vendredi 23 juillet 2004

LE VAILLANT PETIT TAILLEUR


LE VAILLANT PETIT TAILLEUR 

Tout le monde connaît l'histoire, mais qui connaît l'auteur, hein? C'est qu'avant Eric Chevillard, il n'y en avait pas à proprement parler, et c'est donc la mission qu'il va se donner : transformer en texte fondateur ce conte né, comme tout récit et racontar populaires, de la bouche de vieilles veuves dont on ne retrouvera jamais les noms, et retranscrit par les frères Grimm, noyé dans une multitude d'autres contes similaires.

Connaissant le style Chevillard, on se dit que ça va donner du n'importe quoi (le genre où on en redemande), et bien c'est tout à fait ça, j'en veux pour preuve les premières lignes du premier chapitre:

"Il y a environ dix minutes j'ai épluché un oignon plutôt gros sans verser une seule larme.
Je tiens cependant à dire que je n'ai pas ri non plus.
Cette confidence ni la précision qui vient après n'ont le moindre rapport avec le récit qui commence mais, ayant par faiblesse laissé échapper la confidence, je devais sur-le-champ apporter la précision afin d'éviter tout malentendu à l'instant où l'on s'apprête à lire la scène d'ouverture de notre conte."

Et c'est dans cet esprit où règne la digression que se déroulent les aventures de notre vaillant petit tailleur, où délires, dérision et autodérision se succèdent allègrement.
Ce que j'aime chez Chevillard, c'est qu'on a vraiment l'impression qu'il s'éclate tout seul en écrivant, et le risque qu'il encourt par contre, c'est que tout le monde ne partage pas ses délires d'écrivain. Donc encore une fois, on aime ou on n'aime pas. Perso j'ai bien aimé même si je ne l'ai pas suivi dans tous ses délires (parfois trop n'importe quoi). Ce roman n'est pas mon préféré dans le genre mais chapeau bas pour son originalité!

Un auteur à lire assurément, rien que pour l'expérience !!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Bon, je modère ou je vous laisse prouver de la façon la plus tordue que vous n'êtes pas un robot ? Je modère, hein ?^^