jeudi 27 décembre 2018

DEATH' S END


DEATH'S END
             REMEMBRANCE OF EARTH'S PAST - TOME 3

traduit du chinois par Ken Liu (qu'il faut que je lise absolument en passant !)

( LA MORT IMMORTELLE )

Troisième et dernier volet de la trilogie du "Problème à Trois Corps" de Cixin Liu, entamée il y a deux ans. Mes premiers pas dans la SF chinoise, une expédition que j'avais un petit peu appréhendée, craignant une intrigue inaccessible au tout-venant, et qui, au final, s'est révélée concluante, bluffante et complètement captivante malgré ses complexités scientifiques. De la SF de très haut niveau avec peut-être un ou deux bémols qui ne pèsent ceci dit rien dans l'ensemble.
Ces deux dernières phrases sont un cop/col de mon billet sur le tome 2 (en parlant en plus du tome 1) mais je pourrais dire exactement la même chose du tome 3, et même, de la trilogie dans son ensemble. Oui, zéro suspense. J'ai été to-ta-le-ment soufflée par ce tome 3 et cette trilogie. Ça faisait longtemps que je n'avais pas lu de la SF de cette trempe. Je suis encore stupéfaite d'admiration devant le génie de cet auteur à l'imagination débordante et aux idées démentielles, qui vous cueille l'air de rien !

J'étais pourtant préparée psychologiquement à être déçue par ce dernier volet. Des avis glanés sur le net laissaient entendre qu'il n'était pas tout à fait à la hauteur des attentes qu'on pouvait en avoir. C'est donc plutôt sereine que j'ai entamé ce tome 3. Aux premières impressions de lenteur dans la narration, pas d'agacement. Zen même. J'avais déjà remarqué que Cixin Liu se complaisait à prendre son temps et à parfois s'appesantir sur des détails inutiles, à se faire plaisir en tant qu'écrivain, je dirais, mais ça, je m'y suis faite. Ça coule très bien en réalité. C'était un peu comme retrouver un ami qu'on sait lent à en venir au fait et qui vous agace un peu pour ça, mais on s'y est habitué et on écoute parce qu'on sait aussi que ça vaut le coup d'être patient.

J'ai commencé à avoir une petite inquiétude tout de même quand je me suis rendue compte qu'il revenait sur les époques des tomes précédents en rajoutant des personnages et d'autres événements car il me semblait évident que le tome 3 allait aborder la suite directe du tome 2 (on était quand même en plein suspense sur l'avenir de la Terre à la fin). J'ai crû comprendre l'origine de la déception des autres lecteurs mais finalement, je n'ai pas trouvé tout cela bien grave. Ça se laissait lire sans véritable agacement tout en faisant office de rétrospective sur l'évolution de l'humanité depuis son contact avec Trisolaris.

Et puis, à force de patience remonter les années et les époques, on finit par arriver à notre moment présent, celui de la fin du tome 2 (à quelques centaines d'années du nôtre), et subitement, ça décolle !
Et là, on va de claque en claque, d'étonnement en étonnement, de rebondissement en rebondissement, de revirement en revirement de situation. On croit à chaque fois avoir atteint l'apogée de l'intrigue mais non, ça ce n'était rien, qu'une parenthèse dans le futur. Le plus surprenant est encore à venir et on n'est jamais vraiment au bout de nos surprises, ça en est presque vertigineux.
Et c'est là où l'auteur est très fort car ce qu'on croyait être un retour inutile sur le passé au début était en fait pensé astucieusement. Cixin Liu est en réalité un fin stratège de la narration (qu'est-ce que ça m'a bluffée ça, à chaque fois !). Un peu comme s'il avait placé ses pions sur sa trame narrative et, quand le lecteur s'y attend le moins et ne voit aucune issue à son intrigue, bam, il pointe un pion dont on n'avait pas saisi l'importance sur le moment et il le déplace pour réamorcer la partie en cours.
Et tout cela est narré et se déroule à un rythme plutôt tranquille, sans donner l'impression de partir dans tous les sens, ce qui contrebalance cette illusion de foisonnement et rend le récit juste captivant et hypnotique sans laisser le temps à la crise cardiaque.

Bien sûr, il m'est impossible de rien révéler sur l'intrigue en elle-même car chaque révélation serait un spoiler à ce stade, surtout si on n'a pas lu les deux tomes précédents.
Mais cette théorie de la forêt sombre, quelle trouvaille quand même ! Et ces concepts scientifiques de dimensions mis en scène de façon subjugante ! Fascinant ! Cet auteur m'épate parce que tout est assez pointu d'un point de vue scientifique et technique, on pourrait se dire, peine perdue, je n'y comprendrai rien, mais c'est tellement précis, simple et patient à la fois que tout dans cet univers qui se déploie sous nos yeux paraît normal, naturel. Comme si on comprenait instantanément une nouvelle langue en fait. C'est fou !
Et les contes ! J'allais oublier les contes ! Quelle idée de génie ! Non seulement je les ai trouvés magnifiques, dignes des plus beaux contes chinois, mais en plus la subtilité de leur signification et interprétation dans le contexte de cette intrigue m'a mis un véritable coup sur le crâne ! Quelle claque, ces contes ! Quelle imagination démente vraiment !

Pour dire à quel point ce tome m'a travaillée, à un moment (sur la fin), je me suis mise à réétudier le système solaire et ses planètes, ainsi que les étoiles de notre galaxie via Youtube (et ce n'était pas du luxe de tout revoir en réalité^^). J'ai toujours été fascinée et intriguée par l'univers, son immensité et son mystère, mais là j'ai été presque sous le choc de la réalisation de la réalité de notre univers (telle qu'on la voit et connaît du moins). C'est vertigineux quand on y pense vraiment.

Je conclurai en disant qu'au-delà de l'imagination débordante de ce roman, ce qui m'a frappée aussi c'est que tout paraît hyper crédible tellement l'auteur a soigné la mise en place de son univers. Et tout est cohérent (malgré quelques petites failles) (mais qui sont des détails). Seule la toute fin m'a paru un poil capillotractée (il m'a presque perdue à ce moment-là), mais replacée dans le contexte de la trilogie (cf son titre original) et de l'ambition de l'auteur à travers cette série, ça se défend.:-)

Je n'ai en revanche pas compris le prologue avec la magicienne, sa répercussion dans l'intrigue, c'est peut-être le seul point qui me chiffonne un peu.

LC avec Ingannmic. Je cours aller voir ce qu'elle en a pensé !

12 commentaires:

  1. Argh ma bibli n'a que le tome 1 (et se lancer sans avoir les trois, pas possible!)
    Au sujet de la préface : ce serait pour être dans l'air du temps et accrocher le lecteur?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avoue, s'arrêter au tome 1 est quasi impossible mais il vaut tout de même le détour.;-) Peut-être que ta bib' compte acquérir les tomes suivants un peu plus tard ? Je ne comprends vraiment pas sinon cette gestion des achats consistant à s'arrêter aux premiers tomes de série. Ça n'a pas de sens de laisser les usagers en plein suspense. Autant ne pas les acheter...
      Sinon pour le prologue (j'ai écrit un peu vite d'ailleurs, ce n'est pas une préface^^), un lecteur a apporté des éléments de réponse en commentaire plus bas, et ça se tient.:-)

      Supprimer
    2. Si le tome 1 ne sort pas beaucoup, sans doute la bibli ne juge pas futé d'acquérir la suite? Sauf bien sûr s'il s'agit de trucs considérés comme 'littérature'. OK, je peux leur demander en tant que lectrice sur la liste des voeux... A lire les commentaires j'ai de plus en lus envie

      Supprimer
    3. C'est vrai, c'est logique. Si le tome 1 n'est pas lu tant que ça, on peut en déduire que la série n'intéresse pas foule et qu'acquérir les tomes suivants serait une dépense inutile. Ceci dit, si la majorité des lecteurs s'abstiennent de commencer le tome 1 par crainte de n'en jamais voir la suite, ça fausse les statistiques. C'est un peu un cercle vicieux ce truc.;-)

      Supprimer
  2. Bon, bah je crois qu'on se rejoint sur quasiment tous les points... En tous cas cette trilogie constitue l'une de mes lectures marquantes de cette année (on sent la fille qui prépare son bilan 2018...). Par contre, comme toi, j'aimerais bien savoir ce que vient faire ce prologue sans aucun rapport avec le reste..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour le prologue, la réponse plus bas. Quand je l'ai lue, ça m'a paru tout de suite évident !^^ Oui, une de mes lectures les plus marquantes aussi. Dommage qu'on ne soit pas plus d'amateurs de SF sur la blogo (celle que je fréquente du moins). Bien contente d'avoir pu partager cette extraordinaire aventure littéraire avec toi !

      Et tu as raison, mon commentaire chez toi s'assimile un peu à un prolongement de billet (comme un afterthought), du coup je vais le rajouter ici pour compléter mes réflexions^^ :
      J'ai lu pas mal de SF, et de la bonne, bon, peut-être pas assez pour être une spécialiste du genre mais c'est la première fois que je lis un roman qui va aussi loin dans l'imagination de l'avenir de l'humanité dans le contexte de l'immensité de l'univers en tenant compte des lois physiques et des autres civilisations extraterrestres possibles. Enfin, on voit un peu de tout ça dans les romans ou films SF mais de façon un peu classique, du genre, on est déjà 300 ans dans le futur, et ce qui s'est passé entre notre époque et le futur est plus ou moins acquis, on laisse le lecteur combler les trous à l'aide de son imagination, peu importe cet espace-temps. Là l'auteur commence son intrigue dans les années 60 en Chine et la délie quasi au fil des années en racontant l'histoire de notre planète mais aussi de l'univers quasi pas à pas. C'est un truc de fou ! À la fin j'avais même envie de crier "stop, stop ! Mais ça va s'arrêter, oui ?" J'ai été sciée aussi qu'il soit allé jusqu'à (je le fais codé en verlan pour ne pas risquer de spoiler les visiteurs^^) reuteladeutionnamiterlex ! Pure et simple ! Sans détour, sans compromis, sans pitié, sans héros de dernière minute comme on l'aurait vu dans un film américain par exemple. Et puis ce bond des millénaires après (si je ne me trompe), c'était d'un surréaliste. Mais j'ai adoré ce pari audacieux, cette ambition narrative parce que c'est très réussi. C'est vrai que c'est une trilogie qui amène le lecteur loin, pas seulement dans le futur et l'univers, mais dans ses réflexions aussi. J'aurais pu écrire des lignes encore tellement ce roman a éveillé de choses en moi mais difficile de faire du tri dans ce qu'on a envie d'évoquer pour ne pas faire trop long.:-) Même là j'ai du mal à faire court !^^

      Supprimer
  3. Je viens de voir le billet tout aussi élogieux de Ingammic. J'aurai bien bien besoin de me replonger dans une petite leçon sur le système solaire ! Ca me tente beaucoup :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aaah, l'idée de l'immensité de l'univers, son existence même, est un mystère vertigineux, et d'en voir la réalité, rien qu'à l'oeil nu (j'ai toujours adoré observer les étoiles), c'est fascinant. Et quand on rentre un peu dans le détail (j'y suis allée quasi planète par planète, merci Youtube), c'est encore plus subjuguant. Je ne regarde plus la lune ni le soleil de la même façon.^^
      Laisse-toi donc tenter ! Je suis sûre que tu ne le regretteras pas.:-) Je serais bien curieuse en tout cas de ton avis sur cette trilogie.

      Supprimer
  4. [Spoiler alert]
    Dans cet étrange prologue, un fragment de quatrième dimension frôle la Terre. La magicienne parvient à y pénétrer (par accident sans doute) et à extraire un cerveau en laissant le corps tridimensionnel intact (on a une scène similaire à bord du Gravité).
    Et puis il y a l'élément symbolique relatif à la fin d'un monde (Chrétien d'Orient).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais oui mais c'est bien sûr ! Merci pour cet éclairage.^^
      J'avais bien perçu l'élément symbolique relatif à la fin d'un monde mais ça me paraissait bien maigre pour justifier l'élaboration d'un tel conte en prologue. Il y avait forcément d'autres éléments à prendre en considération, un peu à la façon des autres contes insérés dans l'intrigue. Et quand tu as parlé de dimensions, ça a fait tilt tout de suite !
      Vraiment subtil cet auteur... Énième claque !

      Supprimer
  5. Tu le vends bien, difficile de dire le contraire, mais ça reste bien trop éloigné de ma zone de confort pour que je cède à la tentation.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peut-être... Et pourtant tu arrives bien à adhérer à la SF en BD.;-) Moi je pense que tu pourrais explorer cette zone côté romans sans souci.:-)

      Supprimer

Bon, je modère ou je vous laisse prouver de la façon la plus tordue que vous n'êtes pas un robot ? Je modère, hein ?^^