lundi 11 octobre 2021

LE SYNDROME DE L'ACCENT ÉTRANGER

 
LE SYNDROME DE L'ACCENT ÉTRANGER

Ce roman, c'est un de mes craquages en Bretagne cet été car j'ai cette petite lubie de repartir avec un livre lié à la ville ou la région que je visite. Intriguée par ce roman inconnu estampillé "coup de coeur de libraire", je n'ai pas résisté longtemps à la curiosité du titre ni à celle des origines de l'auteure, Mariam Sheik Fareed, née à Londres, de mère bretonne et de père mauricien d'origine indienne, résidant dans le Morbihan. 
Le postulat de départ de l'intrigue était par ailleurs très prometteur. Désiré, immigré mauricien et balayeur à Paris, trouve un ordinateur oublié dans le métro. Il y découvre les premières pages d'un roman qui l'enthousiasment tellement qu'il décide d'adresser un courrier à l'auteur, exigeant une suite en échange de la restitution de son ordinateur. L'auteur, en réalité cuisinier aspirant écrivain sans inspiration depuis un moment, accepte de jouer le jeu, mais en contrepartie, Désiré devra l'aider à inventer cette suite. Débute alors une correspondance entre ces deux hommes que rien ne prédestinait à se rencontrer, et pour le lecteur, un voyage des plus dépaysants.

Ça sentait le feel good - d'ailleurs le livre avait un bandeau "le roman contre la morosité" - mais pas gnangnan, la belle histoire, disons, et pourquoi pas ? Sur ces thèmes et dans cet esprit, je suis preneuse. Ce sont aussi tous les thèmes autour qui m'intéressaient dans ce roman : le travail d'écriture, l'immigration, l'exil, l'île Maurice...
Je ne m'attendais en revanche pas à y trouver de l'humour, aussi ce fut une très agréable surprise. Il se manifeste surtout dans l'histoire imaginée par l'aspirant écrivain, celle de Sophie, victime du FAS (Foreign Accent Syndrom ou syndrome de l'accent étranger), et à la lecture de laquelle je me suis souvent esclaffée. J'ai vraiment beaucoup aimé le ton et le style de cette histoire. Comme Désiré, j'avais à chaque fois hâte de connaître la suite et de me replonger dans ce récit.
J'ai par ailleurs découvert grâce à ce roman que ce syndrome existait vraiment ! Le cas réel qui a inspiré l'auteure est celui d'une Anglaise qui, suite à un choc, s'est mise à parler avec l'accent chinois. Ceci a entraîné pour elle un changement de vie radical, cet accent ayant quasiment détruit son ancienne vie sociale et professionnelle. Ici, dans la fiction, le personnage est une bourgeoise type mondaine qui, suite à un accident, se retrouve à parler avec l'accent créole. Ça me coûte de l'écrire mais qu'est-ce que j'ai trouvé ça désopilant ! Et la manière dont l'auteure exploite les conséquences de cet accident est juste savoureusement drôle (et très futée).

J'ai beaucoup aimé ce "conte décalé et merveilleux" dont l'intrigue est construite de manière extrêmement originale pour évoquer les thèmes du voyage, de l'exil, des migrants, du changement de vie, de l'écriture, des histoires qui, elles aussi nous font voyager tout en nous raccrochant à la réalité, parfois sombre, et puis bien sûr pour parler de l'île Maurice, île paradisiaque plus complexe et à la réalité moins rose que nous la restituent les photos de cartes postales. Ce plongeon dans l'Océan indien était fraîchement dépaysant et culturellement très instructif à travers les expressions mauriciennes, le mode de vie local, les paysages, la cuisine et tout le folklore.
Bref, un roman visiblement écrit sans prétention mais très réussi malgré tout. Le talent est là !
On en ressort avec le sourire de cette belle et fraîche parenthèse livresque, une histoire lumineuse qui apaise tout le long de la lecture. C'était vraiment très plaisant.

J'ai vu dans une interview que Mariam Sheik Fareed avait différents projets d'écriture, dont un ouvrage jeunesse pour les 7 à 77 ans. Vu son talent de conteuse, je dis oui ! Il y aurait également sur le feu un polar décalé (ouiouioui)... autour du poil (!). Son large sens de la dérision et du cocasse me laisse penser que cela pourrait être savoureux, donc là encore, oui ! Également en projet, un roman historique autour du Port-Louis breton et du Port-Louis mauricien. Mais mille fois oui ! Quel projet super intéressant ! J'espère que tous ses projets aboutiront car elle a l'étoffe pour, l'humilité aussi, et vraiment, elle mérite sa place dans le milieu littéraire.

LC avec Keisha.

L'auteure
Mariam Sheik Fareed est née à Londres de mère française et de père mauricien d'origine indienne. Successivement journaliste, testeuse de chewing-gum anti-tabac, chargée de communication, enseignante, ou encore vendeuse de gaines, elle crée en 2006 un des premiers écolodges insolites de France, qu'elle codirige encore aujourd'hui. Le Syndrome de l'accent étranger est son premier roman.

18 commentaires:

  1. Hé bien tu as mené une véritable enquête sur l'auteure et ses projets. Oui, j'ai découvert récemment que ce syndrome existait réellement...
    Conclusion : jolie bonne pioche!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh je n'ai pas eu à pousser l'enquête bien loin.^^ Deux petites interviews de l'auteure sur youtube m'ont tout révélé.
      Oui, c'est fou cette histoire de syndrome. Effrayant même !

      Supprimer
  2. Du feelgood pas gnangnan ? C'est tellement rare que ça me ferait presque envie (j'ai dit presque).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, du feel good genre bulle d'air, bulle de fraîcheur, un roman qui fait du bien, dont on ressort avec le sourire, gonflé à bloc, sans tout le package romance mièvre, intrigue simpliste, émotions et bons sentiments.:) Il devrait exister un autre terme pour ce genre de roman "qui fait du bien sans être du feel good".;)

      Supprimer
  3. J'ai lu le billet de Keisha aussi ; malgré tout, je ne me sens pas très tentée par cette lecture. En tout cas pour le moment.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'intrigue ou les thèmes ne correspondent peut-être pas à ce que tu recherches en ce moment. Tout ne peut pas plaire à tout le monde et il en faut pour tous les goûts.;)

      Supprimer
  4. Vous vous êtes liguées avec Keisha pour nous (me) tenter ! Ma médiathèque ne l'a pas mais je note tout de même.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Haha, on s'est juste rendu compte qu'on l'avait lu en même temps sans se concerter et on en a profité pour décider d'une date de publication commune. J'espère pouvoir te lire sur ce roman prochainement.

      Supprimer
  5. Une belle lubie que d'acheter un livre qui te fait penser à tes vacances !
    Inconnu bien sûr, mais assez tentant...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, généralement, ces livres finissent par croupir dans ma PAL mais celui-là, il me fallait le lire quasi de suite (si ça pouvait toujours se passer comme ça pour chaque acquisition...) ! Je pense qu'il pourrait bien te plaire.;)

      Supprimer
  6. Ah les accents ! C'est tellement délicieux ! (enfin presque) ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, tout dépend duquel mais c'est très subjectif. En tout cas, c'est bien cet aspect-là qui m'avait attirée dans le titre au départ.:)

      Supprimer
  7. Perso, je revenais souvent avec un bouquin...de cuisine locale!! ;) je note celui-ci, dont le postulat de départ est un brin flippant quand même...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Flippant ? Ah oui, ça aurait tout à fait pu partir dans une autre ambiance.^^ Mais dès les premières lignes, on sent qu'on est dans la bienveillance.;) Quant à la cuisine locale, j'en profite sur place.^^ Je ne suis pas assez douée pour reproduire les bons plats chez moi.

      Supprimer
  8. eh bien, on te sent emballée ! La thématique m'intéresse aussi, je ne connaissais pas ce syndrome.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'en revenais pas qu'un tel syndrome existe vraiment, et qu'on n'en vienne pas à bout aussi facilement qu'on le penserait possible. Ceci dit, quand on y pense bien, ce n'est pas si simple de choper le bon accent quand on apprend une langue, ou de se défaire du sien volontairement pour en adopter un autre, donc je suppose que si on développe un accent "aléatoire" suite à un choc, ça ne doit pas être plus simple de faire retour arrière.

      Supprimer
  9. Tu es aussi enthousiaste que Keisha ! Evidemment c'est tentant + + + !
    Et j'ai récupéré mon ordi, comme neuf ! rien à voir mais je suis contente !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te comprends ! J'ai eu un nouvel ordi aussi tout récemment. Quelle joie à chaque démarrage de ne plus attendre 3 plombes, et idem pour le chargement des pages. Non, il était vraiment temps que j'en change.^^

      Supprimer

Bon, je modère ou je vous laisse prouver de la façon la plus tordue que vous n'êtes pas un robot ? Je modère, hein ?^^