lundi 26 janvier 2009

VOYAGE D'UNE PARISIENNE À LHASSA


VOYAGE D'UNE PARISIENNE À LHASSA
             
                 À pied et en mendiant de la Chine à l'Inde en traversant le Tibet

Quatrième de couverture
"1924. Pour la première fois, une femme étrangère réussit à entrer dans Lhassa, capitale interdite du Tibet !
Huit mois auront été nécessaires à Alexandra David-Néel pour relever ce défi extraordinaire ! Huit mois d'un long périple à travers les immenses solitudes du "pays des Neiges". Huit mois d'une vie rude et dangereuse sous l'apparence d'une mendiante tibétaine!
A une époque où personne ne parle de "raid", et encore moins quand il s'agit d'une femme, c'est un magnifique exploit et une aventure exceptionnelle que nous décrit ici l'auteur !
Elle y ajoute sa propre quête spirituelle, et ce regard fasciné qu'elle porte sur la civilisation tibétaine."


Une de mes citations préférées car elle illustre parfaitement ma propre conception du voyage:
"Ce qui constitue le plaisir du voyageur, c'est l'obstacle, la fatigue, le péril même.
Quel agrément peut avoir une excursion où l'on est toujours sûr d'arriver, de trouver des chevaux prêts, un lit moelleux, un excellent souper et toutes les aisances dont on peut jouir chez soi ?
Un des grands malheurs de la vie moderne, c'est le manque d'imprévu, l'absence d'aventure."

Cette citation n'est pas d'Alexandra David-Néel mais de Théophile Gautier, cependant elle aurait très bien pu sortir de la bouche de cette grande exploratrice dont je viens de finir le récit de voyage à travers le Tibet.

Quelle aventurière en effet! Téméraire, audacieuce, obstinée, déterminée! Quel personnage! Sacré tempérament!

C'est que, voyez-vous, cette traversée du Tibet qui lui aura pris 8 mois, 8 mois d'épreuves physiques et mentales à travers les montagnes du "Pays des Neiges" pour atteindre Lhassa, alors interdite aux étrangers, ce n'était pas vraiment un voyage pour le plaisir de voir Lhassa, mais plutôt une entreprise vouée à relever le défi porté aux voyageurs par les autorités de l'époque (1923)... une petite revanche personnelle en réalité, suite à un voyage précédent qui se solda par un échec alors que des soldats arrêtèrent son avancée vers la région interdite.

La cinquième tentative sera la bonne, foi d'elle! Et c'est accompagné de son fils adoptif, le lama Yongden (qui se révélera très utile lors de cette aventure), et tous deux chargés de sacs constituant à peine le minimum vital,  qu'Alexandra David-Néel se met en route...

... à 55 ans, si mes calculs sont bons! Là je n'en reviens pas encore! Je parlais d'épreuves physiques et mentales plus haut (qu'elle ne surmonte d'ailleurs pas sans mal), mais c'est peu dire! Entre les kilomètres de marche dans les montagnes, sous la neige, le froid glacial, des journées sans manger, ni même boire parfois, les traversées de rivières suspendue à un crochet coulissant, les attaques de brigands, les nuits passées à dormir dans des conditions drastiques, et j'en passe, Indiana Jones, Rambo et toutes les équipes de Koh Lanta réunies ne lui arrivent pas à la cheville, je vous le dis moi, et je me demande sérieusement si j'arriverais à faire le quart de ce qu'elle a fait d'ici seulement 10 ans...

Et ce qui me fait particulièrement halluciner, c'est que ce ne sont pas vraiment ces épreuves ni les dangers naturels qui l'entourent (ah oui! j'ai oublié de mentionner les animaux sauvages...) qui l'inquiètent tout au long de son périple (non, ça c'est rien en fait), mais la peur d'être démasquée comme étrangère (elle voyage incognito, sous l'apparence d'une mendiante tibétaine) et reconduite illico à la frontière par les soldats tibétains.

"Ce qui était le plus fatigant et devenait même parfois pénible à l'excès dans l'existence que je menais, c'était le rôle qu'il me fallait constamment jouer pour ne pas trahir mon incognito. Dans un pays où tout se fait en public, je devais, jusque dans les actes les plus intimes, affecter des manières locales qui me gênaient affreusement."

J'ai beaucoup aimé d'ailleurs toutes ses anecdotes liées à ces "manières locales", elle décrit quelques habitudes tibétaines parfois peu ragoûtantes mais la façon dont elle les raconte est assez drôle. De même, toutes les situations où a elle a dû faire appel à ses talents de comédienne pour éloigner tout soupçon sur son identité m'ont beaucoup amusée. Ces quelques anecdotes sont vraiment très instructives sur les moeurs tibétaines et permettent de mieux réaliser les risques et périls de son entreprise.

Ce qui m'a été le moins agréable dans cette lecture en fin de compte (et même pénible par moments), c'est la description des paysages (sans photo à l'appui, c'est en plus à la fois un peu frustrant et ennuyant) et les récits liés à leurs longues heures de marche.
D'une manière générale en plus par rapport aux voyages, je m'intéresse davantage aux rencontres et aventures humaines qu'à l'admiration des paysages, monuments, etc (qui ne me laissent pas indifférente pour autant cela dit), or notre exploratrice s'ingéniait justement à éviter toute rencontre pour éviter d'être démasquée, ce qui réduit l'opportunité du lecteur d'en savoir plus sur les Tibétains. Des rencontres, elle en fait malgré tout, mais elle ne s'épanche pas vraiment dessus.

Sa connaissance de leur civilisation et de leur langue est par ailleurs très très impressionnante! Quel dommage qu'elle n'ait pas souhaité s'étendre davantage sur le sujet ici, évoquant souvent le fait que le récit en serait trop long ou que le sujet prendrait trop de place. C'est justement ces passages qu'elle omettait exprès qui m'intéressaient!
Enfin, ce qu'elle a pu partager à travers ce livre est déjà culturellement très enrichissant, j'ai beaucoup aimé les quelques récits de ses brèves rencontres avec les Tibétains, qui donnent une bonne idée de leur mode de vie de l'époque, de leurs habitudes alimentaires, de leurs moeurs, superstitions, croyances et traditions.

Visitez le site officiel d'Alexandra David-Néel.

Lu dans le cadre du défi  - défi qui tombait à pic parce que ça faisait bien 8 ans que ce livre croupissait dans ma PAL...
(PAL - 1, héhé!)
(DAL - 2 / reste 12  )

18 commentaires:

  1. Tu tiens le décompte DAL?
    Bon un voyage à cet age, tout espoir nous est permis à nous les femmes ! Et le fait est qu'à partit d'un certain age voyager est bien agréable car on passe beaucoup plus inaperçu...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui oui oui je tiens le décompte! Je suis à fond dans le jeu.^^
      Bon elle avait de longues années d'expérience dans les randonnées, escalades et autres derrière elle aussi faut dire. Il faut croire que ça lui a été bénéfique tout ça car elle a vécu centenaire.
      Mmmh, je n'aimerais pas trop passer inaperçue non plus dans mes futurs voyages, ça voudrait dire que j'aurai atteint ce fameux cap physique où on commence à passer inaperçu.^^

      Supprimer
    2. C'est vrai qu'elle avait de l'entrainement!
      Passer inaperçu, bon , ce n'est pas être invisible (impossible dans certains pays) mais on ne risque plus de rencontrer des "casse pieds", tu me comprends ...

      Supprimer
    3. Oui, j'avais bien compris, mais justement, je me disais que le jour où on ne croisera plus de casse-pieds sur notre chemin (ici ou ailleurs), c'est qu'on aura atteint un âge bieeeen respectable, et je ne suis pas très pressée d'y être, j'avoue.^^

      Supprimer
  2. Je suis ravie que tu apprécies ce livre. Je l'ai lu il y a très longtemps et j'en garde un souvenir lumineux. J'ai une tendresse particulière pour les femmes voyageuses.
    Et bravo pour ta liste de 5-1 Autour du monde...moi j'en suis encore à 5 tout court (mais je vais bientôt commencer)....
    A bientôt ici ou là
    (ps: je mets ton site dans mes liens favoris)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis justement tombée par hasard sur un livre qui s'intitule Le roman des voyageuses françaises (1800-1900) et qui m'intrigue beaucoup, je pense que je vais le lire prochainement.
      Je suis plus fascinée par les témoignages de siècles passés que par les récits de voyage actuels. Aujourd'hui les voyages sont beaucoup plus à la portée de toutes, et la plupart des pays plus ou moins organisés pour accueillir des voyageuses solitaires, mais il y a un ou deux siècles encore, les conditions de voyage et les mentalités étaient loin d'être les mêmes, et ça m'intéresse vraiment de découvrir comment ces voyages ont été vécus.

      Merci pour ton lien, j'ai rajouté le tien aussi! Je vais aller voir ta liste, je suis bien curieuse de voir d'où tu vas nous envoyer tes cartes postales!

      Supprimer
    2. Le roman des voyageuses, je l'ai lu à l'automne! C'est bien fait, cela te plaira. Fais-moi savoir ce que tu en penses....

      Supprimer
    3. Oh! Alors je ne vais pas tarder à l'emprunter à la bibliothèque! Il avait l'air vraiment très intéressant.
      Quand je l'aurai lu, j'en parlerai ici forcément! :)

      Supprimer
  3. A y'est tu y es arrivée !! D'après ce que tu dis, on peut s'attendre à des longueurs dans le récit... Donc je pense que je ne me précipiterais pas dessus, même si le titre m'attirait énormément.
    Euh, au fait, c'est quoi DAL ????

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les impressions de longueurs dans un récit de voyage, je crois que c'est inévitable parce qu'il y aura toujours un passage par la case "description des paysages, de la route, des étapes de la marche, etc".
      C'est la raison pour laquelle d'ailleurs j'avais laissé ce livre dans ma PAL pendant autant d'années car comme toi j'étais attirée par ce récit mais sans sentiment d'urgence, pressentant la galère des descriptions.^^ Il n'y aurait pas eu ce défi, c'était pas encore cette année que je le lisais d'ailleurs.
      DAL = Défis à lire :)

      Supprimer
    2. Ah ben me voilà moins bête ce soir, je sais ce qu'est la DAL !!! Officiellement, sur la blogosphère, je n'en n'ai qu'un... Mais d'ici quelques jours, il va se mettre à arriver des Livres de poches chaque mois dans ma boite aux lettres, comme par miracle !!!
      Euh,je connais un récit de voyage où je n'ai pas trouvé de longueur (en tout cas dans mon souvenir !) Afrika Trek 1. Passionnant !!!!!!:)

      Supprimer
    3. Quelle chance de pouvoir recevoir tous ces livres gratuitement! J'espère que tu passeras de très bons moments de lecture!
      Tiens au fait il y a un jeu-loto autour des livres en cours actuellement sur la blogosphère, l'occasion de gagner encore des livres si ça t'intéresse, j'en parle sur mon blog-it.

      Ah il faudrait que je note Afrika Trek alors! (enfin me semble que je l'avais déjà noté en passant chez toi (je m'y retrouve plus dans mes LAL lol))

      Supprimer
    4. De l'organisation ma chère ! Ca doit être ton maitre mot !!!
      Maintenant, je note tout, non pas sur des feuilles volantes ou dans un coin de ma tête mais sur les PAGES de mon blog. Facile à tenir à jour au fil de mes visites chez les autres et facilement retrouvable !!!!
      Bon je vais voir ton blog it et le concours !
      bise

      Supprimer
    5. Aaah mais je le fais ça!^^
      J'ai une rubrique Farfouillage chez les autres que je tiens plus ou moins à jour et où je compile mes cueillettes des dernières semaines. D'ailleurs c'est le sujet du billet de ce jour (quelle coïncidence!).
      Par contre c'est une liste non exhaustive car je sais que je ne lis pas forcément dans l'immédiat tout ce que je note et ce que je publie concerne principalement ceux que je ne tiens ab-so-lu-ment pas à perdre de vue et qui peuvent passer à la moulinette d'ici la prochaine cueillette.
      Donc j'ai quand même toujours des feuilles volantes et autres lieux de stockage de LAL.
      (tiens je vais aller voir ta liste!)

      Supprimer
    6. Ca a l'air bien sympa comme jeu, en tout cas, l'idée est excellente... mais ca prend trop de termps pour moi !!!

      Supprimer
    7. Oui, j'adore le concept (énigmes+livres à gagner) mais en réalité j'ai trop peur de me retrouver avec une cinquantaine de livres chez moi d'un coup.^^ (bien sûr, ça si je gagne)
      J'y réfléchis encore car ça me titille vraiment de participer au moins aux énigmes!

      Supprimer
  4. Je suis admirative de ce genre de personnage, personnage au meilleur sens du terme, quelqu'un au dessus des autres. Je ne peux même pas imaginer de faire un quart de ce qu'elle a fait et quand j'écris un quart, je pourrais tout aussi bien écrire un dixième ! Mais bon, c'est du vrai courage, tous les aventuriers comme elle, chapeau ! Et en plus ce type de lecture est maintenant mon favori. Magnifique portrait.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui moi aussi j'admire et je respecte ce genre de personnage! Je la trouve vraiment épatante. Et quelle extraordinaire témoignage d'une époque, d'une personnalité, que son récit!

      Supprimer

Bon, je modère ou je vous laisse prouver de la façon la plus tordue que vous n'êtes pas un robot ? Je modère, hein ?^^