'une enquête à proprement parlé, cette histoire-prétexte offre surtout l'opportunité d'une trame commune sur laquelle les écrivains pastichés tâtent leur plume.
Encore une fois, j'ai réalisé à quel point cet exercice de pastiche était peu évident. Il faut non seulement du talent pour reproduire des styles très différents les uns des autres, mais également bien ressentir la façon de penser des écrivains, ou du moins, ce qu'ils nous laissent à penser de leur personnalité, en public ou à travers leurs romans, de façon à ce que cela transparaisse dans leurs écrits et que le lecteur puisse reconnaître leur patte.

J'ai beaucoup aimé le chapitre de "L'élégance du maigrichon", hilarant à souhait et particulièrement réussi à mon sens, "Milliardium (tome 4)" aussi m'a bien fait rire, pratiquement tous les chapitres d'ailleurs, mis à part celui de Patrick Modiamo dont le style m'a semblé quelque peu obscur.
D'un point de vue général, j'ai l'impression que ce roman est beaucoup plus réussi et abouti que Et si c'était niais?, l'intrigue-prétexte donnant peut-être lieu à plus de possibilités d'humour, de délires personnels de l'auteur, d'autodérison également. Là j'ai été bidonnée à de nombreuses reprises!
  
Quelques extraits:
* Katherine Plancol
"Secrètement admirative, Karine inscrivit le mot dans sa grille.
- Ça colle pas! s'interrompit-elle. Il me faut un "u" en deuxième position.
- Mais si, ma chérie, expliqua patiemment Lou-Anne. Ça se prononce seublime, mais ça s'écrit s-u-b-l-i-m-e."

* Zig Larsen
"(roman traduit du suédois par speedtraduk.fr)
- Je peux vous aider? récidiva le banquier.
Micael [Boulshitt] se remua la tête pour y enlever ses pensées de dedans.
- Je suis un nouvel entré dans le village et je voudrais débuter un compte dans votre établissement...
Le banquier haussa un sourcil au-dessus de son oeil [...]
[...]
Mot de passe: ******
Silveth souffla la fumée de sa bouche en souriant. Elle s'attendait à cette question de sa machine; elle avait longtemps hésité avant de choisir "Gunnar 1987 Bjelfvensthaoemsson 784" du nom du président de la 784è commission des finances, impliqué en 1987 dans le scandale de moeurs dit des "petits pains Wasa". Puis elle avait réalisé que c'était un mot de passe tellement évident que personne n'y penserait jamais."

* Patrick Modiamo
"Si le temps a un sens, c'est donc toujours le même. Après vient toujours avant. Ensuite, il y a pendant. Enfin, il y a après. Le présent, lui, arrive plus tard. Trop pour être du passé. Pas assez pour être du futur."

* Éric-Manuel Schmit
"- Calme-toi, Louison. Jeanne souffre d'une maladie rare, le syndrome de Coelho-Lévy. Les malades qui en sont atteints sont des ambassadeurs. Ils ont été choisis pour porter un message.
- Un message?
- Tu m'as bien entendu, Louison. Je dirais même que la maladie est elle-même le message. Par exemple, si le malade est condamné, le message est "Profite de la vie car elle est courte, mais elle est bonne". Si le malade est amnésique et arriviste, cela signifie "N'oublie jamais qui tu es et d'où tu viens". [...]
  
Comme toujours, je me demande ce que les auteurs concernés pensent de ces parodies de leur style d'écriture.
J'aurais bien aimé que Pascal Fioretto pastichent les blogueurs littéraires, je suis sûre que ça pourrait être franchement drôle! 

14 commentaires:

  1. Excellent, tu nous donnes des exemples, c'est moins frustrant! Evidemment il faut déjà un peu connaître l'auteur d'origine, mais alors c'est vraiment chouete (j'aime bine le millenium, là)
    Euh c'est quoi cette idée dans le dernier paragraphe? Tu crois qu'on a un style?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben en réalité, je n'ai jamais lu Pancol, ni Modiano, ni Sollers, ni Musso, et encore moins Signol (que j'ai mis du temps à identifier sur Google d'ailleurs^^) mais je me représente assez bien leur style et l'univers de leurs romans tel que les a transcrits Fioretto ici, ça semble correspondre du moins à l'idée et l'image que j'ai d'eux.
      Et sinon, oui, je trouve qu'on a chacun notre style sur la blogosphère, ou notre signature du moins. Je le vois d'un billet à l'autre sur un même livre, tag, sujet... :)

      Supprimer
    2. On va avoir des billets chez toi "avec le style de"??? Nôôôôn! 8-)

      Supprimer
    3. ^^Ah non non, chez moi y aura que des billets avec mon style (plein de ^^ ^_^ ^^ ;-) :-D, mouahaha, pffrrr et j'en passe... ah! et des "repéré chez Keisha, commenté chez Keisha, cf Keisha" ^^), vu que j'ai pas le talent pour imiter les autres, mais je me disais que ça aurait pu être drôle que Pascal Fioretto s'amuse à le faire (bien qu'il ait certainement d'autres choses plus intéressantes à faire ^^).

      Supprimer
    4. J'ignore si nous avons des styles reconnaissables, nous tous : je peux citer (et je ne pense pas les vexer, c'est plutôt une reconnaissance de leur talent) : Karine:), Fashion, d'autres ont des phrases types, comme dans la vraie vie, et on ne s'en rend pas forcément compte.

      Supprimer
    5. Oui voilà c'est exactement ça, nous avons toutes des tics de langage, une façon de s'exprimer qui nous est propre, une manière personnelle de présenter nos billets aussi, et notre blog est un peu à notre image, tout ça reflète un pan de notre personnalité et définit notre style quelque part, même s'il n'est pas forcément travaillé à la manière d'un écrivain et que cela n'est pas flagrant chez tous. C'est ce qui fait aussi qu'on aime suivre tel ou tel blog, lire les billets de tel ou tel blogueur, en dehors des affinités littéraires ou autres.
      Tu as l'air de douter que tu as un style reconnaissable, mais je t'assure qu'on me mettrait un de tes billets mélangé parmi d'autres, je reconnaîtrais le tien!^^ Et pareil pour la plupart des blogueurs que je suis plus ou moins régulièrement.

      Supprimer
  2. J'avais beaucoup aimé "Et si c'était niais". Je suis curieuse de découvrir celui-ci mais j'aimerais lire les auteurs concernés avant, patience donc ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas indispensable de les avoir lus avant à mon sens mais c'est vrai que ça peut permettre de mieux apprécier les pastiches. Il y en a quelques-uns que je n'ai pas lus moi-même mais je ne l'ai pas regretté.:)

      Supprimer
  3. Ce qui est sûr, c'est que je lirais ce livre. Mais j'ai d'abord le gay vinci code à lire !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'insisterai pas pour que tu fasses passer celui-ci avant (bien que ça me démange^^), comme tu as déjà lu Et si c'était niais, tu connais déjà la musique.;-)

      Supprimer
  4. Ton billet me donne envie de lire ces pastiches ! Le premier "tome" m'avait déjà fait de l'oeil à la librairie... Faudrait vraiment que je me laisse tenter !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais ouiiiiiiiii, laisse-toi donc tenter!!!^^ C'est un pur régal d'humour et de talent ces pastiches, j'adore vraiment, et j'ai une tendresse particulière pour ce volet-ci!

      Supprimer
  5. A y'est, je viens de le lire ! Sublime, comme je me suis marrée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aaaah et bien je suis bien contente de l'apprendre! J'ai hâte de lire ton billet à ce sujet! Je n'en ai pas vu circuler beaucoup encore sur la blogo.

      Supprimer

Bon, je modère ou je vous laisse prouver de la façon la plus tordue que vous n'êtes pas un robot ? Je modère, hein ?^^