mercredi 21 août 2019

THE SPECTACULAR


THE SPECTACULAR
              AN OLYMPIC EVENT

Voilà une vieille acquisition ebook de l'époque où je m'emballais vite quand c'était quasi gratuit (0,99 €), bien noté, avec une majorité d'avis positifs, et susceptible de me plaire. Il était temps de le sortir de mon ePAL pour l'alléger de tous ces achats impulsifs !

Ce qui m'avait attirée dans ce roman, c'était qu'il y était question d'un écrivain, et ça - les histoires autour des livres, des romanciers et de l'univers de l'édition - c'est toujours assez irrésistible pour moi. Un écrivain un peu trop littéraire au goût du grand public et qui ne rencontre donc pas le succès qu'il mériterait selon lui. Acculé par les soucis financiers et motivé par son agent, le voilà contraint de se rabaisser à écrire un best-seller. Pouah ! Rien de plus facile. Une fois le genre choisi - un thriller, ça marche à tous les coups - et l'intrigue trouvée - un complot terroriste, c'est dans l'air du temps - yapluka !

Keith RIDGWAY


THE SPECTACULAR

dimanche 18 août 2019

ILLSKA


ILLSKA
       LE MAL

traduit de l'islandais par Éric Boury

Au lendemain de ma lecture, il me semblait déjà compliqué de résumer ce roman ambitieux et assez copieux en quelques lignes, alors quatre mois après...
Il m'était toutefois nécessaire de resituer le contexte de l'histoire que j'ai du coup résumé et remanié à l'aide des quatrièmes de couv de deux éditions du livre :
"Reykjavik, 2009. Agnes et Omar se rencontrent à une station de taxis. Agnes est juive et rédige une thèse sur l'extrême droite contemporaine. Obsédée par l'Holocauste, elle a la guerre dans la tête et dans le coeur. Agnes aime Omar qui aime Agnes qui aime aussi Arnor, un néonazi cultivé qu'elle a contacté pour sa thèse. Trois ans plus tard, Omar s'enfuit et quitte le pays. L'histoire commence en réalité bien avant, au cours de l'été 1941, par le massacre des Juifs de la petite ville lituanienne de Jurbarkas."

Eiríkur Örn NORDDAHL


ILLSKA, LE MAL

vendredi 16 août 2019

VANITY FAIR


VANITY FAIR

( LA FOIRE AUX VANITÉS )

Un grand classique de W. M. Thackeray dont j'ai toujours caressé l'idée de le lire un jour (ce fameux jour indéterminé dans le temps) mais c'est surtout le souvenir de la lecture savoureuse et méga-enthousiasmante de La Rose et l'Anneau (ou la Bague, suivant les éditions) du même auteur il y a 5 ans qui m'a motivée à enfin sauter le pas, convaincue que j'allais grandement me régaler ici encore.

À travers le destin de deux femmes que tout oppose, le milieu social, la personnalité et l'ambition, Thackeray compose ici un grand roman de satire sociale ancrée dans l'Angleterre victorienne mais qui reste résolument moderne et dont la portée est universelle.

mercredi 14 août 2019

LES NUITS D'ANTANANARIVO


LES NUITS D'ANTANANARIVO

Un mois après Les Nuits de Reykjavik, je m'embarquais pour celles d'Antananarivo. La coïncidence de la similarité des titres était amusante et l'opportunité trop belle. Ça faisait des années que je cherchais un auteur malgache contemporain, accessible, pas trop versé dans la poésie, ni trop littéreux, et qui serait davantage axé société malgache du 21è siècle que coincé en 1947 (je précise que je n'ai rien contre, mais j'ai envie d'explorer d'autres facettes du pays). Du frais, du léger (mais vivifiant) en somme. Ça faisait beaucoup sur ma liste de souhaits mais j'ai fini par le trouver ! Johary Ravaloson !

Le petit hic, c'est que c'est un recueil de nouvelles, mais on ne peut pas tout avoir.:) Leurs titres évoquaient par ailleurs assez de modernité, de mystère et d'exotisme pour attiser ma curiosité. Parmi eux : "Mafana", "Putain de bagnole", "Debout debout", "Black out", "Au coeur de l'hiver", "Un zoma tous les sept".

Johary RAVALOSON


LES NUITS D'ANTANANARIVO

vendredi 9 août 2019

LE 33È MARIAGE DE DONIA NOUR


LE 33È MARIAGE DE DONIA NOUR

traduit de l'allemand par Hélène Boisson

Repéré au détour d'une bib', ce titre n'a pas manqué attiser ma curiosité (il y a des titres comme ça...).  Un coup d'oeil à la quatrième de couv. Réalisation que je tenais un roman d'anticipation égyptien entre les mains. J'étais cuite.

"Égypte, 2048. Le pays est sous l'emprise du Nezam, dictature d'un genre nouveau, mariage infernal entre consommation et religion. Avide de liberté et incapable de s'adapter à cette étrange tyrannie, une jeune femme, Donia Nour, n'aspire qu'à une chose : quitter le pays. Malheureusement les frontières sont étroitement surveillées et le passage en Europe coûte un kilo d'or. Elle décide donc de tirer profit du système : elle épouse régulièrement des hommes fortunés et fait annuler le mariage aussitôt le douaire empoché. Mais, le soir de son trente-troisième mariage, la situation dégénère [...]."

Hazem ILMI


LE 33È MARIAGE DE DONIA NOUR

dimanche 4 août 2019

LA CITÉ DES JARRES


LA CITÉ DES JARRES

traduit de l'islandais par Éric Boury

Mon deuxième Erlendur en l'espace d'à peine un jour (lu en mars). En vrai, j'avais enchaîné quasi directement après Les Nuits de Reykjavik car cela me chiffonnait (ma psychorigidité m'effraie parfois 😅) de ne pas avoir commencé par le commencement, soit le vrai premier roman de la série des Erlendur.

Ici, l'histoire se déroule autour des années 2000, Erlendur a maintenant la cinquantaine, il est divorcé et doit gérer sa fille toxicomane. Quel chemin depuis Les Nuits de Reykjavik où on assistait à la naissance du jeune couple qui ne laissait pas présager cette triste évolution !

mardi 30 juillet 2019

DEMOKRATIA - TOMES 1 À 3


DEMOKRATIA - Tomes 1 à 3

Une énième série manga dans laquelle je m'embarque...
Oui, oui, oui, mais de seu-le-ment cinq tomes, et en plus, tous parus !
Repérée chez Maggie, j'ai tout de suite trouvé l'idée de l'intrigue intéressante : Demokratia, c'est un programme expérimental tenu secret car illicite, à travers lequel 3000 internautes recrutés au hasard doivent décider à la majorité des moindres faits et gestes de Mai, un androïde d'apparence féminine, l'idée étant de cumuler le meilleur du savoir, de l'expérience, du sens moral et du raisonnement de chacun pour aboutir à un modèle humain idéal.
Pour les participants, tout se décide à distance et à travers les yeux de Mai. Ils n'ont aucune idée de son apparence, ni de l'endroit où elle se trouve, ni de ses concepteurs, et ne se connaissent pas entre eux.

samedi 27 juillet 2019

BLACK OUT


WONDERSTRUCK

( BLACK OUT )

également publié en français sous le titre LE MUSÉE DES MERVEILLES

traduit de l'anglais (États-Unis) par Danièle Laruelle

Quel livre étonnant !
640 pages dévorées en à peine une journée ! C'est dire comme l'histoire m'a entraînée dans ses pages. Ou plutôt, LES histoires, car il y en a deux :
L'une se déroule en 1977 dans le Minnesota (racontée de façon classique, en texte), l'autre en 1927 dans le New Jersey (racontée en images, sans texte, un peu à la façon de Là où vont nos pères de Shaun Tan).

Brian SELZNICK


BLACK OUT

mercredi 24 juillet 2019

LA LIBRAIRIE DE TOUS LES POSSIBLES


LA LIBRAIRIE DE TOUS LES POSSIBLES

traduit du japonais par Myriam Dartois-Ako

Un livre sur les livres + Japon, il ne m'en fallait pas plus pour me tenter, et les quelques avis enthousiastes repérés sur la blogo il y a quelques mois me l'ont rendu plus irrésistible encore ! Me voilà donc à courir en librairie pour l'acquérir. Quelle ne fut ma stupeur en me rendant compte que c'est en fait un petit album assez fin, parsemé de petites illustrations, dont on aurait du mal à définir l'ensemble ou à catégoriser le type d'ouvrage !

Livre inclassable donc d'emblée, et au fur et à mesure de sa lecture, des (agréables et amusantes) surprises qui surgissent au détour de chaque page, des sourires qu'il nous tire immanquablement, on en ressort comme d'une bulle de fraîcheur mais on n'aura pas classifié l'ouvrage pour autant. Tant pis ! Nous restera le souvenir d'une expérience de lecture assez unique et pleine de charmes (pour les amoureux des livres du moins).

YOSHITAKE Shinsuke


LA LIBRAIRIE DE TOUS LES POSSIBLES

samedi 20 juillet 2019

MÉMOIRES POSTHUMES DE BRÁS CUBAS


MÉMOIRES POSTHUMES DE BRÁS CUBAS

traduit du brésilien par R. Chadebec de Lavalade

J'avoue, au départ ce n'était pas le titre qui m'excitait le plus pour explorer la littérature brésilienne. Mais en passant en revue les incontournables de ce pays, j'ai fait une fixation sur Machado de Assis, auteur brésilien du 19è siècle que je connaissais qu'il me semblait connaître vaguement dont il me semblait avoir déjà entendu le nom au moins une fois dans ma vie (sans vraiment l'associer à la littérature brésilienne d'ailleurs). Ce sont ses origines et son destin qui m'avaient intriguée en premier lieu. Père noir descendant d'esclaves, mère portugaise, autodidacte, très cultivé... j'étais vraiment curieuse. 
Pour le titre, j'étais partie au départ sur L'Aliéniste dont le résumé me parlait assez mais ne souhaitant pas prendre de risques, j'ai fait en fonction des disponibilités de ma bib', et me voilà partie, incertaine, avec les Mémoires posthumes de Brás Cubas.

J.-M. MACHADO DE ASSIS


MÉMOIRES POSTHUMES DE BRÁS CUBAS

samedi 13 juillet 2019

LA FILLE DE LA SUPÉRETTE


LA FILLE DE LA SUPÉRETTE

paru chez Denoël sous le titre KONBINI

traduit du japonais par Mathilde Tamae-Bouhon

"Les gens perdent tout scrupule devant la singularité, convaincus qu'ils sont en droit d'exiger des explications. Personnellement, je trouve ça pénible, et d'une arrogance exaspérante."

La quatrième de couverture s'ouvre sur cette phrase extraite du livre et je trouve qu'elle résume parfaitement son esprit.

Je pensais au départ que ça allait être un récit léger, divertissant et même drôle, un peu façon témoignage d'employé de supermarché ou autres commerces impliquant le contact avec une clientèle pas toujours évidente, inspiré de l'expérience personnelle de l'auteure (et venant d'une Japonaise, je trouvais ça particulièrement intéressant car on n'a pas vraiment l'habitude de les voir critiquer, se moquer ou se plaindre si ouvertement).

MURATA Sayaka


LA FILLE DE LA SUPÉRETTE

lundi 8 juillet 2019

LA VÉRITÉ SUR "DIX PETITS NÈGRES"


LA VÉRITÉ SUR "DIX PETITS NÈGRES"

Roman-essai inclassable, audacieux en tout cas, malin clairement !
Le narrateur se présente comme le véritable meurtrier des Dix petits nègres. C'est en effet un des personnages du célèbre roman d'Agatha Christie qui s'en est échappé pour s'incarner ici (oui, c'est possible et il expliquera comment) et démonter la solution des meurtres du roman original en démontrant son impossibilité, s'étonnant de l'aveuglement des lecteurs et de la police, pour finir par se dénoncer en expliquant comment il s'y est pris et pourquoi.
Je dis "il" en référence au mot "personnage" mais en réalité, le narrateur prend bien soin tout le long de ne pas divulguer son identité, laissant entendre qu'il pourrait tout à fait être l'une des femmes présentes sur l'île du Nègre.
Ce qui laisse tout loisir au lecteur d'aborder ce livre comme un véritable roman policier et tenter de démasquer l'assassin derrière le narrateur avant que ce dernier ne se dénonce.

Pierre BAYARD


LA VÉRITÉ SUR "DIX PETITS NÈGRES"

mercredi 3 juillet 2019

RETOUR À BANDUNG


CURHAT TITA, BACK IN BANDUNG

( RETOUR À BANDUNG )

traduit de l'anglais par Philippe Touboul

Bandung, avant de tomber sur cet album à la bib', j'ignorais que ça se trouvait en Indonésie (inculture, bonjour) mais ça sonnait assez exotique pour attiser ma curiosité.
Un rapide coup d'oeil à la quatrième de couverture et j'étais cuite. Un voyage culturel en Indonésie en BD, c'est assez rare pour que je ne saute pas sur l'occasion.

L'auteure, Tita Larasati, née en 1972 à Jakarta, fait des études de design industriel à Bandung qui devient sa ville d'adoption. Après 9 ans aux Pays-Bas où elle termine ses études (mais rencontre aussi l'âme-soeur en la personne d'un Hollandais et met au monde deux enfants), elle décide de retourner vivre à Bandung avec sa petite famille.

Tita LARASATI


RETOUR À BANDUNG

samedi 29 juin 2019

LES NUITS DE REYKJAVIK


LES NUITS DE REYKJAVIK

traduit de l'islandais par Éric Boury

Enfin ! Mon premier Erlendur ! Mon premier Indridason ! 
Il a fallu un séjour assez impromptu en Islande en février pour que je le sorte enfin de ma très vieille LAL. Cette (énième) série policière (nordique) ne m'avait jamais paru vraiment urgente malgré une promesse personnelle de m'y mettre un jour (un jour, ce fameux jour vague et lointain), pour l'aspect culturel. 
Coup de coeur immédiat et intense pour le pays, envie folle de dévorer tout ce qui y touchait de près ou de loin par la suite. Et de là, je me suis retrouvée vite fait avec Erlendur dans les bras entre les mains...
Et je crois que je comprends maintenant qu'on puisse s'attacher à ce personnage et à l'univers de l'auteur.

Arnaldur INDRIDASON


LES NUITS DE REYKJAVIK

LA CITÉ DES JARRES

mardi 25 juin 2019

A CLOSED AND COMMON ORBIT


A CLOSED AND COMMON ORBIT

                    WAYFARERS - Tome 2

( LIBRATION )

La loi des séries se confirme, hélas !
D'ultra-enthousiaste avec le tome 1 de cette trilogie, je suis passée à "mouais" au tome 2.
J'ai trouvé ce dernier trop plein de bons sentiments, très versé dans le "feel-good", sucré, quoi. Je l'ai lu et fini parce que ça se laisse lire mais sans que ça ne suscite chez moi de véritables émotions. Je n'étais pas loin de l'encéphalogramme plat, sans que cela ne me dérange outre mesure ceci dit, un peu comme quand on ingurgite des aliments sans saveur particulière digne d'être relevée, et qui vous laissent sans avis sur la question. J'avais tout de même hâte d'en finir.

lundi 17 juin 2019

IN COLD BLOOD


IN COLD BLOOD
           A TRUE ACCOUNT OF A MULTIPLE MURDER AND ITS CONSEQUENCES

( DE SANG-FROID
          RÉCIT VÉRIDIQUE D'UN MEURTRE MULTIPLE ET DE SES CONSÉQUENCES )

Inutile de faire durer le suspense, j'annonce la couleur de suite : révélation-claque avec cet auteur, Truman Capote ! Quel style, quelle voix, quel sens de la narration !

Quand je pense que j'ai longtemps rechigné à lire ce livre, l'assimilant à du noir, littéreux, complexe à aborder, le genre où il fallait s'accrocher, qui allait me prendre des mois. Sans parler de la thématique États-Unis des années 50-60, pas trop mon époque de prédilection à la base.
J'avais une curiosité tout de même pour cet auteur-culte et ce livre-culte. Qu'avaient-ils de culte ?

Truman CAPOTE


IN COLD BLOOD

samedi 1 juin 2019

BEHOLD THE DREAMERS


BEHOLD THE DREAMERS

( VOICI VENIR LES RÊVEURS )

Tout comme avec No Home, j'ai mis du temps avant de me lancer dans ce roman parce que, bien que ces thèmes autour de la place des Africains aux États-Unis m'intéressent fortement, l''impression d'effet de mode de cette littérature émergente après le phénomène Americanah m'a quelque peu refroidie, et peut-être aussi craignais-je quelques déceptions après Americanah.

L'histoire est bien différente ceci dit et l'intrigue me parlait d'emblée car elle me semblait proche d'une réalité que je pouvais bien me figurer.
Ici, on suit le parcours d'un couple camerounais qui essaie de réaliser leur rêve d'une vie meilleure aux États-Unis.

Imbolo MBUE


BEHOLD THE DREAMERS

lundi 27 mai 2019

LOVE STORY À L'IRANIENNE


LOVE STORY À L'IRANIENNE

Nonon, je ne suis pas devenue subitement fleur bleur.
Love Story, certes, mais à l'iranienne. Et ça, ça change tout.
La présentation de l'éditeur m'en a d'ailleurs vite convaincue :
"Les jeunes Iraniens rêvent-ils encore d'en finir avec le régime ?
Jane Deuxard a obtenu leur confiance. Ils ont entre 20 et 30 ans et ont accepté de parler de politique, malgré les risques. Ce qui les préoccupe bien plus, ce sont leurs histoires d'amour. Quasi impossible à vivre.
Comment se rencontrer dans cette société qui ne le permet jamais ? Comment flirter ? Comment choisir sa femme ou son mari ? Malgré la tradition, malgré le régime...

Jane DEUXARD


LOVE STORY À L'IRANIENNE

lundi 20 mai 2019

JAMAIS AVANT LE COUCHER DU SOLEIL


JAMAIS AVANT LE COUCHER DU SOLEIL

traduit du finnois par Anne Colin du Terrail

En ouvrant ce roman, il faut être préparé à une histoire étrange et des plus improbables mais que l'auteure, Johanna Sinisalo, parvient à faire passer comme tout à fait normale et crédible : Ange, photographe de pub, trouve un soir un enfant troll visiblement perdu ou abandonné qu'il finit par adopter. 
Un troll ? Oui, oui. Une de ces créatures légendaires du même ordre que le Big Foot ou le Yéti, qui se cache dans les forêts scandinaves. D'ailleurs de nombreux documents en attestent. L'auteure nous fournit maints extraits de textes scientifiques ou littéraires qu'elle insère en cours de récit pour renforcer notre connaissance de cette créature qui passe pour bien réelle.

jeudi 9 mai 2019

LA VIE SECRÈTE DES ARBRES


LA VIE SECRÈTE DES ARBRES

traduit de l'allemand par Corinne Tresca

livre audio lu par Thibault de Montalembert

Les arbres font partie de notre paysage visuel, de nos vies, c'est un fait, et on est depuis toujours inconsciemment conscient de leur importance. D'ailleurs, quand on dessinait des maisons enfant, on représentait quasi systématiquement un arbre à côté. Mais s'est-on jamais vraiment interrogé sur la nature des arbres, au-delà de leurs fonctions biologiques (produire de l'oxygène, du bois, des fruits) ? Les a-t-on jamais vraiment considérés comme des êtres vivants, et surtout sociaux ? Soyons honnêtes (et là je me nounoie), au départ, je ne comptais pas spécialement lire cet ouvrage.

Peter WOHLLEBEN


LA VIE SECRÈTE DES ARBRES

mercredi 1 mai 2019

FUCK AMERICA


FUCK AMERICA

        LES AVEUX DE BRONSKY

traduit de l'allemand par Jörg Stickan

Ce roman m'avait été recommandé de longue date avec beaucoup beaucoup d'enthousiasme. Le titre me plaisait assez pour m'intriguer mais j'imaginais une sorte de récit pointant du doigt tous les travers de la société américaine, à notre époque. Quelque chose d'un peu énervé, de bouillonnant, de cynique, qui sort ses quatre vérités sans langue de bois et avec un humour piquant. En soi, l'idée ne me déplaisait pas mais ce n'était pas l'urgence non plus. Je pensais voir à peu près de quoi il retournait, un ouvrage de plus dans le genre, bon, peut-être en mieux vu l'enthousiasme mais bon, on n'a qu'une PAL... Je ne connaissais pas l'auteur alors. Je pensais même qu'il était américain. Erreur sur toute la ligne !

Edgar HILSENRATH


FUCK AMERICA

samedi 20 avril 2019

ÉVASION


OLD LONESOME

ÉVASION )

traduit de l'anglais (États-Unis) par Jacques Mailhos

Un roman qui m'a attirée par sa couverture magnifique et par son titre très évocateur. J'aimais bien l'idée d'une intrigue autour de douze détenus en cavale, avec toute l'Amérique à leurs trousses. J'y voyais un mix entre "Prison Break" et "Les douze salopards". De l'action, de la testostérone, du palpitant, du page-turner !
J'étais bien loin de la réalité du contexte de l'histoire...

Nous sommes en 1968, le soir du Réveillon. Douze détenus se sont échappés de la prison d'Old Lonesome rattachée à une petite ville du Colorado encerclée par les Rocheuses. Un peu le trou du monde. Les chances de s'en sortir sont minimes, en pleine nuit, dans le froid, et sous le blizzard, mais le vent de la liberté galvanise les évadés qui n'ont de toute façon rien à perdre.

Benjamin WHITMER


ÉVASION

dimanche 14 avril 2019

CHRONIQUES NEW-YORKAISES


CHRONIQUES NEW-YORKAISES

             JOURNAL D'UNE MANGAKA À NEW YORK

Alors que J'aime le natto et Un pigeon à Paris m'attendent dans ma PAL depuis un moment, je n'ai pas résisté quand j'ai vu ce manga dans ma bib. Le journal d'une mangaka à New York ? Peut-être en avais-je assez du duo assez classique Japon/Paris et qu'une escapade à New York me tentait bien. Un deux en un en terme de dépaysement et d'enrichissement culturel  !

Et pourtant ce qui m'a plu ici, c'est que ce n'est pas (à ma grande surprise, mais qui s'est avérée agréable assez rapidement) une comparaison systématique des moeurs new-yorkaises et japonaises, de façon de vivre, de penser, etc, de deux cultures.

KONDOH Akino


CHRONIQUES NEW-YORKAISES

lundi 8 avril 2019

THE PROMISED NEVERLAND - TOMES 2 ET 3


THE PROMISED NEVERLAND - TOMES 2 ET 3

Si je devais illustrer mes émotions et impressions de lecture à la fin du tome 3, ce serait :

Décidément, cette série qui paraissait si gentillette au début n'a plus le quart d'ombre d'une mignonnerie. L'heure est grave ! Très grave même ! La situation est désespérée ! Je ne sais même pas comment l'auteur a fait pour arriver à un tome 7 (et la série est toujours en cours si je ne me trompe). À la fin du tome 3, je ne vois pas d'issue à la situation des enfants de l'orphelinat de Grace Field House. Tout est décidément contre eux, je ne vois pas quel tour de passe-passe l'auteur pourrait trouver.

dimanche 31 mars 2019

LA PASSE-MIROIR - TOME 1


LA PASSE-MIROIR

              TOME 1 - LES FIANCÉS DE L'HIVER

Je n'aurais jamais cru que je pouvais encore craquer pour une série de fantasy jeunesse, à tel point que ce tome 1 à peine fini, j'aurais enchaîné sur le 2 si je l'avais sous la main ! J'ai dévoré ce livre comme ça faisait longtemps que je n'avais pas dévoré un livre, complètement happée par son univers impitoyable et ses rebondissements et retournements de situation effroyables, et j'ai vraiment hâte de le retrouver !
Repéré il y a 3 ou 4 ans comme coup de coeur de libraires, je m'étais empressée de noter la référence, toujours avide de découvrir des romans jeunesse qui valent le détour. J'étais aussi assez curieuse de cette série car l'auteure, Christelle Dabos, est française, et de la fantasy jeunesse française renommée, je n'en connais pas beaucoup.

Christelle DABOS


LA PASSE-MIROIR - TOME 1

dimanche 24 mars 2019

LITTLE BIG MAN


LITTLE BIG MAN

(même titre dans l'édition française sous-titrée Mémoires d'un visage pâle)

Envie de revivre l'histoire légendaire de l'Ouest américain ? De vous dépayser temporellement et spatialement en plongeant au coeur de la vie des Indiens d'Amérique ? C'est ce que nous propose Jack Crabb, alias Little Big Man, à travers ses "mémoires de visage pâle" enregistrés sur magnétophone. 
À 10 ans, il est "enlevé" avec sa soeur par les Indiens (un quiproquo sacrément cocasse) et sera alors adopté et élevé dans la tradition cheyenne. C'est 100 ans plus tard qu'il nous restitue son histoire. Une histoire qu'on s'apprête à accueillir au départ avec sérieux et gratitude pour cette opportunité qui nous est donnée de partager le destin peu commun de cet Américain devenu Indien par la force des choses et de découvrir la culture cheyenne au plus près.

Thomas BERGER


LITTLE BIG MAN

lundi 4 mars 2019

ELLA MINNOW PEA


ELLA MINNOW PEA

            A NOVEL IN LETTERS

( L'ISLE LETTRÉE - UN ROMAN DE LETTRES )
traduit de l'anglais (États-Unis) par Marie-Claude Plourde

Je ne sais plus comment je suis tombée sur ce roman. Il me semble que c'était une suggestion de lecture sur Goodreads. En tout cas, quand j'ai tilté que le titre de l'édition anglaise (qui est le nom de l'héroïne de l'histoire) représentait les lettres LMNOP (prononcées à l'anglaise of course) et qu'il s'agissait d'un roman reposant sur la manipulation de la langue et s'imposant des contraintes linguistiques pour raconter une histoire, j'ai eu un grand moment d'excitation, d'effarement, d'admiration pour l'auteur, de curiosité aiguisée pour ce défi littéraire de taille, bref, j'étais séduite d'emblée et il me fallait le lire de suite (c'était il y a au moins 3 ans... mais il faut dire que j'ai beaucoup hésité entre la traduction française et l'édition originale en anglais - c'est cette dernière qui a fini par l'emporter) !

Mark DUNN


ELLA MINNOW PEA

lundi 25 février 2019

J'IRAI DANSER (SI JE VEUX)


J'IRAI DANSER (SI JE VEUX)

précédemment paru sous le titre Autopsie d'une femme plate

Un titre sur lequel je ne me serais jamais arrêtée si l'auteure n'était pas Marie-Renée Lavoie, adoubée auteure chouchou depuis que j'ai lu La Petite et le Vieux, une de mes révélations 2017.
Un titre qui sentait un peu le trop léger, le frivole sans élément de curiosité particulier, le sûrement pas mauvais et pourquoi pas mais très contournable comme il y en a tant. Je préfère de loin le titre original de l'édition québécoise, Autopsie d'une femme plate. qui évoque quelque chose qui a plus de corps, de mystère, qui intrigue même.
Le contexte de l'histoire n'était lui-même pas des plus emballants (par rapport à mes goûts) :
Une femme, la cinquantaine, trompée par son mari pour une plus jeune. L'effondrement. La descente aux enfers. Coachée par une bonne amie pour qu'elle refasse surface. Du classique, du vu et revu qui ne m'a jamais vraiment attirée comme thématique.

jeudi 21 février 2019

TOUR DE FRANCE DES VILLES INCOMPRISES


TOUR DE FRANCE DES VILLES INCOMPRISES

À l'heure où les voyages riment avec dépaysement enchanteuresque, lointain de préférence, exotique si possible, un minimum de choses à voir ou à faire mais un maximum c'est encore mieux, Vincent Noyoux, l'auteur, journaliste de voyage habitué des virées les moins ordinaires, choisit ici d'explorer les villes ignorées, méprisées, snobées, dédaignées, rebutantes, oubliées, mal aimées, moquées.
"Des lieux où on n'irait jamais passer un week-end", "qui ne font pas rêver", qui évoquent ennui, vide, médiocrité, grisaille, tristesse. "Combien de fois se demande-t-on en traversant une bourgade déserte : mais qui peut bien vivre ici ?"
"Ce livre s'intéresse aux vilains petits canards du tourisme hexagonal, aux derniers de la classe, au ventre mou du pays. On n'y trouve pas de bars branchés ni d'abbayes classées. On n'y respire pas le vent du large à pleins poumons. On n'y croise aucune célébrité..

lundi 18 février 2019

RAT ET LES ANIMAUX MOCHES


RAT ET LES ANIMAUX MOCHES

Quelle jolie petite fable pleine de charme et d'émotions ! Tout à fait le genre de contes qui vous prend par la main et vous rappelle délicieusement à ces histoires simples de votre enfance qui remplissaient votre imaginaire en un cocon douillet.
C'est le titre qui m'a attirée d'emblée car j'aimais cette idée de rendre hommage aux êtres défavorisés par la nature, victimes de nos préjugés, ceux qui nous écoeurent, ceux qui nous font peur même (pensez donc aux araignées ou aux limaces et vous serez tout de suite dans le bon état d'esprit).
J'ai toujours été très sensible à cette injustice faite aux êtres vivants pour une apparence qu'ils n'ont pas choisie. J'ai pleuré en regardant la version animée du Vilain Petit Canard. Bon, cela n'empêche que les araignées, limaces et autres rampants d'une manière générale me dégoûtent.

SIBYLLINE


RAT ET LES ANIMAUX MOCHES

vendredi 15 février 2019

THE PROMISED NEVERLAND - TOME 1


THE PROMISED NEVERLAND - TOME 1

Je ne sais pas si j'ai bien fait de m'embarquer dans une énième série dont je ne suis pas très sûre du nombre de tomes au final (elle est toujours en cours d'écriture...) mais le billet de Jérôme était assez irrésistible, je n'ai pas résisté. Encore moins quand j'ai demandé l'avis d'une collègue branchée manga (car même une fois le tome 1 en main, je me suis encore donné la chance la possibilité de me rétracter). Quand elle m'a évoqué une ambiance à la Death Note, avec manipulations mentales à la clé, affrontements psychologiques qui s'apparentent à un jeu d'échec, feintes tactiques et stratégiques, j'étais cuite (j'adore ce type d'intrigues !). Elle trouvait même que c'était un peu violent pour des enfants (c'était mon questionnement en fait - manga pour très jeune public comme l'univers et l'atmosphère du manga semblaient l'indiquer, ou un adulte pourrait y trouver son compte ?)
J'ai commencé le tome le soir même.

SHIRAI Kaiu


THE PROMISED NEVERLAND - TOME 1

THE PROMISED NEVERLAND - TOMES 2 ET 3

mardi 12 février 2019

THE LOVELY HORRIBLE STUFF


THE LOVELY HORRIBLE STUFF

Un album que j'avais repéré à la bib' il y a un sacré moment mais quand je me suis enfin décidée à l'emprunter, il avait disparu. J'ai regretté de ne pas l'avoir embarqué le jour même (c'est ça de vouloir être raisonnable...) car il m'avait fortement intriguée à l'époque et j'étais convaincue que ce serait une petite pépite.
Graphiquement en tout cas, l'album ne manquait pas d'originalité et donnait envie d'en découvrir davantage. Il semblait consister en saynètes dont les planches intégraient des dessins à des décors réels, ou inversement, des photos s'inséraient dans les illustrations de l'auteur, Eddie Campbell. 
Le thème de l'argent aussi, traité avec humour d'après ce que j'avais entraperçu, me parlait assez. Il me semblait qu'on avait affaire à une sorte "d'histoire de l'argent, des origines à nos jours", avec un regard critique non dénué de dérision sur ses travers et sa relative absurdité. Et j'avais même aperçu Shakespeare parmi les illustrations. Non franchement, c'était très prometteur.

Eddie CAMPBELL


THE LOVELY HORRIBLE STUFF

samedi 9 février 2019

LES PALIMPSESTES


LES PALIMPSESTES

traduit de l'espagnol (Pologne) par Lori Saint-Martin

Je furetais en librairie en octobre quand ce petit livre noyé parmi les mastodontes de la rentrée littéraire et autres grosses piles a réussi miraculeusement à se frayer un chemin jusqu'à mon oeil rêvasseur. Il faut dire que la couverture assez inédite et intrigante avec un rien de délire et d'absurde était assez irrésistible (pour moi). Un coup d'oeil à la quatrième de couv. J'étais cuite.
"Ça ne va pas très fort ces derniers temps pour Czeslaw Przesnicki. À trente-cinq ans, cet autoproclamé "écrivain raté", ressortissant polonais d'expression antarctique, se retrouve interné dans un hôpital psychiatrique liégeois. [...] Il erre dans les couloirs d'une étrange institution dont les patients se nomment Nabokov, Beckett, Cioran ou encore Ionesco. [...] Tous autant de grandes figures de l'exil qui, accusées d'avoir renoncé à leur idiome maternel, doivent se soumettre à une énigmatique "thérapie bartlebienne" censée les remettre dans le droit chemin linguistique."

Aleksandra LUN


LES PALIMPSESTES

mardi 5 février 2019

JE SUIS ENCORE LÀ-BAS


JE SUIS ENCORE LÀ-BAS

Un album sur lequel je suis tombée complètement par hasard à la bib' et qui m'a vite semblé incontournable pour son titre tellement évocateur, sa thématique (le sentiment de déracinement et de décalage culturel dans son propre pays), son lieu d'action (la Corée) et son auteur, Samir Dahmani, français d'origine algérienne. Quel mélange détonnant !

À l'origine, deux auteurs, Samir Dahmani, et Yunbo, jeune Coréenne (compagne de ce dernier). Deux pays, la France et la Corée. Et deux projets qui se font écho, Je ne suis pas d'ici (de Yunbo) et Je suis encore là-bas (de Samir Dahmani). "Le premier évoque les difficultés à s'intégrer dans une société étrangère, le second, celles qu'on a à réapprendre les codes de sa propre culture après avoir vécu ailleurs."

Samir DAHMANI


JE SUIS ENCORE LÀ-BAS

dimanche 3 février 2019

CHI, UNE VIE DE CHAT - TOMES 11 ET 12


CHI, UNE VIE DE CHAT - TOMES 11 ET 12

Ouiiiiiiiiiiiiii ! Et une série de terminée, une ! Une de 12 tomes en plus, commencée en juin 2012 (et finie réellement en novembre 2018, mais bon, euh, je l'avais dit déjà que j'avais du retard dans mes billets ?^^) !

J'avais failli l'arrêter à mi-parcours en plus parce que 3 ans s'étaient écoulés avant que je ne lise le tome 7, puis encore 3 ans avant le tome 8, et je craignais à chaque fois de me perdre dans le récit en cours. Je n'avais pas trop d'inquiétude à me faire en réalité car l'histoire de Chi est relativement simple, sans pirouettes ni enjeux, et se lit vraiment pour l'amusement et le divertissement qu'elle procure, surtout si on est fan des chats.

Arrivée aux tomes 9 et 10, il était impossible par contre de faire durer le suspense plus longtemps, car oui, à ce stade, il commençait à y en avoir. J'avais dévoré ces deux tomes le sourire aux lèvres, un profond attendrissement pour cette histoire et un début de palpitation, d'excitation et d'inquiétude par rapport à ce que la fin de cette série laissait entrevoir.

jeudi 31 janvier 2019

DANS LE DÉSERT


DANS LE DÉSERT

(lu en novembre 2018)
Julien Blanc-Gras, écrivain-voyageur chouchou depuis que j'ai lu Touriste, a bien réussi à me traîner dans le froid glacial du Groëland, son style unique animé par un grand sens de la dérision valant toutes les doudounes du monde. Il pouvait bien me convaincre de le suivre dans le désert, son style unique animé par un grand sens de la dérision ne manquerait sûrement pas de me rafraîchir.

Je n'aurais pas été très difficile à convaincre de toute façon, pour suivre qui que ce soit dans le désert, celui qui évoque les Mille et une nuits. Enfin, suivre de derrière les pages d'un livre car j'avoue que ce n'est pas vraiment un de mes rêves de voyage. Ça reste malgré tout une destination assez fascinante, intrigante et méconnue, comme il le souligne lui-même si bien, et en découvrir davantage culturellement sur ces pays (par livre interposé) est toujours une occasion à saisir :

lundi 28 janvier 2019

UNE JEUNE FILLE PERDUE DANS LE SIÈCLE À LA RECHERCHE DE SON PÈRE


UNE JEUNE FILLE PERDUE DANS LE SIÈCLE À LA RECHERCHE DE SON PÈRE

traduit du portugais par Dominique Nédellec

(lu en novembre 2018)
Je crois que je commence à cerner cet auteur, Gonçalo M. Tavares. Inutile de chercher à savoir où on va, inutile de chercher à se raccrocher à un quelconque fil conducteur. Même s'il y en a un, on ne saurait jamais vraiment déterminer avec certitude que c'est celui-là. Malgré tout, on le suit dans ses déambulations narratives, sans déplaisir, et avec même une grande curiosité. Et le style est toujours aussi savoureux. Ouvrir un livre de Tavares, c'est un peu un voyage à la Alice au Pays des merveilles.

Pour situer l'histoire de ce roman précisément, parce qu'il faut bien un contexte tout de même, je préfère m'en référer à Alberto Manguel qui fait formidablement bien le job dans "El País" :
"Une odyssée moderne et initiatique, portée par l'écriture "quasi hallucinée" propre à Gonçalo M. Tavares."

vendredi 25 janvier 2019

TOKYO ALIEN BROS. - 1


TOKYO ALIEN BROS. - 1

(lu en octobre 2018)
Une nouvelle série manga dans laquelle je m'embarque, mais c'est chez Le Lézard noir, pour moi gage d'histoires originales et de qualité, et garanti nombre de tomes limités. Trois ici, et la série est terminée. Et puis bon, une histoire d'extraterrestres envoyés sur Terre afin de déterminer si leur race pourrait s'y installer et devant étudier et s'approprier les moeurs terriennes afin de se fondre dans la masse, certes, ce n'est pas nouveau ni foufou comme idée, mais je n'avais rien lu de tel côté japonais, et en manga, ça me plaisait bien comme idée.

D'ailleurs, c'est plus subtil que ça car si l'un de nos deux extraterrestres, Fuyunosuke, est parvenu en un an à s'adapter aux règles de la vie civilisée (au Japon en particulier), à y prendre plaisir même, à s'amuser de l'imprévisibilité des humains et à être parfaitement à l'aise au milieu des Terriens, pour l'autre, Natsutarô, qui vient de débarquer avec pour mission d'évaluer le travail de recherche et d'observation de son compatriote, c'est une autre paire de manches. D'un naturel grincheux et dans l'ensemble assez maladroit et inadapté, il trouve les humains terrifiants dans leurs comportements et leur façon de penser, et éveille par ailleurs leur méfiance par son attitude peu amène.

SHINZO Keigo


TOKYO ALIEN BROS. - 1

lundi 21 janvier 2019

MA MÉMOIRE ASSASSINE


MA MÉMOIRE ASSASSINE

traduit du coréen par Lim Yeong-hee et Mélanie Basnel

(lu en novembre 2018)
Repéré chez Maggie, je n'ai pas résisté à ce roman de Kim Young-ha, auteur coréen dont je n'ai jamais vraiment réussi à déterminer avec certitude si on était fait pour s'entendre sur le long terme. J'avais conclu, lors de ma dernière lecture d'un de ses livres, qu'il avait en tout cas un univers qui lui était propre et auquel j'adhérais totalement quand je le comprenais, du coup je reste assez intriguée par ses oeuvres.

Dans ce roman-ci, ce sont le titre et la quatrième de couv qui m'ont été fatals :
"Un ex-tueur en série décide de reprendre du service. Seul problème : il a soixante-douze ans et vient d'apprendre qu'il a la maladie d'Alzheimer."

samedi 19 janvier 2019

VOUS ÊTES TOUS JALOUX DE MON JETPACK


VOUS ÊTES TOUS JALOUX DE MON JETPACK

(lu en novembre 2018)
Un titre qui ne laisse aucune idée de ce à quoi s'attendre mais dont j'avais beaucoup entendu parler en bien. Un délice de loufoquerie qu'il fallait goûter absolument.
Depuis, j'ai découvert l'univers de l'auteur, Tom Gauld, via Police lunaire puis En cuisine avec Kafka, et c'est plutôt confiante que je me suis (enfin) lancée dans ce petit album.

mercredi 16 janvier 2019

DEATH WITHOUT COMPANY


DEATH WITHOUT COMPANY

( LE CAMP DES MORTS )

(lu en octobre 2018)
Ce sont quelques billets sur des romans de la série Longmire qui ont fleuri ici et là il y a quelques mois qui m'ont rappelée à son bon souvenir. Je ne sais pas si ce "foisonnement" subi était dû à la parution de son dernier roman, ou si c'était juste une coïncidence, ou si j'ai juste fait davantage attention à ces titres. Toujours est-il que ça m'a donné furieusement envie de retrouver Longmire et toute sa clique, dont l'inénarrable Henry Standing Bear. J'avais fait leur connaissance il y a 6 ans via le premier tome, une expérience de lecture qui s'apparente assez à une aventure à la "rendez-vous en terre inconnue". Je débarquais dans un trou paumé dans le Wyoming et pendant un long moment, je m'étais demandé ce que je faisais là. Et puis petit à petit, à force de côtoyer ce petit monde au quotidien, j'ai fini par vraiment les apprécier tous et à me sentir bien avec eux.

dimanche 13 janvier 2019

L'ART DE LA VULVE, UNE OBSCÉNITÉ ?


L'ART DE LA VULVE, UNE OBSCÉNITÉ ?

(lu en octobre 2018)
Quand j'ai vu cette couverture à la bib', j'ai d'abord cru que c'était un album de photos d'artistes divers autour de la thématique du sexe féminin. J'ai trouvé la photo de la couverture rigolote. Au départ, je pensais juste le feuilleter, par curiosité. Et puis j'ai vu que c'était en fait une BD. Japonaise qui plus est. Un rapide coup d'oeil sur la quatrième de couv a mis fin à toutes mes hésitations :

"Au Japon, l'art de la vulve ne passe pas. L'artiste tokyoïte Rokudenashiko a été inculpée le 24 décembre 2014 et incarcérée six mois après sa première arrestation pour avoir enfreint la loi relative à l'obscénité, en moulant son sexe puis en le scannant en 3D afin de construire un canoë-kayak.

ROKUDENASHIKO


L'ART DE LA VULVE, UNE OBSCÉNITÉ ?

samedi 12 janvier 2019

CHI, UNE VIE DE CHAT - TOMES 9 ET 10


CHI, UNE VIE DE CHAT - TOMES 9 ET 10

(lu en octobre 2018)
Bien contente d'avoir enfin pu mettre la main sur ces deux tomes car, au contraire du tome 8 que j'avais trouvé un peu trop mimi-gentillet-bêta à mon goût et où je sentais que la sauce ne prenait plus aussi bien qu'aux premiers tomes, j'ai retrouvé Chi et son entourage avec un vrai plaisir cette fois-ci. Il faut dire que cette histoire semble prendre un nouveau tournant, ce qui change un peu de la routine et du rythme pépère-gentillet des derniers épisodes, et cette fois, j'ai dévoré ces tomes le sourire aux lèvres, un profond attendrissement pour cette histoire et un début de palpitation, d'excitation et d'inquiétude par rapport à ce que la fin de cette série laisse entrevoir.

dimanche 6 janvier 2019

LES PRODUCTEURS


LES PRODUCTEURS

(lu en octobre 2018)
Ah je me souviens encore de mes palpitations il y a huit ans (déjà !) quand j'ai découvert Les Falsificateurs, le premier volet de cette série d'Antoine Bello, et de mon engouement pour Sliv et le CFR (Consortium de Falsification du Réel) dont les membres falsifient la réalité et réécrivent la vérité pour infléchir l'Histoire. Six mois plus tard, je dévorais sa suite, Les Éclaireurs, et il se posait à l'époque la question d'une suite possible que j'espérais secrètement sans que j'en ressente toutefois la nécessité. Trilogie ou pas ? À sa confirmation il y a trois ans, Les Producteurs était dans ma PAL. Ma crainte était de devoir relire les deux tomes précédents, les détails autour des personnages et du CFR s'étant quelque peu estompés depuis, c'est pourquoi j'ai tardé à m'y atteler. Un résumé très efficace en début de livre m'a toutefois rapidement remise dans le bain une fois que je me suis enfin décidée à prendre le taureau par les cornes.

vendredi 4 janvier 2019

DÉDALE - 2 TOMES


DÉDALE - 2 TOMES

Oui ! DEUX tomes. Seulement ! C'est ce qui m'a attirée au départ vers ce manga. Ça, et le fait que ce soit estampillé "Coup de coeur de la bibliothèque". À l'intérieur, il y avait d'ailleurs un post-it rose en forme de coeur sur lequel un bibliothécaire avait noté :
"Magnifique exploration d'un monde virtuel avec ses chausses-trappes et ses énigmes. Lancez-vous dans cette aventure. En 2 tomes seulement. À déguster en une soirée ou un weekend."

La quatrième de couv a achevé de me convaincre en évoquant un "survival" à l'atmosphère unique et avec cette petite phrase d'accroche :
"Et si la vie réelle pouvait "bugger" ?

TAKAMICHI


DÉDALE - 2 TOMES

mercredi 2 janvier 2019

UNE VIE QUI N'ÉTAIT PAS LA SIENNE


LAURA Y JULIO

( UNE VIE QUI N'ÉTAIT PAS LA SIENNE )

traduit de l'espagnol par André Gabastou

Au départ, c'est Où l'on apprend le rôle joué par une épingle à cravate du même auteur, Juan José Millás, que je voulais lire. Il faut dire qu'un titre aussi improbable évoquait assez de farfelu, d'intrigant et de décalé pour me plaire. Las, mes bib' de quartier ne l'avaient pas dans leurs rayons. Tenaillée par la curiosité de la découverte de cet auteur que je pressentais à la hauteur de ce que promettaient ses titres, je me suis rabattue sur un autre roman, disponible lui, Une vie qui n'était pas la sienne, un autre titre aussi percutant et énigmatique, et qui laisse aussi songeur que celui de l'épingle à cravate.

Juan José MILLÁS


UNE VIE QUI N'ÉTAIT PAS LA SIENNE

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...