dimanche 26 novembre 2023

L'ÎLE DES ÂMES


traduit de l'italien par Anatole Pons-Reumaux

Oui, j'ai fini par céder à l'enthousiasme bloguesque ! Ça faisait longtemps que je n'avais pas lu de roman italien, je n'avais rien lu de spécifiquement sarde par ailleurs et j'étais très motivée par cette originalité ici. Et pour ne rien gâcher, l'auteur, Piergiorgio Pulixi, a une bonne bouille, enfin, gueule même plutôt. ^^

J'annonce la couleur de suite : j'ai a-do-ré ! À peine la dernière page tournée, j'ai écrit sur Goodreads :
"Je l'aurais eu sous le coude, j'enchaînais direct avec L'Illusion du mal, le second opus de cette série d'enquêtes des inspectrices Rais et Croce ! Quel duo explosif, improbable, incroyable et diablement attachant !
Quel polar de qualité ! C'est ce qui m'a frappée tout le long, l'écriture, précise mais sobre, soignée mais fluide et efficace. Un vrai régal d'y retourner à chaque fois. Dès le prologue, j'étais comme happée, envoûtée par les mots, aspirée dans l'histoire. C'était presque vertigineux. D'ailleurs, Pulixi écrirait autre chose que des polars, j'embarquais direct aussi ! Nouvel auteur chouchou !
Enfin, je pourrais partir en vacances là maintenant tout de suite, je partais en Sardaigne ! Cette île semble vraiment valoir le détour !"

Au début, j'ai craint un peu le contexte de l'histoire qui m'a beaucoup fait penser à la trilogie du Baztan de Dolores Redondo. Je n'aime pas trop les histoires autour de meurtres rituels liés à des légendes d'une région, mais en fait ce n'est pas très exactement ce genre d'histoire. C'est plus terre à terre. Pas de Big Foot ou autre être surnaturel du genre, mais quand même une communauté autonome quelque peu inquiétante par ses croyances et rites ancestraux.

Deux meurtres rituels sauvages classés "cold case" hantent depuis des décennies un policier à la retraite. Un troisième meurtre commis de nos jours et sur le même mode opératoire va permettre de ressortir les vieux dossiers. Deux inspectrices mises au placard et mutées au département des crimes non élucidés de la police de Cagliari sont officieusement sur l'affaire avec l'aide de ce policier.

Un duo de choc que j'ai adoré ! J'ai apprécié que (chose rare me semble-t-il) l'enquête soit menée par des femmes, dont l'une caustique à souhait et l'autre qui ne s'en laisse pas conter non plus. Encore mieux, l'une est Sarde pure souche et sur son territoire, tandis que l'autre débarque de Milan et ne connaît rien de la Sardaigne, de son histoire, de ses traditions, de ses superstitions et "croyances millénaires qui imprègnent jusqu'à ses traditions culinaires", que l'on va donc découvrir avec elle. 
Ce tandem féminin était franchement jubilatoire à travers leurs dialogues, joutes verbales et réparties mordantes. La Sarde était particulièrement inénarrable avec son langage coloré, son caractère de feu, sa personnalité sans filtre, un peu trop franche du collier, un sacré phénomène !^^ Ça, c'est la pépite dans un polar. Des personnages hauts en couleur de ce genre, qu'on a déjà envie de retrouver à la prochaine enquête alors même qu'on est aux premières pages de celle-ci !

Ce qui m'a plu aussi, c'est le soin qu'apporte l'auteur à dresser le portrait psychologique de ses personnages. Il n'y a pas que l'enquête, il y a aussi la vie et le quotidien des protagonistes, avec leurs épreuves, leurs doutes, leurs zones d'ombre, leurs démons, ce qui les rend très humains, réalistes et très proches de nous. Il y a un très bel équilibre entre l'enquête pure et dure et leurs histoires personnelles qui s'intègrent très naturellement dans le courant de l'intrigue.

J'ai beaucoup aimé aussi la description de la Sardaigne. On sent l'amour de l'auteur pour son île et ce roman est l'occasion d'une belle immersion culturelle au milieu des Sardes. Comme tout insulaire, ils ont leur propre histoire, leurs coutumes, traditions, dialecte, règles... et bien sûr, il y a quelques tensions entre les Italiens du continent et les Sardes, ce qui apporte beaucoup de piquant à l'intrigue. Sans parler des Ladu, cette communauté autonome très particulière, comme arrêtée dans le temps, vivant dans un autre monde régi par ses propres lois.

La fin m'a satisfaite malgré quelques bémols. Je l'ai trouvée un peu précipitée sur les dernières pages. La résolution m'a paru un peu expéditive et ne m'a pas trop convaincue dans son déroulement, mais j'ai apprécié toute la cohérence de l'intrigue. Tout s'imbrique parfaitement et on se prend quand même une petite claque. 
Malgré mes réservounettes sur la fin, j'ai adoré ce roman, son intrigue aux multiples mystères, autant liés aux meurtres qu'à la vie privée des policiers, qui s'éclaircissent petit à petit.

Et le plus dingue, j'ai finalement adoré l'histoire des Ladu qui m'a bouleversée ! Cette communauté qui, au départ, ne m'inspirait rien de bon, a fini par me captiver et m'a fascinée, révoltée et touchée tout à la fois. La façon dont l'auteur a raconté leur histoire était juste grandiose. Une véritable tragédie... à la sarde !

Un polar assez noir dans le fond, poisseux, avec des thèmes assez durs parfois, mais dans lequel on rigole quand même bien grâce aux personnalités des inspectrices. Un bel équilibre qui rend addict !

Extraits :
"Le professeur réagit par des imprécations en sarde.
- Qu'est-ce que vous avez dit ? demanda-t-elle.
- Que la mère du type a une vivacité sexuelle particulièrement prononcée et qu'elle n'a pas honte d'entretenir des rapports intimes avec des bêtes de taille imposante, traduisit Mara."

"- Vous, en revanche, vous devez adopter une stratégie diamétralement opposée, suggéra la magistrate à Mara.
- Je dois lui chauffer le cul.
- Je l'aurais formulé différemment, mais oui, c'est l'idée, répondit Mazzotta sans parvenir à réprimer un sourire."

L'auteur
Piergiorgio Pulixi est né en 1982 à Cagliari dans le sud de la Sardaigne. Il a été libraire avant de se consacrer à l'écriture. Après L'Île des âmes, son premier roman paru en France (2021), qui remporte un grand succès, il publie L'Illusion du mal, la suite des aventures d'Eva Croce et Mara Rais, en 2022.

30 commentaires:

  1. Je n'ai pas encore cédé et comme je viens de craquer pour deux séries addictives (Olivier Norek et Abir Mukherjee) je vais attendre un peu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends. J'ai craqué récemment pour Abir Muherjee et là aussi, je me vois bien lire tous ses romans.:) Son deuxième m'attend d'ailleurs dans ma PAL et il n'attendra pas trop longtemps.^^

      Supprimer
  2. Déjà noté l'auteur, après, faut passer à l'acte d'emprunt, quoi. Comme toi je n'aime pas trop ces légendes et autres qui parasitent les histoires, mais ça a l'air d'aller, ici. Les passages sont top.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu as aimé ces passages, tu vas te régaler quand tu t'y mettras. J'ai mis du temps aussi à me décider à enfin l'emprunter. Moment de panique d'ailleurs quand j'ai vraiment eu envie de le lire, le livre avait disparu du catalogue numérique (nombre de prêts autorisés par l'éditeur atteint, je pense). Je m'en suis tellement voulu d'avoir attendu ! Heureusement, il a fini par réapparaître.^^

      Supprimer
  3. Je me demande bien pourquoi je n'ai pas encore lu Piergiorgio Pulixi... les deux romans sont à la bibliothèque, multi réservés bien sûr, mais je peux attendre...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je l'ai longtemps considéré comme une lecture non urgente malgré ma curiosité et puis l'envie est venue d'un coup. Maintenant je trépigne d'impatience de pouvoir mettre la main sur la suite.^^

      Supprimer
  4. je crois que je vais céder aussi, pour l'Italie notamment !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vraiment, tu peux céder.^^ Et côté Italie, tu ne seras pas déçue.

      Supprimer
  5. J'ai adoré l'intrigue de cet "ethno polar", le duo improbable formé par deux enquêtrices, les joutes verbales entre la Sarde et la Milanaise... l'atmosphère est certes pesante mais l'enquête est menée tambour battant. Je compte bien aussi lire la suite.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On se retrouve en tout point sur ce qui nous a plu dans ce livre. Le duo Rais et Croce apporte beaucoup de fraîcheur à cette intrigue dont l'atmosphère aurait pu être bien plus pesante sans elles.

      Supprimer
  6. Je suis à contre-courant avec cet auteur, comme toi, j'ai pensé (trop fort) à la trilogie du Baztan qui m'avait lassée au deuxième tome, mais... en moins bien, à mon goût : des personnages trop caricaturaux (les policières), des meurtres rituels (encore !), rien ne m'a retenue...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Arf, les goûts et les couleurs...:) J'avais abandonné la trilogie du Baztan après le premier tome de mon côté et j'ai trouvé l'écriture de Pulixi beaucoup plus enthousiasmante et efficace que celle de Redondo. À voir au prochain tome de Pulixi si je ne déchante pas.

      Supprimer
  7. Je l'ai acheté après une rencontre avec l'auteur sur un salon, tu me mets l'eau à la bouche, là !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mon dieu, tu as eu la chance de rencontrer l'auteur !!! Je guette sa venue dans mon coin, on ne sait jamais.:)

      Supprimer
  8. Et bin didonc tu le vends bien...trop bien...cela donne bigrement envie de le lire....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Franchement, j'ai adoré. Je l'ai d'ailleurs offert récemment.:)

      Supprimer
  9. Bonjour A girl_from-_earth, un excellent moment de lecture en ce qui me concerne et puis la Sardaigne a un côté vraiment exotique. Les deux héroïnes sont des personnages intéressants. Et j'ai été contente de les retrouver le tome suivant : L'illusion du mal. Dans le troisième, a priori, on ne les rencontre plus et c'est dommage. Bon dimanche.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aaaah mais quelle affreuse nouvelle si elles ne sont plus dans le troisième tome !! À moins qu'il ne s'agisse d'une autre série ? En tout cas, je me réjouis de pouvoir les retrouver dans le second tome ! Et oui, la Sardaigne comme lieu d'intrigue, je n'aurais pas pensé être aussi charmée !

      Supprimer
  10. J'avais beaucoup aimé ce premier opus. Le second est tout aussi passionnant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'en suis vraiment ravie ! Je me frotte les mains d'avance de cette lecture !

      Supprimer
  11. Il faudra que je retente cette lecture car je n'avais pas du tout accroché...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est peut-être pas ton créneau ? Il y a certains livres comme ça, malgré l'enthousiasme général, je décroche au bout d'une dizaine de pages et je n'ai vraiment pas l'impression que ça me plaira davantage en persévérant.

      Supprimer
  12. Le titre me plait, la couverture aussi et ce que tu en dis encore plus, donc, un jour peut-être...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très curieuse de ton avis d'expert en thrillers si tu le lis.:)

      Supprimer
  13. aaaah bravo !! Mais oui, il est génial ce bouquin et tellement plus que "juste un polar"!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà, exactement ! Merci de le re-souligner !^^

      Supprimer
  14. La preuve une fois de plus qu'on ne fréquente pas tout à fait la même blogo, car jamais entendu parler !!! Mais bien tentée par ton billet !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, on arrive à se tenir au courant des tendances de lecture par blogs interposés des fois.:)

      Supprimer
  15. Si une amie n'était pas totalement réfractaire au style polar, je le lui aurait offert, car elle aime beaucoup la Sardaigne, qu'elle a visité deux fois.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ce roman est vraiment fait pour elle alors. Comme le souligne si bien Violette, c'est bien plus que "juste un polar".^^

      Supprimer