mardi 24 août 2021

LES COSMONAUTES NE FONT QUE PASSER


LES COSMONAUTES NE FONT QUE PASSER

Repéré chez Keisha, je me suis dit que ce roman avait toutes ses chances de me séduire : Bulgarie des années 90, enfin, c'était surtout la Bulgarie qui m'intéressait mais ne boudons pas le contexte historique, et surtout humour, le tout raconté à hauteur de petite fille qui deviendra ado au fil des pages. La quatrième de couv présentait quelque chose d'accessible en tout cas, au ton faussement candide qui n'était pas sans me rappeler Le Petit Nicolas.

Extrait :
"Ton grand-père est communiste. Un vrai, te dit-on plusieurs fois et tu comprends qu'il y en a aussi des faux. C'est comme avec les Barbie et les baskets Nike, qu'on peut trouver en vrai uniquement si on possède des relations de très haut niveau."

Au départ, je n'ai pas accroché tout de suite. Le style narratif adoptant le tutoiement me dérangeait beaucoup et je n'étais pas sensible à l'humour qui me semblait un peu facile, convenu, enfin, sans grande surprise disons. Et puis, au fur et à mesure, je suis rentrée dans la tête de la narratrice, dans son monde, j'ai fini par véritablement apprécié ce ton faussement léger, j'ai partagé ses soucis et aspirations d'enfant, je me suis attachée aux personnages, à sa famille, j'étais plongée dans son quotidien. J'ai vu l'histoire de la Bulgarie à travers ses yeux de l'époque, la petite histoire se mêlant à la grande. La chute du mur de Berlin sonne la fin du communisme mais pas la fin des problèmes, non, c'est même le début de nouveaux tracas. Le tout était vraiment très instructif. On comprend ce qui se passe entre les lignes, ce qu'ont traversé les Bulgares, et là, l'humour m'a semblé d'un coup beaucoup plus subtil, et surtout bienvenu. 

Mon avis Goodreads
3,5/5 étoiles. 
Une découverte très sympathique. Un roman qui a mis un peu de temps à m'apprivoiser (le style narratif, l'humour) - ou c'est moi qui ai été longue à la détente - et dont j'ai fini par quitter l'univers à regret.

À noter que ce livre a été directement écrit en français et n'est pas une traduction du bulgare.

L'auteure
Née à Sofia (Bulgarie) en 1982, Elitza Gueorguieva vit depuis vingt ans à Paris. Après l'obtention d'un master de création cinématographique et d'un master de création littéraire à l'Université Paris-8 Saint-Denis, elle se consacre à des projets artistiques multiples entre le documentaire de création vidéo, l'écriture littéraire et les performances. Les Cosmonautes ne font que passer est son premier roman.

14 commentaires:

  1. Mouarf je ne m'en souvenais plus (je lis trop) mais finalement, oui, c'était une bonne lecture; contente que tu aies fini par adhérer, et même aimer!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça m'arrive rarement de ne pas me souvenir avoir lu un livre mais ça m'est déjà arrivé, plutôt pour des auteurs de pays plus rares dans nos rayons d'ailleurs. Heureusement que les blogs sont là pour en raviver le souvenir.:)

      Supprimer
  2. Hum, j'étais partante au tout début de ton billet, notamment pour la Bulgarie, très rare dans mes lectures, mais le fait que la narratrice soit un enfant, ce que tu dis sur le manque d'emballement en entrée de lecture, et qu'il ait été écrit en français... je passe, finalement ! Je chercherai d'autres titres bulgares.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ahaha, je te comprends parfaitement ! Je peux avoir ce genre d'exigence moi aussi, et d'hésitation à me lancer quand ce n'est pas du 100% pur pays^^, sans parler d'autres critères qui confirment que non, décidément, ça ne va pas le faire.;)
      Ceci dit, si tu cherches un roman bulgare, ou sur la Bulgarie, tu devrais lui donner sa chance quand même car l'auteure est bien bulgare et je pense qu'elle aurait pu l'écrire en bulgare si elle l'avait voulu. Je comprends le fait qu'elle l'ait écrit en français comme un hommage à son pays d'accueil.

      Supprimer
  3. En plus cela reste un roman court didonc....oui cela pourrait etre interessant...;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est très intéressant, oui. À lire si on a quelque curiosité pour la Bulgarie.

      Supprimer
  4. je suis très intéressée ! D'autant plus que j'ai passé des vacances en Bulgarie à cette époque-là et c'était tellement étrange que je m'en souviens encore... Je n'ai d'ailleurs jamais rien lu de bulgare?!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh alors ce roman te parlera sans problème. Très curieuse de tes impressions de lecture si tu te lances ! Moi non plus je n'ai rien lu d'autres de bulgare. Je vais faire quelques recherches !:)

      Supprimer
  5. Je ne connais rien de l'histoire de la Bulgarie, alors, ça pourrait être l'occasion, mais j'ai beaucoup trop à lire !
    Bonne fin de semaine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui mais rien sur l'histoire de la Bulgarie si je ne me trompe. Tu rates vraiment une occasion là, je confirme, haha ! Bon dimanche.

      Supprimer
  6. Un p'tit tour en Bulgarie à l'époque de ma jeunesse, pourquoi pas... Vu qu'à ce moment là, on parlait beaucoup plus de la Roumanie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pensais que tu parlais d'O-Zone et leur Dragostea din tei (maya hi maya hu...) mais c'était un peu plus tard.^^

      Supprimer
  7. Je l'ai lu il y a quelques années et j'en garde un bon souvenir !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est une lecture franchement sympathique dont je garderai aussi un bon souvenir.

      Supprimer