dimanche 26 juin 2011

LA COMMISSAIRE N'A POINT L'ESPRIT CLUB


LA COMMISSAIRE N'A POINT L'ESPRIT CLUB
  
A peine sortie du Commissaire n'aime point les vers, je me suis précipitée sur ce deuxième opus, me frottant les mains à l'idée de retrouver notre chère commissaire Viviane Lancier!
Je jubilais à la perspective de la retrouver en plus en club de vacances à Rhodes, l'imaginant d'avance peu dans son élément et donc jouissivement drôle!

C'est fou mais quand j'y pense bien, la raison pour laquelle j'aime tant cette série, c'est à cause, entre autres, de ses déboires et de son manque de bol: Viviane la commissaire efficace mais Viviane et ses kilos en trop, Viviane et son manque de sociabilité, Viviane et son calvaire du shopping, qu'on se réjouit de devoir s'habiller pour une occasion, Viviane et ses espoirs toujours déçus. Qu'est-ce que ça m'a fait méchamment pouffer de rire quand elle découvre que ce n'est pas Monot qui l'accompagnera en vacances mais le lieutenant Willy qui ne semble pas avoir les mêmes affinités littéraires, alors qu'elle a fait l'effort d'aller acheter de la poésie en librairie pour sa lecture de vacances (et épater Monot en passant). Quelle scène truculente d'ailleurs ce passage en librairie!

Que l'on ne s'y trompe pas cela dit, je ne la déteste pas pour me réjouir ainsi de ses petits malheurs, non, au contraire je l'adore, précisément parce qu'elle est tellement humaine et sensible sous sa carapace de commissaire vacharde. Je compatis à tous ses malheurs, mais cela m'amuse bien quand même.

Entre autres caractéristiques, notre commissaire a visiblement le chic pour se retrouver à chaque fois avec un lieutenant un peu gaffeur professionnellement parlant, mais totalement à l'aise dans le milieu où ils enquêtent alors qu'elle-même n'est pas du tout dans son élément: celui de la littérature avec Auguste Monot dans le premier volume de la série, celui de la salsa, la fête, l'Esprit Club avec Willy, le nouveau lieutenant avec qui elle va devoir faire équipe dans ce deuxième tome.
Alors forcément, cela aboutit à des situations loufoques et jubilatoires dont on se régale, sans parler des personnages qui l'entourent, les récurrents le Tout-Puissant, Auguste Monot, Priscilla Smet, mais également la nouvelle galerie de personnages hauts en couleur introduits ici dans le cadre de cette nouvelle enquête, avec les Cocos, les Kikis et les Chéris. 
N'ayant jamais expérimenté les clubs de vacances, j'ai découvert là tout un univers que je ne regrette pas de ne pas avoir exploré et dont j'avais des a priori, clairement confirmés ici (et par "Les Bronzés":D ).

J'ai moins ri qu'avec le premier tome, et pourtant je pensais que ce tome-ci, avec son postulat de départ, allait ouvrir la brèche à tous les comiques de situation, que l'auteur n'a d'ailleurs pas manqué exploiter, mais que j'ai trouvés personnellement moins convaincants que dans le premier tome, peut-être parce que maintenant on connaît la recette alors du coup l'effet prévisibilité fait qu'on en attend deux fois plus.

Qu'importe, j'ai tout de même passé un bon moment de lecture. Le personnage Viviane vaut le détour à elle seule, son rapport aux autres aussi, et en particulier à la gente masculine. Quant à l'intrigue, un rien classique mais efficace, surtout avec notre nouveau tandem détonnant, elle est menée tambour battant, on n'a pas le temps de s'ennuyer, le tout est cohérent, et on se laisse surprendre par moment.

Ce que j'aime bien avec notre auteur, Georges Flipo, c'est qu'on n'a pas l'impression qu'il se prend au sérieux, et qu'il s'amuse autant que nous des enquêtes de notre commissaire. 

Où pourrait-on la retrouver la prochaine fois? Je ne sais pas mais qu'on la retrouve vite!

6 commentaires:

  1. Franchement, elle a de la chance quand même, à chaque fois elle se retrouve avec un lieutenant séduisant...
    Eh oui, le troisième volume... ^_^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui mais bon, elle ne les tombe pas tous, telles ces héroïnes parfaites à qui personne ni rien ne résiste. Tant mieux cela dit, c'est ce qui fait vraiment son charme, ce ne serait pas amusant sinon.:)
      Vivement la suite de ses aventures, oui!

      Supprimer
  2. Bonjour A girl..., comme je l'ai écrit et redit à Georges himself (à Limoges le 02/04/11), sa commissaire m'a crispée. C'est un personnage que je ne supporte pas. Georges F. m'a dit que je n'étais pas toute seule. Je ne sais pas s'il va écrire une troisième enquête "Lancier". Bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Dasola,
      Je comprends parfaitement qu'on puisse être hermétique au charme de cette commissaire.:) C'est intéressant d'ailleurs cette diversité de perception. Pour ma part, je préfère vraiment ce type de personnage à l'héroïne type qui ne galère jamais et pour qui tout tombe tout cuit dans le bec. En tout cas, elle me divertit bien.
      Bon début de semaine!

      Supprimer
  3. Lançons les paris pour le prochain commissaire : euh dans le milieu de la mode ça pourrait être drôle. Georges, si vous passez par là !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas mal, je n'y avais pas pensé! On est vicieusement méchantes quand même...:D

      Supprimer

Bon, je modère ou je vous laisse prouver de la façon la plus tordue que vous n'êtes pas un robot ? Je modère, hein ?^^