mardi 22 mars 2022

THIS IS HOW YOU LOSE THE TIME WAR


THIS IS HOW YOU LOSE THE TIME WAR

( LES OISEAUX DU TEMPS )

Quelle expérience de lecture insolite ! Et pourtant je ne suis pas totalement novice dans le genre SF, mais ici on est catapulté sans préambule dans un univers, une dimension, avec ses propres codes, son fonctionnement propre, qui n'a pas d'équivalence ou de références avec d'autres univers SF (que je connaisse du moins). C'était assez déroutant au début, presque un choc le temps que je trouve mes repères pendant plusieurs pages.

Ce qu'on comprend du contexte, c'est que deux factions sont en guerre et interviennent dans différentes branches de l'espace et du temps de l'histoire humaine, ou de ce qui s'en rapproche en tout cas - comme dans un univers parallèle avec des réalités temporelles similaires - pour que l'issue des événements leur soit favorable sur le long terme/dans leur présent. 
Leurs agents spéciaux peuvent prendre différentes formes et ont des capacités surnaturelles qui les rapprochent d'êtres immortels. Ils voyagent dans le temps au gré de leurs missions mais c'est comme si dans cet univers-là, le temps et l'espace n'étaient pas vraiment une notion, ou n'étaient qu'un vaste ensemble sans délimitation. Un siècle pour eux est comme une petite heure pour nous, ils peuvent être ici ou là, bref, c'est déstabilisant mais grisant quelque part.

Cette histoire, nous la suivons sous l'angle de deux agents rivaux, Rouge et Bleu, représentants chacun son camp dans cette étrange guerre temporelle. Ils finissent par avoir une correspondance qui évoque une stratégie d'espionnage au départ, voire de contamination, et qui se développe en tout autre chose (bien que le doute plane tout le long pour le lecteur (pour moi du moins)) qui pourrait s'avérer très dangereux pour eux si cela était découvert. Si on peut établir un parallèle avec d'autres histoires, ce serait les voyages dans le temps mais sous une approche assez inédite, des stratégies de guerre sur le mode d'un jeu de go à l'échelle cosmique, et un écho de Roméo et Juliette au loin.

J'ai adoré l'ingéniosité dans leurs échanges, soit pour varier leur nom (le "must" pour moi c'était #0FFFFF pour s'adresser à Bleu !), soit pour se faire parvenir leurs lettres en cours de mission et de voyage, à l'insu de leurs chefs. C'est à travers leurs échanges qu'on comprend mieux l'univers dans lequel ils évoluent, son organisation, son fonctionnement, les enjeux des diverses parties, qui ils sont véritablement, même si ça reste relativement flou pour nous car les concepts sont assez étrangers et on ne rentre pas vraiment dans les détails.
Ce roman, en ce sens, est plus de l'ordre du ressenti, de l'expérience sensorielle et intellectuelle à travers une correspondance entre deux âmes, qu'une lecture classique où l'on suit une intrigue carrée de A à Z.
J'ai adoré la subtilité de l'intrigue, avec des petits détails qui paraissent anodins mais qui prennent tout leur sens dans les lettres suivantes. Non vraiment, ce roman, c'est du pur génie, dans sa construction, dans sa narration, j'ai mis du temps à le réaliser, car ça n'apparaît pas comme une évidence dès le départ, mais à la fin, j'étais juste bluffée, soufflée !

En cours de lecture, je suis allée voir un peu ce qu'en disait l'auteure, quelle était l'ambition véritable de ce roman, et j'ai réalisé qu'il avait en fait été écrit à deux mains !! L'un (ou l'une) écrivait en tant que Bleu, l'autre en tant que Rouge. Ah ça m'a sciée ! Ce projet est né de l'idée qu'il y avait une notion de voyage dans le temps inhérent aux lettres de correspondance. On écrit à une personne qui recevra, dans le futur finalement, une lettre du passé (même s'il ne s'est écoulé qu'un jour), et plein de choses se seront déroulées entre-temps. C'est vrai que c'est fou quand on y pense.^^ Bref, les auteurs ont voulu jouer avec cette idée. J'ai trouvé cette notion géniale et ce projet dément du coup.

J'ai cherché à savoir quel auteur incarnait quel personnage dans la correspondance, ce n'est précisé nulle part mais il y a des indices (spoiler sur la couverture, anglaise ou française^^). J'ai adoré l'idée qu'ils s'écrivaient eux-mêmes des lettres sans savoir à quoi s'attendre, même s'ils avaient discuté des situations et événements au préalable, et qu'ils devaient réagir ensuite. Ça a dû être une sacrée belle expérience d'écriture aussi.

Lu dans le cadre du 
👽 Défi imaginaire 2/42 => catégorie 38 (une couverture avec un objet ou une créature capable de voler)

Les auteurs
Amal El-Mohtar, née en 1984, est une romancière, nouvelliste et poétesse canadienne de science-fiction et de fantasy.
Max Gladstone, né en 1984, est un romancier et nouvelliste américain de science-fiction et de fantasy.

14 commentaires:

  1. Je suis convaincue (t ma bibli, à vérifier?)
    C'est vrai qu'avant une lettre écrite avec ses nouvelles du jour arrivait dans le futur (tu vois ce que je veux dire). Brf, ma came, ce truc.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très curieuse de ton avis si tu le lis (allez, bibli !^^), c'est quand même assez atypique mais je suis sûre que tu sauras apprécier, oui.

      Supprimer
  2. Ce texte est une pure merveille, pour tous les aspects que tu as évoqué ! Je suis ravie qu'il t'ait plu!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est une sacré expérience de lecture, et c'est assez vertigineux quand on y pense bien !

      Supprimer
  3. Et bin oui un livre a lire alors....ouiii

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh oui, tu peux le rajouter à ta PAL SF celui-là.^^

      Supprimer
    2. Oui des que j'arrive a l'avoir.....un OVNI...lol

      Supprimer
    3. Sa sortie poche ne devrait plus trop tarder.:)

      Supprimer
  4. Ca fait très envie, le synopsis me rappelle un peu celui de Dreamericana, de Fabrice Colin, dans lequel deux entités opposées interviennent elles aussi sur l'histoire des hommes pour la faire évoluer dans un sens ou dans l'autre..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui en effet, il y a quelques similitudes pour le contexte mais dans ce livre, cette base de l'histoire n'est pas vraiment approfondie, c'est plus un prétexte à la mise en place de ce jeu de correspondance où les auteurs se sont surtout amusés à jouer avec cette notion de voyage dans le temps à travers les lettres. C'est cet aspect-là qui est le coeur du récit, je dirais, l'autre est plus secondaire.

      Supprimer
  5. Et hop, commandé d'occasion chez Gibert !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que tu apprécieras. Hâte de te lire à ce sujet.:)

      Supprimer
  6. Suite à ma dernière lecture SF très euh... particulière (L'Intersection einstein), je vais attendre pour d'autres lectures expérimentales ! Et puis je crains d'être vraiment perdue dans ce titre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas une lecture compliquée une fois qu'on a compris de quoi il retournait vraiment mais elle sort un peu de nos zones de confort dans le sens où ce n'est pas une intrigue classique et linéaire. J'ai l'impression que les non adeptes SF y trouvent peut-être plus leur compte que les SF addict d'ailleurs.

      Supprimer