mardi 6 septembre 2011

THÉRAPIE


THÉRAPIE

traduit de l'allemand par Pascal Rozat


Un thriller au suspense insoutenable qui débute dès les premières pages (très fort!). J'ai bien cru qu'il allait me rendre folle car j'élaborais toutes sortes de théories au fur et à mesure que je progressais dans l'intrigue, et pages après pages, elles tombaient à l'eau. Quand bien même elle m'évoquait un mixte de Shutter Island et du "Sixième sens", et que j'essayais vainement de lui appliquer des explications similaires, en essayant de les adapter au mieux, j'étais loin d'avoir compris de quoi il retournait. Jusqu'à la toute fin!

Shutter Island parce que le personnage principal, Viktor Larentz, est psychiatre, et pour l'ambiance un peu en huis-clos, propice aux phénomènes inexpliqués, et "Sixième sens" parce que suite à la disparition mystérieuse de sa fille atteinte d'une maladie inexpliquée, une romancière, Anna Spiegel, fait irruption dans sa vie en prétextant vouloir se faire soigner pour une forme de schizophrénie peu commune: les personnages fictifs de ses récits deviennent réels (!!).
Viktor Larentz s'intéresse à son cas quand elle lui révèle qu'un de ses personnages est une petite fille souffrant d'un mal étrange et ayant disparu mystérieusement.

De quoi faire partir le cerveau en vrille et ébranler les neurones! L'auteur, Sebastian Fitzek, est terriblement habile dans l'art du suspense et de la manipulation, son intrigue est un puzzle savamment élaboré pour ne révéler sa forme finale qu'à la toute fin. Entre-temps, on ne peut qu'essayer de rassembler les pièces et y voir de vagues figures ici et là.

Je n'ai pas été spécialement emballée par son style d'écriture que j'ai trouvé relativement ordinaire, voire même assez convenu, et de ce fait dérangeant (pour moi du moins), ce qui n'empêche que ça se laisse lire aisément. Tout son roman est très clairement porté par le suspense qu'il maîtrise aussi bien que Shéhérazade, mais j'ai beaucoup apprécié la concision de ses chapitres qui rende la lecture fluide et agréable.

Quant à l'explication finale, j'avoue, peut-être fatiguée d'avoir tant cherché que j'imaginais une explication de malade (c'est le cas de le dire ^^), j'ai été quelque peu mitigée, non pas que ce n'est pas convaincant, au contraire, c'est très fort, bien trouvé, très argumenté et d'une logique implacable, tout s'imbrique à merveille sans qu'on l'ait vu venir et ça j'adore (j'ai juste une pièce du puzzle que je n'ai réussie à caser nulle part), mais je m'attendais peut-être à d'autres motivations. Ça m'a paru tellement glauque et perturbant... Mais bien sûr, je ne peux en dire plus ici.;)
  
Un auteur que je continuerai à lire bien volontiers et dont je verrais bien ce roman porté à l'écran.
Je suis assez épatée par les bonnes surprises au rayon littérature allemande que j'ai découvertes ces dernières années, et je devrais vraiment continuer à y fouiner!
  
Repéré chez Calypso et Géraldine, également commenté par Dominique.
  
L'auteur
Sebastian Fitzek, le nouveau prodige allemand du suspense, est né à Berlin en 1971. Après des études de droit, il travaille à la radio et à la télévision. Par la magie du bouche à oreille,Thérapie, son premier thriller, s'est retrouvé numéro un des ventes en Allemagne. Il a été traduit dans vingt-deux pays.

8 commentaires:

  1. Voilà le fameux roman qui t'a complètement laissée dans l'obscurité... Pas enthousiaste, finalement?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah si si, très enthousiaste car suspense du diable et intrigue sans faille, j'ai rarement été aussi entraînée par un thriller, mais il m'a manqué la perfection de l'explication du pourquoi du comment (qui ne m'a pas convenu, bien qu'il n'y ait rien à redire objectivement) pour que ce soit un vrai coup de coeur.

      Supprimer
  2. heureusement que ce livre n'est pas un pavé hein ? Sinon, ce serait insoutenable un tel suspens sur la durée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, j'apprécie aussi les auteurs qui savent faire durer le suspense juste ce qu'il faut. C'est Antoine Bello qui disait qu'un bon thriller ne devait pas faire plus de 250 pages. Déjà qu'ici, je me retenais pour ne pas feuilleter en avant, voire même directement vers la fin, et je n'en étais qu'aux premières pages.^^

      Supprimer
  3. Il me semble avoir lu d'autres avis plus mitigés que le tien ... mais bon, mitigés ou non, il est déjà dans ma PAL ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Encore plus mitigés que le mien? Oui, c'est possible.^^ J'ai mentionné quelques bémols mais dans l'ensemble, j'ai passé un très très bon moment de lecture - un thriller qui porte vraiment bien son nom! Hâte de voir ce que tu en auras pensé!

      Supprimer
  4. Bonjour A girl..., ton billet m'a donné envie de découvrir cet auteur que je ne connais pas. Merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un auteur qui vaut le détour, ce titre du moins, mais j'ai déjà repéré un autre titre qui me tente bien et donc les avis sont très positifs! Curieuse de ton avis!

      Supprimer

Bon, je modère ou je vous laisse prouver de la façon la plus tordue que vous n'êtes pas un robot ? Je modère, hein ?^^