lundi 26 décembre 2011

IDYLLE AVEC CHIEN QUI SE NOIE


IDYLLE AVEC CHIEN QUI SE NOIE

traduit de l'allemand par Stéphanie Lux


Quel roman étrange et soufflant. Je crois que je n'ai rien lu de tel encore, ni d'aussi surprenant. Quelle drôle d'expérience, aussi drôle et étonnante que le titre qui a attiré mon attention à la bib'.

Une écriture et une atmosphère qui m'ont un peu évoqué Les braises de Sandor Marai, quelque chose de fin, de dentelé, et de percutant en même temps.

Rentrer dans ce livre, c'est comme être aspiré dans une autre dimension, et on en ressort toutefois aussi indemne qu'avant d'y entrer, sauf que notre esprit est encore hanté par la bizarrerie de ce qu'on vient de lire, qui n'a rien de fondamentalement bizarre en même temps. Enfin, c'est particulier...

Intriguée par ce livre à la bib', j'ai jeté un oeil sur la 4ème de couv', chose que j'évite de plus en plus mais à laquelle je résiste mal, surtout quand je n'ai jamais entendu parler du livre ni de l'auteur, et que pourtant, quelque chose me pousse vers lui.
Me voilà obligée de résumer le résumé tel que je l'avais compris (trop fort) pour tenter d'expliquer ce qui m'a attirée dans ce livre improbable:
Déjà, ce roman parle d'un écrivain et de son éditeur. Tous deux sont plongés dans une discussion sur la littérature au cours d'une promenade le long du Rhin quand ils aperçoivent un grand chien noir qui court à leur rencontre sur la glace (oui c'est l'hiver), celle-ci cède sous son poids et il tombe à l'eau. L'écrivain tente alors de le sauver en mettant sa propre vie en danger. Ce qui m'a encore plus intriguée, c'est cette suite dans le résumé. Pourquoi ne renonce-t-il pas, pourquoi refuse-t-il, au mépris de sa vie, de laisser le dernier mot à la mort?

Ensuite j'ai lu la phrase de trop dans les 4èmes de couv', celle qui éclaire le sens et le pourquoi de ce récit, ce qui ne m'a pas dissuadée pour autant de le découvrir car elle ne révèle pas tout non plus et éveille elle-même la curiosité, intrigant davantage. Le résumé n'est par ailleurs lui-même qu'une portion de l'histoire.

Et au final quelle réussite en tout point, quelle oeuvre formidable, pleine de pudeur, mais violente dans les non-dits que l'on peut décrypter et interpréter à l'infini dans le contexte général. Une histoire qui semble si banale, mais rien n'est anodin dans ce qui est rapporté. L'écriture est savoureuse, pleine de subtilité, dans sa démarche cathartique.

J'ai adoré les rapports entre l'écrivain et son éditeur, il y a un humour inattendu aussi. Et cette jungle! Et ce chien!

"C'était mon texte; il lui faisait confiance, mais ne me faisait pas confiance à moi, son auteur. Quant à moi, je faisais confiance à mon éditeur, mais je perdais confiance en mon texte. "

"... nous rappeler que nous étions en train de devenir amis - pour peu qu'une telle chose fût encore possible à notre âge. Si une telle chose est encore possible à notre âge, elle n'est certainement pas le fait d'un abandon à la force juvénile des émotions, mais le résultat d'une décision, celle de tracer, après mûre réflexion, un signe égal entre deux positions. On est obligé de l'exprimer de façon aussi compliquée et indirecte."

Si ce n'est pas de l'écriture qui tue ça!
  
Encore une très bonne surprise côté allemand. Décidément!

L'auteur
Michael Köhlmeier est né en 1949 à Hard, au bord du lac de Constance, et vit aujourd'hui à Hohenems et à Vienne. Il s'est fait connaître par des récits inspirés des légendes antiques et régionales ou des textes bibliques. L'un de ses romans, Ta chambre à moi, a été publié chez Maurice Nadeau en 2000.

8 commentaires:

  1. Eh bien, ça n'a pas l'air facile de faire un billet sur un tel livre, de ne pas en dire trop, mais tu t'en sors très bien, tu m'as donné envie !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas évident non, en plus je l'ai lu il y a un moment mais à l'époque j'avais déjà jeté quelques impressions sur brouillon.
      Je serais assez curieuse de lire d'autres avis, c'est sûr!

      Supprimer
  2. forcément, dès que ça parle d'auteur et d'éditeur, c'est déjà tentant à la base ! Alors je note !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, rien que pour les protagonistes, j'étais assez curieuse de cette lecture. Tu peux t'y risquer sans crainte, ce roman fait à peine 100 pages en plus.;)

      Supprimer
    2. argument de choc. Tu devrais stipuler le nombre de page à chaque billet, cela me donnerait peut -être plus envie de tenter certaines lectures si je sais que je ne m'embarque pas pour un pavé !

      Supprimer
    3. :) Oui c'est vrai, je pourrais d'ailleurs donner davantage d'info sur les livres que je lis, comme la maison d'édition, etc, mais on peut trouver ces infos n'importe où sur le net, donc à moins que ce ne soit vraiment pertinent ou que ça ait influencé ma lecture, je m'épanche peu sur ces données.

      Supprimer
  3. Un titre pareil, moi aussi ça m'attire (mais il n'est pas à la bibli, tant pis). merci de donner envie tout en restant plus discrète que la quatrième de couverture... (oui, parfois, on la lit, histoire d'en savoir plus, mais les mauvaises surprises sont légion avec ces gens qui racontent tout!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il devrait exister un système d'amende ou de remboursement partiel sur les livres (achetés) dont le plaisir de lecture a été gâché par trop de révélations sur la 4è de couv'! ^^

      Supprimer

Bon, je modère ou je vous laisse prouver de la façon la plus tordue que vous n'êtes pas un robot ? Je modère, hein ?^^