vendredi 5 août 2011

VINGT ANS APRÈS


VINGT ANS APRÈS

Je ne sais pas si c'est le fait de connaître déjà l'histoire des Trois mousquetaires qui fait qu'à la lecture de ce roman en janvier, j'avais trouvé ça sympa sans plus vraiment, mais là, avecVingt ans après, j'ai l'impression d'avoir réellement découvert le style Dumas que j'ai trouvé vraiment délectable!

Verve, humour aiguisé dont je n'ai pas vraiment souvenir - combien de fois j'ai ri ici! - dialogues envolés, traits d'esprit, à peine arrivée au tiers du roman dont je tournais les pages sans m'en rendre compte, je me disais déjà que je lirai très certainement Le Vicomte de Bragelonne (alors que franchement au début, à la vue des trois tomes qui le composent, c'était du "un jour peut-être si j'ai le temps..."), et l'idée de (re)lire Le Comte de Monte-Cristo me chatouille vraiment! (note: ceci a été écrit il y a 3 semaines environ, sous l'impulsion de mon enthousiasme pour ce roman - j'avoue qu'entre-temps, d'autres envies lecture se sont immiscées...).

J'ai beaucoup aimé la façon dont Dumas mélange fiction et Histoire ici, et puis il sait vraiment rendre cette période de l'Histoire (la Fronde) intéressante. Les événements historiques prennent vie, et la façon dont les personnages fictifs s'y glissent et s'y mêlent, tout en y jouant un rôle actif et décisif, est une pure réussite!
J'ai été moins gênée aussi par les notes de bas de page, bien plus discrètes que dans Les trois mousquetaires, et elles étaient tout à fait pertinentes.

Ici, j'ai trouvé aussi tous les personnages beaucoup plus aboutis, affirmés, affinés, taillés par Dumas qui les rend véritablement intéressants, tous sans exception (alors que dans Les trois mousquetaires, seuls Milady, Richelieu et Athos m'avaient marquée par leur personnalité).
De nouveaux personnages font leur apparition également, des personnages surprises (et en même temps il fallait s'y attendre) qui rendent l'histoire palpitante: Raoul, vicomte de Bragelonne, qui annonce déjà la suite, et le fils de Milady (quel personnage fascinant, mais moins que sa mère quand même).
Le duo D'Artagnan/Porthos m'a aussi frappée ici comme excellent! J'ai trouvé Porthos particulièrement drôle (pas ce souvenir-là dans Les trois mousquetaires), et il m'a rappelé par bien des aspects Obélix, assimilant ainsi D'Artagnan à Astérix.

J'ai vraiment apprécié l'intrigue ici aussi, moins romanesque (bon, ils n'ont plus 20 ans, c'est peut-être ça aussi), donc plus intéressante pour moi peut-être. Il s'agit là plus d'un roman historique, véritablement ancré dans l'Histoire, ressuscitée par Dumas avec brio, bien que l'éditeur lui attribue quelques anachronismes. J'ai vraiment aimé lire sur cette période de l'Histoire, et j'ai beaucoup aimé la partie en Angleterre aussi, qui met en scène Cromwell et Charles Ier, et qu'est-ce que j'ai ri des réactions de nos Français en Angleterre, des observations de l'époque!

Quelques extraits qui m'ont bien amusée:
"... mais d'Artagnan, Porthos et Aramis faisaient la grimace chaque fois qu'il leur fallait avaler la bière, cette boisson puritaine."

"Athos, connaissez-vous dans toute la ville une auberge où l'on trouve des draps blancs, du rosbif raisonnablement cuit et du vin qui ne soit pas fait avec du houblon ou du genièvre?"

" - Écoutez, dit d'Artagnan, je comprends peu l'anglais; mais, comme l'anglais n'est que du français mal prononcé, voici ce que j'entends: Parliament's bill; ce qui veut dire bill du parlement, ou Dieu me damne, comme ils disent ici." 

Les personnages ont bien mûri, et Dumas a su les faire évoluer avec justesse, finement, sans incohérence. On les reconnaît bien, tous, d'Anne d'Autriche aux laquais, ils ont gardé la même personnalité, mais affinée par 20 ans de maturité, qu'ils portent ma foi fort bien.

Bref, j'ai passé un très très bon moment de lecture là où j'étais persuadée que j'allais buter par overdose de Dumas pour cette année... et j'en redemande!


Lu dans le cadre d'une lecture commune avec Calliope et Belledenuit.

16 commentaires:

  1. Rha que j'aime ce genre de billets! J'ai eu ma période Dumas, j'ai avalé les trois (le troisième, c'est le Vicomte de B)
    Maintenant, steuplait, lis-le-comte-de monte-cristo. C'est mon chouchou, je pleure aux mêmes endroits, je l'ai lu cinq fois gamine et deux fois adulte, ce n'est pas du tout ce que tu crois, il y a de tout là dedans, mystères, vengeance, crimes, émotion... ne t'affole jamais de la longueur, avec Dumas, ça va tout seul.
    Je viens de lire ton comm chez moi (là je vais prendre la route, je fais fissa), mais ton type, là, il a l'air réel, il n'aurait pas un grand frère? (pour moi!)(parce que question âge je préfère en gros le même)
    Bon, tu as vu l'heure? Je suis "déjà debout" et non pas "pas encore couchée" pour évoquer le titre d'une émission de FI
    A plus!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui! L'heure c'est carrément celle à laquelle je peux me coucher le week-end!^^
      Alors Le comte de Monte-Cristo, je crois bien l'avoir déjà lu plus jeune, mais j'ai un souvenir tellement vague et lointain de cette lecture, qu'une (re?)lecture ne me ferait visiblement pas de mal. Et c'est très vrai ce que tu dis sur la longueur, avec Dumas, ça va tout seul! C'est vraiment très appréciable!
      Quant à mon ga's, non, hélas, pas de grand frère. C'est vrai qu'ils sont tellement rares qu'on les cultiverait presque dans son jardin, rien que pour soi!^^
      Bonne vadrouille! (dis donc ça n'arrête pas!)

      Supprimer
  2. Eh bien, vous vous y mettez à deux pour me convaincre ce matin de lire cette suite... Ma lecture de Dumas remonte déjà à un certain temps...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Franchement je ne m'attendais pas moi-même à être aussi emballée! C'est vraiment une très belle surprise que ce tome! J'ai même hâte de nouveau de me plonger dans Le vicomte de Bragelonne maintenant qu'on en reparle!

      Supprimer
  3. Bon tu le sais puisqu'on en a discuté par mail, j'ai adoré ce bouquin (plus que "Les 3 mousquetaires). Peut-être parce qu'ils ont effectivement vieilli et ont donc plus de maturité. Mais c'est vrai que les personnages sont beaucoup plus intéressants ici. Et forcément, il faut qu'on se lise "Le vicomte de Bragelonne". On en reparle par mail après l'été pour arrêter une date en début d'année. Ca me convient parfaitement d'autant que moi aussi j'ai pas mal de lectures à faire...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui oui je suis de nouveau très très motivée par la lecture du Vicomte de Bragelonne là, suite à la publication de nos billets. En début d'année ça me semble idéal. Pas trop loin dans le temps pour que l'envie s'émousse, et pas trop tôt pour nous permettre de lire d'autres choses aussi.
      On en reparle avec plaisir!

      Supprimer
  4. Je vois qu'on partage le même enthousiasme face à ce second opus ! Je suis d'accord sur Mordaunt, certes il est antipathique mais il est moins effrayant que milady.
    Comme tu dis, quand on goûte à Dumas, on veut aussitôt la suite ; j'ai Monte Cristo dans ma pal et une forte envie de me prendre Bragelonne !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Laisse-toi aller pour Bragelonne!^^ On parle d'en faire une lecture commune en début d'année avec Belledenuit, le premier tome du moins. Quant à Monte-Cristo, on pourrait s'organiser ça aussi, mais pour ma part, je ne pense pas pouvoir cette année.
      Intéressant n'est-ce pas, cet enthousiasme collectif pour Vingt ans après! Il y a vraiment quelque chose d'irrésistible dans ce tome. Aaah Milady, personne ne lui arrive à la cheville, même pas Mordaunt, n'empêche, le portrait de cet homme était vraiment très réussi et convaincant.

      Supprimer
  5. Bon, je suis franchement à la traîne pour la LC mais j'ai quand même commencé Les Trois Mousquetaires grâce à vous et je suis vraiment séduite. Cette suite sera donc sûrement au programme par la suite, surtout qu'elle semble vous avoir encore plus plu. C'est marrant ta remarque sur les notes de bas de page. Dans mon édition, il n'y en a aucune et je peine parfois à suivre;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas de souci Zarline, prends ton temps. Je suis ravie déjà de voir que tu te plais dans l'univers des Trois mousquetaires et que tu comptes poursuivre ta lecture. Et vraiment, je pense que tu sauras apprécier également Vingt ans après. Ce dernier se lit tellement vite (pour ma part, je l'ai dévoré, par rapport aux Trois mousquetaires) qu'il n'est pas impossible que tu puisses nous rejoindre pour Le vicomte de Bragelonne!^^

      Supprimer
  6. J'admire ton courage à lire tous ces classiques qui en plus sont des pavés. J'ai honte, mais je suis presque autant Réfractaires aux classiques que tu peux l'être à priori aux Musso !
    Bon j'avoue là tout de même, avec ce billet tu me donnerais presque envie !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'envie de les lire est assez cyclique chez moi. Depuis l'année dernière, j'avais envie de m'y replonger, je suis contente d'avoir enfin pu leur consacrer un peu de temps cette année, mais j'ai eu une période où je n'avais pas du tout envie d'en lire, peut-être pour en avoir trop lus déjà plus jeune, et d'autres lectures m'appelant à grands cris!

      Supprimer
  7. Je voudrais d'abord relire Les trois mousquetaires pour me remettre dans l'ambiance (vu que cette lecture date du début de mon adolescence !) ... à l'époque, j'ignorais qu'il y avait une suite sinon je l'aurais lue !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je viens de voir qu'une version très moderne des Trois Mousquetaires allait sortir en salles bientôt. Quand je dis moderne, c'est limite si ce n'est pas Matrix rencontre d'Artagnan! Même la reine semble douée au combat! Ça t'économisera peut-être des heures de lecture! ;)

      Supprimer
  8. Hou la, c'est tout juste si je viens de voir que ce billet "actuellement" mis en avant remonte déjà à 2011! Du coup, j'ai regardé le tag "Classiques", et ai constaté que vous étiez bien passé à l'acte pour Le Vicomte de Bragelonne et Le Comte de Monte Cristo (pas encore lu les billets par contre). Si vous êtes toujours 'dans l'envie" de Dumas depuis (ou dans l'envie d'en reprendre l'exploration...), il y a une autre grosse série, qui se déroule à la fin du XVIIIe siècle (vers la Révolution Française): d'abord Joseph Balsamo, puis La collier de la Reine, ensuite Ange Pitou, et ça fini (un peu abruptement) par La Comtesse de Charny. A cette tétralogie, on peut rajouter Le chevalier de Maison-rouge, qui se passe un peu à la même époque. Et personnellement, je trouve un peu fascinant de penser que Dumas a rédigé ces romans alors que moins de temps le séparait de leur déroulement que nous de celui des deux guerres mondiales...
    (s) Ta d loi du cine, "squatter" chez dasola

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, voilà une lecture qui remonte et dont je garde encore un souvenir fort ! Un widget efficace alors, s'il met en avant de vrais pépites, même lues il y a un sacré moment ! Ça me fait plaisir en tout cas que ce billet soit ressorti des archives. À l'époque, j'étais très motivée pour poursuivre avec les oeuvres de Dumas, et puis le temps est passé, d'autres tentations livresques se sont immiscées, mais grâce à votre intervention, me voilà à nouveau motivée ! Merci pour ces recommandations que je note précieusement. J'étais, au départ, assez tentée par La reine Margot mais l'idée de repartir sur une grosse série me dit bien.

      Supprimer

Bon, je modère ou je vous laisse prouver de la façon la plus tordue que vous n'êtes pas un robot ? Je modère, hein ?^^