jeudi 8 octobre 2020

ONE NATIVE LIFE


ONE NATIVE LIFE

(non traduit encore en français)

À force de voir des avis enthousiastes, touchés, émus, sur Les Étoiles s'éteignent à l'aube, ou encore Starlight, j'ai fini par être curieuse de la plume de cet auteur, Richard Wagamese, bien que les résumés de ses livres ne semblaient pas trop me correspondre (le côté nature writing, grands espaces, poésie). C'est le fait qu'il soit Indien (Premières Nations) et contemporain qui a fini par vraiment me décider car j'ai toujours trouvé ça intéressant ce qu'ils ont à dire, transmettre, témoigner, exprimer, et finalement, je n'ai pas lu tant d'auteurs nord-amérindiens que ça.

Mon choix s'est porté sur ce titre repéré chez Jackie Brown car j'aimais bien cette idée de souvenirs égrenés au fil des pages en chapitres courts (très décisif pour moi ça, les chapitres courts) qui se concluent sur une note de sagesse, bien que là encore, ce ne soit pourtant pas vraiment mon genre de prédilection (mémoires, spiritualité, sagesse, bien-être). Encore une fois, c'est le côté Indien qui m'a attirée, comme s'ils avaient une certaine légitimité ou que leur rapport à la nature en faisait des sages naturels dont on a beaucoup à apprendre.
C'est ce que j'espérais en tout cas en me plongeant dans ce livre.

En fait, ce sont les souvenirs d'un homme arrivé à un stade de sa vie où il se retrouve enfin en paix avec lui-même après un passé tumultueux et douloureux, c'est son parcours que nous suivons au fil des pages, de son enfance malheureuse, son adolescence difficile (alcool, galères), aux retrouvailles avec les siens, sa vraie famille. Ce que j'ai apprécié, c'est qu'il ne s'attarde pas ni ne s'appesantit sur son passé dans les détails. Ce ne sont pas des mémoires à proprement parler. Il raconte ces pans de sa vie à la façon d'anecdotes pour illustrer une leçon de vie qu'il souhaite partager. C'est court, direct, sans détour, droit au but, pas de blabla inutile et c'est joliment raconté à chaque fois.

C'est son histoire qui se dessine donc à travers ces souvenirs qu'il transmet par bribes mais à travers elle, c'est aussi celle de ses semblables, en particulier ceux qui ont traversé les mêmes épreuves, leur séparation d'avec leur famille, leurs racines et leur culture, l'assimilation, le sentiment fort d'être déconnecté et la quête incessante d'une reconnexion, à un clan, à une communauté, et de retrouver leurs racines.
Un témoignage important pour cela, qui pourra donc parler à ces déracinés, et/ou leur servir de voix, de porte-parole, mais de façon plus large, c'est aussi l'histoire de chaque être humain dans sa quête de paix intérieure, d'appartenance à la famille humaine, d'appréciation des petites et grandes choses de la vie et d'ouverture à ce qu'elle a à nous offrir.

Des belles leçons de vie, de belles paroles de sagesse, mais rien de bien neuf non plus, pas de grande révélation, aussi je suis loin du coup de coeur même si j'ai apprécié. 
C'est ce que je redoute et ce qui m'ennuie toujours avec ce genre de livres autour de préceptes sages qui m'ont toujours semblé exprimer des évidences mais ici, c'est exprimé avec tant de simplicité, de sensibilité, de finesse, d'humilité, que ça passe tout de même bien, limite c'est agréable, comme on écouterait un ami nous raconter ce qu'il a traversé et ce qu'il en a retiré, sans avoir l'impression qu'on nous prenne pour des demeurés. Entre les lignes, on pourrait lire "c'est juste un échange, je te parle de mon expérience, tu écoutes, tu en fais ce que tu veux, je ne prétends pas changer ta vie mais si ça t'apporte quelque chose, j'en suis heureux". Et il y a de très belles vérités qui font du bien à (ré)entendre.

J'ai été touchée aussi par la vie de cet homme et par son parcours, le fait qu'il s'en soit sorti, l'urgence et la sincérité de sa quête qui en disent long sur les conséquences de la politique canadienne vis-à-vis des Indiens dans les années 50-60 (avec les pensionnats autochtones, le déracinement des Indiens, le traumatisme causé), la façon dont il a renoué avec les siens, les traditions, les coutumes, les légendes, le mode de vie indiens. Ce livre était vraiment très intéressant et instructif à ce niveau. J'ai aimé toutefois le fait qu'il ait conclu qu'il s'était retrouvé en Indien, certes, mais surtout en homme, en être humain.

J'ai craint aussi le côté nature et grands espaces auxquels il est impossible de couper, Canada oblige, et Indien oblige aussi, mais ça s'est très bien passé, notamment parce qu'il n'en fait pas des caisses. Il en parle naturellement, comme faisant partie d'un tout, du quotidien, de la vie, aussi il n'est pas impossible que je tente finalement ses romans car j'aime assez son écriture de laquelle se dégagent une sensibilité qui me parle, une simplicité dans les mots, et une authenticité qui me plaît.

L'auteur
Appartenant à la nation des Ojibwés, Richard Wagamese, né en 1955 en Ontario, est un des principaux écrivains autochtones canadiens, récompensé à de nombreuses reprises pour son travail littéraire et journalistique. Découvert en français avec Les Étoiles s'éteignent à l'aube et Jeu blanc, Wagamese est décédé en 2017, laissant en testament littéraire Starlight, son ultime roman.

20 commentaires:

  1. Wagamese, un auteur sur ma liste depuis des lustres. Il faut vraiment que je m'y mette. C'est marrant, parce que de mon côté, les mémoires limite spiritualité avec des courts chapitres, c'est plutôt ce qui me ferait fuir et je pense me tourner en priorité vers ses romans pleins de forêts et de nature. Curieuse de savoir si on se rejoindra malgré tout sur notre appréciation de l'auteur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah mais moi, que ce soit les romans pleins de forêts et de nature ou les mémoires limite spiritualité, à la base, je fuis, et très loin même.^^ C'est vraiment le fait que ce soit le récit d'un Amérindien contemporain (apprécié, qui plus est) qui m'a attirée ici. Très curieuse de ton avis sur cet auteur moi aussi ! :)

      Supprimer
  2. Il y a donc des textes de Wagamese pas encore traduits en français... J'ai adoré Jeu blanc et Les étoiles s'éteignent à l'aube. J'avais été très triste à sa mort, mais s'il reste des textes à découvrir, ça me console un peu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, il y a même plusieurs textes non traduits encore, pas juste un ou deux.:) Une bonne nouvelle pour celles et ceux qui apprécient son oeuvre, en effet.

      Supprimer
  3. Jamais lu cet auteur non plus, la crainte de tomber encore sur des faits connus ou qui m'intéressent moins.Il se reconnaît en être humain, et ça me plait.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est ce qui m'a plu aussi dans cette ouvrage. Le fait qu'il ne s'arrête pas juste à sont statut d'Indien et qu'il élargisse ses réflexions à l'être humain en général.

      Supprimer
  4. J'ai beaucoup aimé Les étoiles s'éteignent à l'aube, Jeu blanc et Starlight, et j'espère que l'éditeur traduira celui-ci aussi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère aussi que ses autres ouvrages seront rapidement traduits pour son lectorat francophone ! Je pense qu'il y a de bonnes chances pour ce livre-ci en particulier.

      Supprimer
  5. Pas très original, mais j'ai beaucoup aimé aussi Les étoiles s'éteignent à l'aube.. Jeu blanc est sur ma PAL, je retarde un peu la lecture, en raison du sujet difficile..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense essayer Les étoiles s'éteignent à l'aube même si je crains tout de même ne pas être le public-cible. L'enthousiasme autour de ce roman force la curiosité.:)

      Supprimer
  6. Je ne connais pas du tout l'auteur. Je n'ai jamais lu d'auteurs nord-amérindiens de toute façon.
    Bonne soirée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il n'est jamais trop tard pour s'aventurer sur ce terrain.;)

      Supprimer
  7. le magazine de ma médiathèque, que j'ai sous les yeux, en parle justement de cet auteur, aux côtés de Jimmy Orange, les deux me faisaient très envie, j'ai choisi le second, qui est désormais dans ma PAL.
    pour en revenir à ton bille,t j'ai un peu de mal avec les livres "de sagesse" (pour dire ça vite)...on m'en a mis deux ou trois dans les mains, j'ai toujours eu envie de les jeter par la fenêtre...celui-ci semble être plus intelligent, plus humble que les autres. c'est à noter.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis allergique aussi aux livres "de sagesse" en général mais celui-ci n'est pas vraiment présenté comme tel dans le sens où ce n'est pas un ouvrage dans lequel l'auteur se donne spécifiquement pour mission d'insuffler quelques paroles de sagesse à son lectorat.:)
      J'ai le Tommy Orange aussi dans ma PAL !! Dis donc, on pourrait se faire une LC à l'occasion !^^

      Supprimer
  8. Pas un coup de coeur mais tout de même pas mal de points très positifs ! Bon, de mon côté, je vais attendre la VF !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh oui, compte tenu que ce livre concentrait à peu près tout ce qui me ferait fuir d'ordinaire (nature, grands espaces, sagesse, mémoires...) et qu'il ne doit d'avoir atterri entre mes mains qu'en raison des origines de l'auteur, on peut dire qu'il a tout de même gagné mon adhésion, à défaut d'un enthousiasme sans réserve.:)

      Supprimer
  9. Comme j'ai beaucoup aimé Les étoiles s'éteignent à l'aube, j'ai hâte que ce roman soit traduit en français !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut vraiment que je découvre ces fameuses Étoiles !

      Supprimer
  10. Je n'avais même pas vu sur Goodreads que tu l'avais lu. Contente qu'il t'ait plu aussi (je suis rebutée par les mêmes thèmes que toi). On aurait bien besoin d'un Richard Wagamese en ce moment.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ma lecture remonte un peu.:) Elle date de fin mai, tout juste au sortir du Confinement. Une période propice pour ce genre de lecture.:)

      Supprimer

Bon, je modère ou je vous laisse prouver de la façon la plus tordue que vous n'êtes pas un robot ? Je modère, hein ?^^