samedi 17 juillet 2010

ASK THE DUST


ASK THE DUST

DEMANDE À LA POUSSIÈRE )

Pas gagné au début, récompensée au final, voilà comment je pourrais résumer mes impressions en deux lignes.
Ce livre, à chaque fois que je devais me replonger dedans, je sentais une réticence, un manque de motivation, et pourtant, une fois dedans, il m'était difficile d'en sortir.
L'intrigue n'est pas ce qu'on qualifierait de palpitant ni de haletant, mais cet auteur imprègne la vie dans ce qu'il écrit et a un style désarmant de force dans sa simplicité.
C'est une histoire au premier abord banale, ordinaire, limite classique (une variante de A aime B qui aime C, impliquant un pauvre hère d'ascendance italienne aspirant à devenir écrivain et une serveuse mexicaine). Quand j'ai lu la quatrième de couv, je n'étais pas persuadée d'avoir fait le bon choix de roman vu le thème (je voulais commencer par Mon chien Stupide pour découvrir Fante), mais l'enthousiasme d'un ami pour très précisément ce livre m'a finalement décidée. Et maintenant je comprends le "phénomène" Fante!

L'excellente préface de Charles Bukowski expliquera mieux que moi ce qui fait de Fante un pur plaisir de lecture. C'est une immersion totale dans un univers décoiffant, sans l'aide d'aucune bourrasque stylistique.

"Nothing that I read related to me or to the streets or to the people about me. It seemed as if everybody was playing word-tricks, that those who said almost nothing at all were considered excellent writers. [...] (rows and rows of exceedingly dull books) One had to go back to the pre-Revolution writers of Russia to find any gamble, any passion.[...] 
[...]Then one day I pulled a book down and opened it, and there it was. I stood a moment, reading. Then like a man who had found gold in the city dump, I carried the book to a table. The lines rolled easily across the page, there was a flow. Each line had its own energy and was followed by another like it. [...] And here, at last, was a man who was not afraid of emotion. The humour and the pain was intermixed with a superb simplicity. [...] The book was Ask the Dust and the author was John Fante. [...]
[...] Fante was my god."

Sa prose ici m'a bien donné envie de le lire lui aussi (hé non, jamais lu de Bukowski encore...). Pour moi, ces auteurs sont emblématiques de toute une époque, un peu comme ces vieux films américains, il s'en dégage une certaine authenticité, un charme perdu qu'il fait du bien de retrouver de temps en temps.

Le style de Fante est sobre, vraiment très agréable à lire, il parle simplement des choses mais c'est toujours percutant. Son personnage, Bandini, a une propension à s'illusionner qui le rend dramatiquement drôle. La façon dont ce dernier se fait des films, par exemple, sur son statut de grand écrivain, est truculente, c'est drôle et triste à la fois, on ne peut manquer de s'attacher à lui et de le trouver touchant.

J'ai particulièrement adoré aussi les échanges envolés entre Camelia et Bandini, quels sacrés tempéraments tous les deux! Ci-dessous un extrait d'un passage qui m'a bien fait rire, quand Bandini décide de laisser son unique nouvelle à Camelia en l'accompagnant d'un message et qu'il change d'avis sur son contenu:

"To a Mayan Princess, from a worhtless Gringo." This seemed right, exactly the correct spirit.

I flattened the magazine on the bar and erased the inscription to the Mayan Princess. In place of it I wrote:
"Dear Ragged Shoes,
You may not know it, but last night you insulted the author of this story. Can you read? If so, invest fifteen minutes of your time and treat yourself to a masterpiece. And next time, be careful. Not everyone who comes into this dive is a bum.
Arturo Bandini"

Très joli moment de lecture qui m'a arraché bien des sourires, très belle découverte d'un auteur dont je lirai certainement d'autres oeuvres, et un grand merci à Valy-Christine qui m'avait recommandé Fante comme susceptible de me plaire (bingo!) dans un de ses commentaires sur ce blog.
Lu dans le cadre du défi 
(DAL 2010 - 4 / reste 11)
(tssss... j'en serais à DAL 2010 - 5 si j'avais lu G&P comme tout le monde 😂)

18 commentaires:

  1. Je suis vraiment contente que tu l'as lu et aimé aussi à ta manière. Mon chien stupide est aussi une p'tite chef d'oeuvre, rires et larmes, profondeur et legereté, c'est que Fante qui arrive à susciter tant d'émotions seulement avec des mots. Heu, Bukowski m'a touché moins, je le trouve trop cru...je l'ai lu grace à notre point commun - on est emmerveillés tous les deux par Fante !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je vois ce que tu veux dire pour Bukowski, mais je tenterai quand même, histoire de voir de quelle plume il est fait. Mon prochain Fante sera probablement Mon chien stupide, depuis le temps que je voulais le lire celui-là! Merci encore de m'avoir aiguillée sur cet auteur, je n'imaginais pas que c'était ce style d'écriture! Un vrai régal!

      Supprimer
  2. Il y a grosso modo deux grandes périodes dans l'oeuvre de Fante.
    Une série de bouquins et de nouvelles sur son enfance dans le Colorado, celle d'un fils d'émigré italien.
    Une autre série sur sa vie d'adulte à Los Angeles, celle d'un écrivain maudit à la recherche perpétuelle de l'inspiration. C'est bien sûr cette seconde partie qui se rapproche le plus de l'oeuvre de Bukowski.
    Mais avouons tout de suite qu'on a un penchant pour sa famille italienne de Denver.
    On en parlait l'an passé :
    http://bmr-mam.over-blog.com/article-16754539.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ce lien! Je m'intéresse en effet de très près à Fante maintenant, je regrette presque de ne pas l'avoir essayé plus tôt! Son oeuvre semble être d'une richesse que l'on pourrait décortiquer longtemps!

      Supprimer
  3. Bon alors, si ça existe en français, ça risque de me plaire aussi mais là en l'état, je ne suis pas sure... (c'est nul de ne pas lire en anglais)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui oui, il a été traduit en français sous le titre "Demande à la poussière", et ses autres livres sont traduits aussi. Là j'ai eu la chance de le trouver en VO dans ma bib' alors j'en ai profité. Mais ça se lit très bien en anglais, pas de difficulté majeure et l'écriture est entraînante.

      Supprimer
  4. De lui j'ai lu Pleine de vie (titre nul en français) mais je dois continuer, je le sais, je le sens...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Titre inconnu dans mon répertoire Fante, je note! En fait de lui je ne visualise que les Bandini...

      Supprimer
  5. Je ne connais pas le phénomène Fante mais par contre, je sais que je déteste Bukowski !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aaah? Mais ils m'ont l'air assez différents d'un point de vue stylistique, même si Bukowski considère Fante comme son père spirituel. En tout cas Fante, c'est du tout bon!

      Supprimer
  6. J'ai Mon chien Stupide dans ma PAL et j'espère apprécier le phénomène Fante autant que toi. A suivre.... quand j'aurais enfin fini ce satané G&P ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce satané G&P? Mais nooon, j'avais été remotivée par votre enthousiasme de juin, me voilà de nouveau réticente!!!^^ En tout cas, Fante c'est relativement court, et c'est très agréable si des fois tu as besoin de pauses - enfin, je ne m'avancerai pas pour Mon chien stupide, ne l'ayant pas lu, mais je lui fais confiance pour toute son oeuvre.

      Supprimer
  7. Voilà qui est fort tentant ! Pour une initiation à Fante ça semble parfait !

    RépondreSupprimer
  8. Je n'ai pour ma part pas accroché au roman: le style est sympa, sans plus, et l'histoire initéressante au possible. J'avais apprécié le début du roman, m'attachant au personnage, mais cela n'a pas duré longtemps: l'intrigue - inexistante - ne décolle pas, et au final, je ne comprends pas l'intérêt du roman. Bref, une réelle déception de mon point de vue.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est vrai, je le soulignais aussi, l'intrigue n'est pas palpitante en soi, mais j'ai vraiment aimé le style de l'auteur qui lui donnait du peps à mon goût. Peut-être un autre de ses romans te correspondrait plus?

      Supprimer
    2. J'avoue que je ne pense pas que je retenterai quelque chose de lui, d'autant que ce roman est considéré comme son meilleur...

      Supprimer
    3. Non c'est sûr, c'est peut-être inutile d'insister si tu n'as pas été convaincu par cet auteur dès le départ, il y a tellement d'autres livres et auteurs à découvrir.
      Après, les goûts et les couleurs, ça ne s'explique pas vraiment...

      Supprimer

Bon, je modère ou je vous laisse prouver de la façon la plus tordue que vous n'êtes pas un robot ? Je modère, hein ?^^