lundi 17 décembre 2018

DEUX FRÈRES


DEUX FRÈRES

traduit du portugais (Brésil) par Michel Riaudel
D'après l'oeuvre de Milton Hatoum

Bien sûr que j'avais repéré cet album des frères brésiliens Fábio Moon et Gabriel Bá depuis sa parution il y a bien 3 ans, vu que j'avais été, comme beaucoup, soufflée par la sensibilité narrative et graphique de leur précédent album Daytripper.
Sans savoir de quoi Deux frères parlait, j'étais quasi prête à m'y plonger les yeux fermés car ces deux auteurs avaient atteint pour moi le statut de "valeur sûre". Et pourtant, je pressentais tout de même le sujet qui risquait de me laisser en bord de chemin. Histoires de familles, mythe de la haine fraternelle, pas vraiment mes thématiques de prédilection, en plus du déjà-vu et revu (rien de nouveau sous le soleil comme on dit).
Le format de cet album me freinait en plus à chaque fois que je le voyais à la bib'. Encombrant, pas pratique à transporter. Et puis, j'ai vu qu'il était disponible dans le catalogue de la bibliothèque numérique de Paris. La tentation était forte de le lire version ebook. J'ai cédé.

C'est alors que j'ai découvert que cet album était en fait une adaptation d'un roman de Milton Hatoum (inconnu de mes services jusqu'alors), écrivain brésilien d'origine libanaise, et que l'histoire de famille en question concernait une famille libanaise installée à Manaus. J'ai trouvé ce contexte plus intrigant d'un coup, prometteur de découvertes culturelles riches et intéressantes, une histoire de famille qui me parlerait peut-être davantage du coup. J'ai tout de même regretté que cet album soit une adaptation, je préfère lire les oeuvres originales en premier, mais je ne me voyais pas me rajouter Milton Hatoum dans ma PAL alors que j'avais déjà Deux Frères version BD entre les mains. Surtout que rien ne garantissait que j'allais accrocher à cette histoire de famille, aussi exotique soit-elle. Autant se contenter de son adaptation BD donc.

Bref, voilà le contexte dans lequel j'ai abordé cet album, entre envie et crainte, entre confiance et doute, mais la curiosité était là. Et je m'en suis sentie récompensée car graphiquement déjà, cet album est un véritable plaisir pour les yeux. Les auteurs jouent à merveille du contraste noir et blanc, les seules "couleurs" utilisées, offrant des planches d'une très belle sensibilité artistique ici encore, qui rehaussent magnifiquement bien toute la tension dramatique de l'intrigue. Une intrigue aux accents de tragédie grecque mais à la sauce brésilienne, agrémentée d'épices libanaises. Un cocktail assez corsé et explosif en bouche mais qui se déguste comme un grand vin, tendu, nerveux, racé, aux notes à la fois acidulées, épicées et âpres.

Je n'ai pas atteint là non plus le coup de coeur (c'était déjà le cas pour Daytripper) pour cause de thématique peut-être un poil classique pour moi, mais malgré tout, j'ai beaucoup apprécié ce récit qui, malgré ses thèmes justement classiques (passion, rivalité fraternelle, amour filial, trahison, vengeance), a su renouveler les réflexions autour des grandes tragédies familiales.

Je pense que Fábio Moon et Gabriel Bá pourraient raconter l'annuaire téléphonique que ça vaudrait toujours le détour tant leur talent de conteur et d'illustrateur est fascinant.

Intègre le  

8 commentaires:

  1. j'ai lu Daytripper, mais bah, sans grimper trop aux murs

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ? J'avais trouvé ça assez fort et original tout de même en terme de thématique et son traitement était assez admirable bien que je ne sois pas arrivée au coup de coeur.

      Supprimer
  2. Je ne lis pas ce genre de bouquin, mais je te remercie pour ta participation à mon challenge.
    Bonne semaine à toi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah mais vraiment, tu devrais faire une session BD pour ton challenge. Ça ce serait un sacré challenge.;-) Bonne semaine !

      Supprimer
  3. Pas aussi bon que Daytripper selon moi (j'en avais fait un coup de coeur^^) mais ça reste excellent. Un duo d'auteurs que je suivrais les yeux fermés de toute façon !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, ils ont, outre le talent naturel, un petit quelque chose auquel on ne peut rester indifférent. J'ai vu qu'ils avaient quelques autres albums à leur actif que je compte explorer (un jour^^).

      Supprimer
  4. Mouais, pas fan non plus des BD adaptation de roman... sauf quand c'est un roman pavé que je rechigne à lire... Cela me permet tout de même de faire connaissance avec l'univers des personnages et l'histoire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est comme les films, quoi.;-) Très pratique pour avoir vite fait une idée de l'histoire et de l'univers d'un roman. Mais la plupart du temps, je m'abstiens de lire ou voir les adaptations en me disant qu'il faudra que je prenne le temps de lire le roman (s'il fait partie des livres cultes en tout cas), quitte à rester ignare des années sur son histoire.:-)

      Supprimer

Bon, je modère ou je vous laisse prouver de la façon la plus tordue que vous n'êtes pas un robot ? Je modère, hein ?^^