vendredi 15 février 2019

THE PROMISED NEVERLAND - TOME 1


THE PROMISED NEVERLAND - TOME 1

Je ne sais pas si j'ai bien fait de m'embarquer dans une énième série dont je ne suis pas très sûre du nombre de tomes au final (elle est toujours en cours d'écriture...) mais le billet de Jérôme était assez irrésistible, je n'ai pas résisté. Encore moins quand j'ai demandé l'avis d'une collègue branchée manga (car même une fois le tome 1 en main, je me suis encore donné la chance la possibilité de me rétracter). Quand elle m'a évoqué une ambiance à la Death Note, avec manipulations mentales à la clé, affrontements psychologiques qui s'apparentent à un jeu d'échec, feintes tactiques et stratégiques, j'étais cuite (j'adore ce type d'intrigues !). Elle trouvait même que c'était un peu violent pour des enfants (c'était mon questionnement en fait - manga pour très jeune public comme l'univers et l'atmosphère du manga semblaient l'indiquer, ou un adulte pourrait y trouver son compte ?)
J'ai commencé le tome le soir même.

Rien ne laisse présager tout cela pourtant les premières pages, alors que nous découvrons un univers douillet, presque rose bonbon, débordant d'innocence et résonnant de rires d'enfants. Certes, Grace Field House est un orphelinat mais les enfants semblent y avoir trouvé un foyer chaleureux où ils s'épanouissent pleinement, couverts d'amour et de bienveillance par la directrice qu'ils considèrent comme leur "maman".
Il y a quelques ombres au tableau tout de même, comme ces chiffres tatoués sur leur cou et l'interdiction d'aller au-delà du portail et de la forêt. Leur monde est restreint à leur orphelinat en attendant qu'on leur trouve une famille d'accueil mais qu'à cela ne tienne, ils y coulent des jours tellement heureux que l'idée d'enfreindre le règlement et la curiosité du monde extérieur ne les effleurent même pas.

Et puis un jour, bam, l'impensable ! À l'occasion du départ d'une des petites filles pour sa nouvelle famille, deux enfants découvrent l'abominable réalité derrière cet orphelinat qui n'est autre attention SPOILER qu'un élevage d'enfants destinés comme mets de choix à d'horribles monstres, démons ou extra-terrestres (on ne sait pas bien à ce stade).
J'ai eu un choc moi-même pour dire. La violence même des événements. Leur monstruosité. Et là on bascule dans un autre monde, horrible, plein de questionnements, de rebondissements et de retournements de situation.  Les trois aînés des enfants, Emma, Norman et Ray, les seuls au courant de la réalité de l'orphelinat, n'ont plus qu'un but : fuir les lieux à tout prix, avec les autres enfants, sans se faire repérer. Pour cela, il faudra qu'ils mettent en branle toute leur sagacité et qu'ils mettent en place des stratégies élaborées. Comble de l'horreur, "maman" s'est rendue compte qu'elle a été démasquée et c'est maintenant un jeu du chat et de la souris, voire un vrai bras de fer mental qui s'opère entre eux car elle n'est pas moins fin stratège qu'eux..

Mais qui est cette "maman" ? Pourquoi joue-t-elle ce rôle ignoble ? Sous quelles contraintes ou dans quels intérêts ? A-t-elle démasqué les enfants témoins ? Et ces attention SPOILER monstres... démons même plutôt (la fin m'a presque filé la chaire de poule) ? D'où sortent-ils ?
Comment nos aînés pourraient se sortir de ce piège avec tous les autres enfants, sans les paniquer et en les convainquant de les suivre ? Et quand bien même ils y parviendraient, ce qui semble hautement improbable, qu'est-ce qui les attend dehors ? Et d'où viennent les enfants de cet orphelinat ? Ainsi que les adultes ?
Nous sommes en 2045. Que s'est-il passé en 30 ans ?

Un manga bien plus sombre qu'il n'y paraît, qui, en un tome, à réussi à me faire poser mille questions dont il me faut absolument les réponses ! Vivement la suite ! (je suis donc foutue)

L'auteur
Kaiu Shirai, mangaka, a publié deux one-shots dont Poppy's Wish avec la dessinatrice Posuka Demizu. Depuis 2016, il collabore avec elle sur The Promised Neverland, un manga publié dans le Weekly Shonen Jump. La série a écoulé au japon plus de 3 millions d'exemplaires des sept premiers tomes.

6 commentaires:

  1. Ouais, t's bien cuite, là..; (je passe, bien sûr, je suis trop trouillarde)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Haha, oui, mine de rien, ce manga, c'est un peu comme les contes de Grimm. Très noir sous des dehors rose bonbon.
      Hé oui, je suis cuite cuite cuite. J'en suis au tome 3, il me faut la suite !!

      Supprimer
  2. Noté il y a quelques semaines après avoir lu un article alors que je suis très très loin d'être une habituée des mangas. Mais là j'avoue, l'intrigue et trop tentante et tu confirmes. Va falloir que j'y pense à ma prochaine sortie en librairie car je ne vais pas souvent jeter un oeil du côté des mangas...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas si je dois t'encourager.^^ Les mangas en général sont très addictifs, les Japonais ont vraiment le savoir-faire pour ça. Il y a toujours un truc qui fait qu'on accroche quasi dès le premier tome. Rares sont les exceptions. Et cette série n'en est pas une.;-)

      Supprimer
  3. Je viens de terminer le 6ème tome, c'est toujours aussi addictif. Et l'intrigue avance, j'avais peur que l'on tourne vite en rond mais ce n'est pas du tout le cas. Vivement la suite !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est ça qui m'intrigue ! Comment peut-on faire tenir cette série, dont le contexte de l'histoire laisse peu d'options, sur ne serait-ce que 6 tomes ? J'en suis au tome 3, la situation est tendue, je vois si peu d'issues ! Bon sang, il me faut la suite et vite !

      Supprimer

Bon, je modère ou je vous laisse prouver de la façon la plus tordue que vous n'êtes pas un robot ? Je modère, hein ?^^