mardi 31 juillet 2012

LE VICOMTE DE BRAGELONNE - TOME 4


LE VICOMTE DE BRAGELONNE - TOME 4
  
Et voilà ! La saga des mousquetaires s'achève (enfin^^). Assez tristement il faut dire, ça fait quand même un petit quelque chose de les quitter, surtout quand on pense que depuis Les trois mousquetaires, en passant par Vingt ans après, jusqu'au Vicomte de Bragelonne, ça fait tout de même environ 4500 pages en compagnie des quatre légendes du Roman d'Aventures, que j'aurai vu évoluer depuis leurs 20 ans et quelques. 
Cela dit, il était temps car trois chapitres avant la fin, Dumas commençait à nous décrire le front dégarni de d'Artagnan !!
Fini les héros, quoiqu'ils le resteront toujours dans notre imaginaire...   
  
Quid de ce tome 4 version e-book ?
1) pour ce qui est de la LC, je l'ai finalement terminée en solo, Calliope ayant déjà terminé la trilogie lors de la dernière cession pour cause de lecture version papier, et Belledenuit n'en pouvant plus et n'étant plus dans le mood. Notons tout de même que nous avons parcouru ensemble près de 4000 pages depuis le départ de cette LC aventuresque, ce qui n'est tout de même pas rien !

2) pour ce qui est de l'intrigue, passons sur le vicomte de Bragelonne dont la présence aura été étonnamment éphémère, et la participation presque d'un non-intérêt pour moi, trop pleine de sanglots et de mièvrerie, surtout pour le sort que lui réserve Dumas, et soulignons les moments captivants, palpitants, éprouvants et tragiques, vécus avec les épisodes du fameux Masque de fer, le point d'orgue de ce récit, qui va influer sur le sort de nos héros !

Car nous les retrouvons enfin tous les quatre dans leur dernière aventure, pour le meilleur et (surtout) pour le pire, chaque personnage à la hauteur de son caractère, magnifiques dans leurs échanges, mais je n'en dirai pas plus, tout au plus citerai-je ce petit extrait (c'est d'Artagnan qui parle) qui en dit long sur l'évolution de leurs relations, mais ne laisse pas présager de ce qui suivra non plus :
"- Regardez-nous, Aramis. Nous voici trois sur quatre. Vous me trompez, je vous suspecte, et Porthos dort. Beau trio d'amis, n'est-ce pas ? Beau reste !"    
  
J'ai trouvé ce final orchestré par Dumas très cohérent et donc difficilement discutable, bien qu'il m'ait serré le coeur plus d'une fois. Ne pouvant dévier de la réalité historique, nous ne pouvions attendre de miracle de l'auteur, mais il sait instaurer le suspense malgré tout, en jouant des éléments de fiction qu'il entremêle si bien aux faits historiques, et en créant des rebondissements là où on ne les attend pas.
N'empêche, je regrette tout de même que Dumas ait été si "fidèle" à l'histoire... J'ai beaucoup joué dans ma tête avec cette idée du Masque de fer, et j'aurais bien vu Dumas aller au bout de son audace. Enfin, il y est allé, mais pas par le même bout. Quant à Louis XIV, qui finalement aurait davantage convenu en titre que le vicomte de Bragelonne, j'ai été beaucoup plus convaincue par son personnage ici, plus affirmé, et à l'image du Roi Soleil telle qu'on la connaît.      
  
Bref, je quitte tout ce beau monde avec un peu de tristesse (le destin d'un des mousquetaires m'aura vraiment serré le coeur !) mais je suis ravie d'en avoir fini avec eux tout de même, surtout avec une fin où règne le trop plein de bons sentiments et de tristes moments un peu prévisibles, ou un peu too much (sauf pour mon mousquetaire - aah quelle fin, cette fin !).

Enfin, je suis vraiment satisfaite d'avoir été au bout de ce méga-pavéesque Vicomte, une lecture hautement improbable il y a encore 2 ans !

6 commentaires:

  1. Tu les quittes avec tristesse, c'est le signe d'un grand roman , non? Finallement, lle classiques méritent d'être toujour lu... (tu attaques les moulinss avec Don Quichotte, maintenant?)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mouahaha, Don Quichotte maintenant ! Cela dit, il fait partie des livres que j'aimerais lire un jour. A mon avis, il a plus de chance de passer à la casserole dans les mois à venir, que G&P ! Elles m'avaient tenté grandement les deux autres malades pendant leur lecture, mais j'étais sur un autre livre, et maintenant elles ont quasi fini, donc un peu trop tard pour me joindre à la LC, et du coup, l'envie s'estompe peu à peu de mon côté (ouf).
      Oui, triste de quitter les mousquetaires, c'est une sacré saga quand même, du grand (et long) roman comme on n'en fait plus. Mais je suis quand même contente de passer complètement à autre chose sans avoir à me dire que j'ai encore un tome 5 qui m'attend...

      Supprimer
  2. Pfff... je ne suis toujours pas prête à le lire. Je te tiens au courant dès que le pas est franchi:)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ok, il ne faut pas forcer. A mon avis, inconsciemment, tu n'as pas envie de voir cette saga se terminer.^^ Il te reste à peine 400 pages maintenant cela dit, vu que tu avais déjà avancé pas mal. Quand tu reprendras, ça ira vite.

      Supprimer
  3. Je suis sans voix, pétrie d'admiration devant tant de persévérance et de courage. C'est de la vraie curiosité littéraire. Chapeau !
    Bon ne soit pas triste, maintenant, tu as Serum à lire^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Disons que là c'était une aventure livresque impromptue, qui est tombée au bon moment. J'étais d'humeur, et de page en page, je ne me voyais pas m'arrêter en si bon chemin. Et Dumas se laisse lire aisément, un vrai régal par moment !
      Quant à Serum, je m'arrête au tome 2 pour l'instant. Mes billets s'en expliqueront.;)

      Supprimer

Bon, je modère ou je vous laisse prouver de la façon la plus tordue que vous n'êtes pas un robot ? Je modère, hein ?^^