vendredi 6 juillet 2012

EXÉCUTION !


THE TETHERBALLS OF BOUGAINVILLE

EXÉCUTION ! )

traduit de l'anglais (États-Unis) par Claro


Amis du furieusement déjanté, bonjour ! (les autres, au revoir !)
Bon, là je suis un petit peu dans la merde pour commenter ce livre car de mémoire de lectrice, je n'ai jamais lu un truc pareil !      

Le mot déjanté n'est pas assez ici, c'est du surréalisme à l'état brut, et encore, pas sûre qu'on puisse le définir aussi simplement. L'auteur a dû lui même inventer un mot d'ailleurs :"spirobolique" !

"Parce que si le fait d'écrire ce livre, qui est, d'après certaines personnes compétentes en littérature, le premier roman spirobolique jamais écrit, peut aider un gamin qui a vécu la même expérience que moi - à savoir: avoir un père qui a survécu à une exécution ratée par injection léthale et a été condamné à une EDENJ, puis perdre sa virginité avec une directrice de prison de trente-six ans -, alors tout ça aura valu la peine."

Voilà pour le "résumé" de l'histoire avec des guillemets majuscules ! On notera que le narrateur, Mark - soit l'auteur qui se fantasme étrangement sous les traits d'un ado de 13 ans - non content d'assister à l'exécution ratée de son père, devenu relaxé EDENJ (Exécution discrétionnaire de l'Etat du New Jersey, "un peu comme une fatwa facultative"), écrira en plus, en deuxième partie, le scénario d'un film inspiré des faits précédents, suivi, en troisième partie, d'une critique d'un film imaginaire qui reprend tous les événements du récit.
  
Grandiose et du grand n'importe quoi en même temps donc, j'ai été partagée tout le long entre le fou rire et la plus extrême des perplexités.

Un roman dont l'univers a sa logique propre: 
" "Si cela peut te soulager, je veux que tu saches que, médicalement, j'ai fait tout ce qui était en mon pouvoir pour tuer ton père.
- Je comprends, dis-je d'une voix tremblante, en hochant la tête avec solennité. Et je vous remercie."   

De nombreuses scènes gravement délirantes et excellentes, je repense à l'exécution ratée du père, aux scènes qui la suivent, à la désopilante FAQ de l'EDENJ sous forme d'une brochure "Vous et votre exécution discrétionnaire". Je me suis retrouvée dans le métro à essayer d'appliquer l'air de "I will always love you" à des paroles gravos sur la drogue, l'orgasme et le boulot, avec comme refrain "Et je t'aimerai toujours. Etc." - jaaaamais un auteur n'avait réussi à me faire faire ça ! Je suis partie dans un HAHAHAHA sonore et incontrôlable (rire dément de la hyène hilare) à la lecture d'une scène de rollers hot entre Mark et la directrice de prison, et j'en passe, j'en passe...
  
Non, cet auteur ne connaît pas de limites. J'ai déjà lu du grave, du très déjanté, voire du très très très déjanté, mais là ça dépasse tout. C'est furieusement osé et décomplexé. J'ai particulièrement apprécié les délires interactifs avec le lecteur, et puis l'histoire du père, de Sylvia et de Polo le chimpanzé bonobo qui signe, c'est gravement excellent tellement c'est n'importe quoi ! Mais vraiment n'importe quoi ! 
  
En parlant de toute autre chose (édito d'un magazine), Mark écrit "Il arrive parfois que nous présentions des images et des idées qui vous mettent un temps mal à l'aise; l'idée n'est pas de choquer, mais de repousser, ensemble, les limites de la mode, de la photo, du design et des arts."
"Par conséquent, si [résumé de l'histoire], ce n'est pas "repousser les limites de la mode, de la photo, du design et des arts", alors je ne sais pas ce que c'est."    

Et ce roman, c'est exactement ça !

Il y a quelque chose d'irrévérencieux, de moqueur, de parodique, de l'exagération à outrance, mais quand on arrive à mettre ses neurones en place, on y voit du délicieusement satirique, qui prend les travers de la société américaine à bras-le-corps et les renvoie dans leur niche (en même temps, on pourrait voir cette interprétation des choses comme un double revers de l'effet spirobolique). 
Parfois j'étais dedans, parfois pas. En fait, c'était assez bizarre dans ma lecture parce que ça alternait. J'accrochais, je décrochais, par vague, comme si je nageais dans le livre et que par moment, je buvais la tasse, et d'autres fois, je surnageais. Je crois que c'était la seule façon de survivre à cette lecture !


Dans l'ensemble, je serais tout de même bien en peine de dire si j'ai aimé ou non. Cette lecture est une expérience en soi, ça se vit, point.
  
Merci à Keisha pour le prêt ! Également commenté par Clara.


L'auteur
Mark Leyner, né en 1956 à Jersey City, dans le New Jersey est un auteur post-moderne. Il écrit des scénarios satiriques pour la télévision et le cinéma.. Il a publié deux romans, dontMégalomachine et trois recueils de nouvelles.

Le traducteur
Christophe Claro, plus connu sous le simple nom de Claro, est un écrivain, traducteur et éditeur français. Menant en parallèle ses activités d'écrivain et de traducteur, il publie régulièrement des romans et récits tout en traduisant de grands noms de la littérature anglo-saxonne contemporaine, parmi lesquels William T. Vollmann, Thomas Pynchon, Salman Rushdie, John Barth, Mark Z. Danielewski, James Flint, William H. Gass et Hubert Selby Jr. Il se décrit comme étant un "chasseur de trésors littéraires".

10 commentaires:

  1. Tu sais à quelle catégorie j'appartiens, j'ai donc lu ton billet entièrement, et en me bidonnant! Cette lecture, c'est un expérience à elle toute seule.Ton cerveau a l'air intact (j'ai dit a l'air) mais se méfier des effets secondaires;.. Cela dcoiffe grave, en effet.
    Ah tu ne connaissais pas claro? Parmi ses traduits il y a du lot49, je n'en dirai pas plus! Rien que Gass, déjà... (soupirs, quand je pense que j'ai lu Le tunnel...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Intact, mon cerveau ? Mouahahahaha ! Cela dit, j'ai rarement eu l'impression, comme ici, de devoir le tenir en bride et l'aider à atterrir en douceur à chaque fois que je me plongeais dans ce livre !
      Nonon je ne connaissais pas Claro avant ça, mais bon, je ne me lasse pas d'avoir à découvrir des curiosités du milieu littéraire. Car j'ai vu qu'en plus il écrivait des romans, et comme il m'a l'air bien barge aussi mine de rien, euh, je crois que ça m'intéresse (aïe) !

      Supprimer
  2. Mais la couverture est hideuse, tu ne trouves pas ?
    Bon weekend !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Absolument, je ne m'y fais pas !^^ Elle a l'avantage d'attirer l'oeil et de se démarquer du reste (pour ce dernier point, ça correspond bien à l'esprit du livre, je trouve), mais je n'adhère pas pour autant....
      Bon week-end !

      Supprimer
  3. Bon, ben au revoir alors ! Mais ce n'est qu'un au revoir !!!^^

    RépondreSupprimer
  4. :) N'empêche que j'aurais bien aimé avoir tes impressions sur une expérience de lecture pareille ! Peut-être un jour, rêvons !

    RépondreSupprimer
  5. Aucun rapport (quoique), j'ai reçu le grec SF à midi... Ma PAL te dit merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh yes ! J'ai hâte d'avoir ton avis sur ce roman.
      Pas aussi barré (quoique) (mais non^^), mais c'est loin d'être banal !

      Supprimer
    2. Tiens, dans mon nouveau blog, j'ai une catégorie "barré"... L'avenir m'appartient!
      Au fait, le truc sur le Japon, là, c'est absolument à lire!!!!! Tâche de l'avoir avant ton départ. j'y apprends plein de choses et je m'amuse!

      Supprimer
    3. Excellent pour la catégorier "barré" ! Moi j'ai une catégorie "LOL Corner"...^^
      Quant au livre Japon, t'inquiète, c'est prévu, of course ! Mélopée m'a fait noter quelques autres tentations japonaises, la vilaine !

      Supprimer

Bon, je modère ou je vous laisse prouver de la façon la plus tordue que vous n'êtes pas un robot ? Je modère, hein ?^^